À Nicolas Belin, le 23 avril 1650
Note [3]

Jean iii Des Gorris, petit-fils de Jean i et fils de Jean ii (v. note [50], lettre 104), avait été reçu docteur régent de la Faculté de médecine de Paris en novembre 1608. Devenu médecin ordinaire de Louis xiii, tout en restant fidèle au protestantisme de son père, il a édité les Definitionum medicarum libri xxiv [24 livres de Définitions médicales] (Paris, 1622, in‑fo) de son grand-père : il y aurait travaillé plus de 20 ans pour en augmenter les définitions et suppléer aux manques. Auteur d’un Discours de l’origine des mœurs, fraudes et impostures des charlatans (Paris, 1622, in‑8o), il composa aussi des Opuscula quatuor (Paris, Meturas, 1660) où il étudiait la saignée et les méthodes thérapeutiques des docteurs régents de Paris. Il mourut en juillet 1662.

Des Gorris vendait alors sa charge de médecin du roi par quartier à Charles du Castel (v. note [24], lettre 226). Guy Patin a parlé du procès qui opposa en 1660 Des Gorris, protestant et antimonial, au quérulent doyen François Blondel.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Nicolas Belin, le 23 avril 1650. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0225&cln=3

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons