À Claude II Belin, le 12 novembre 1639
Note [3]

« Cette Troyenne traîne en affaire » : Teucris illa lentum negotium est, sed tamen est in spe […on ne désespère pas cependant d’en voir la fin] (Cicéron, Lettres à Atticus, livre i, lettre 13).

Édités par Jacques Thévart (v. note [23], lettre 146), quatre opuscules posthumes de Guillaume de Baillou (v. note [19], lettre 17) ont paru en 1640 (Paris, Jacques Quesnel, in‑4o) :

  • Epidemiorum et Ephemeridum libri duo [Deux livres des Épidémies et des Éphémérides] (Medic@), qui est un journal médical, classé par saisons, des épidémies qui ont sévi à Paris de 1570 à 1579 (v. notes [26], lettre 99, pour l’exemple de la coqueluche en 1578, [2], lettre 422, pour les particularités médicales des roux, et [2], lettre latine 441, pour la nocivité de la casse chez les malades opérés de la taille) ;

  • Definitionum medicarum liber [Un livre de Définitions médicales] (Medic@), qui est un index alphabétique en latin des principaux mots grecs de la pathologie médicale ;

  • Commentarius in libellum Theophrasti de vertigine [Commentaire de l’opuscule de Théophraste sur le vertige] (Medic@), qui est une traduction latine commentée du traité de Théophraste d’Érèse (v. note [7], lettre 115) sur le vertige ;

  • De Convulsionibus libellus. In quo solennis Quæstio explicatur, Cur sauciatis dextra capitis parte Convulsio sanæ partis contingat [Opuscule sur les convulsions. Où est expliquée la question récurrente de savoir pourquoi ceux qui sont blessés au côté droit de la tête convulsent du côté sain] (Medic@), qui est une observation exacte, mais dont l’explication ne va pas jusqu’à envisager la latéralisation croisée du cerveau.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 novembre 1639. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0048&cln=3

(Consulté le 20.04.2021)

Licence Creative Commons