À Claude II Belin, le 5 décembre 1641
Note [4]

Fortunio Liceti (Licetus, Rapello 1577-Padoue 17 mai 1657), fils de Giuseppe, médecin de Gênes, avait étudié la philosophie et la médecine à Bologne. Reçu docteur en 1600, il avait tenu ensuite à Pise une chaire de logique pendant cinq ans, au terme desquels on l’avait chargé d’expliquer la philosophie d’Aristote. En 1609, il avait été nommé professeur de philosophie à Padoue, mais dépité que la place de premier professeur lui ait été deux fois refusée, il en était parti pour accepter une chaire à Bologne. L’Université de Padoue, qui le regrettait vivement, finit par le ramener dans son sein en lui offrant la place de premier professeur de médecine théorique, en 1645, qu’il conserva jusqu’à sa mort. Fort érudit et polémiste redouté, Liceti a joui d’une très grande réputation ; mais son attachement aveugle aux opinions d’Aristote, qu’il vénérait presque à l’égal d’un dieu, l’empêcha de faire progresser la philosophie. Son œuvre médicale ne fut guère plus créative : il s’y est particulièrement signalé par une conception absurde de la circulation du sang (v. note [30], lettre 152). En 1641 Liceti avait déjà publié en Italie une longue liste d’ouvrages.

Il serait fastidieux de donner ici la liste complète de ses nombreux in‑4o, mais ses quatre in‑fo peuvent donner une idée de sa production : De His qui diu vivunt sine alimento libri iv ; in quibus diuturnæ observationes, opiniones et causæ summa cum diligentia explicantur [Quatre livres sur Ceux qui vivent longtemps sans manger ; où sont expliquées les observations prolongées, les opinions et les causes avec extrême attention] (Padoue, 1612, in‑fo) ; De spontaneo viventium Ortu libri iv [Quatre livres sur la Génération spontanée des êtres vivants] (Vicence, 1618, in‑fo) ; Scholium de Camello bulla [Scolie sur la bulle de Camello] (Padoue, 1627, in‑fo, épisode d’une vive querelle avec un certain Glorioso) ; De animorum rationalium Immortalitate secundum opinionem Aristotelis [L’Immortalité des êtres doués de raison, selon l’opinion d’Aristote] (Padoue, 1629, in‑fo) (A.‑J.‑L. Jourdan in Panckoucke).

Deux livres de Liceti avaient été publiés, in‑8o, à Paris en 1635 : Encyclopædia ad aram Lemniam Dosiadæ [Encyclopédie sur le monument lemnien de Dosiadas] et Encyclopædia ad Securim Epei a Simmia Rhodio constructam, in qua multa Vetustatis recondita monumenta, rerum historias et naturas complectentia, recluduntur [Encyclopédie sur la Hache du Grec que Simmias de Rhodes (poète grec du ive s. av. J.‑C., inventeur des vers figurés, dont l’arrangement représente la forme de l’objet décrit, comme ici une hache) a construite, où sont déterrés de nombreux monuments enfouis de l’Antiquité, qui embrassent les origines et les histoires des choses].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 5 décembre 1641. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0063&cln=4

(Consulté le 20.01.2021)

Licence Creative Commons