À Sebastian Scheffer, le 6 mai 1663
Note [4]

« Voici Patin, illustre descendant d’Esculape !
Grâce à lui, il n’est pas permis aux mortels de périr.
Adrien de Valois. »

V. notes [5], lettre 551, pour Esculape, et [42], lettre 336, pour Adrien de Valois, auteur de ce distique intitulé In effigiem Guidonis Patin [Sur le portrait de Guy Patin]. Dans sa lettre du 19 mars 1663 à Sebastian Scheffer (v. sa note [6]), Patin avait donné son ami d’enfance, Jean de Nully, pour auteur d’un distique différent pour accompagner son portrait (gravé en 1661-1662, v. note [2], lettre 231).

Outre celui-là, le Valesiana (page 56) contient quatre autres distiques à la gloire de Patin et de son effigie.

  • Non opus est doctum tabula expressisse Patinum,
    Qui fama notus, notus et ore viget
    .

    [Il n’est pas nécessaire de dessiner le docte Patin ; son renom et ses paroles suffisent à l’honorer].

  • Quos cernis vultus, mentum nisi nudius esset,
    Pergamei possis ora vocare Dei
    .

    [Tu pourrais dire que ce visage est celui du dieu de Pergame, {a} si la vie ne manquait pas au dessin que tu vois].


    1. Poétique déification de Galien.

  • Te Silvi ; Te Ferneli ; Te Guido Patine,
    Tres una Hippocratas terra Picardia tulit
    .

    [Toi Sylvius, toi Fernel, toi Guy Patin ! {a} À elle toute seule la terre de Picardie a engendré trois Hippocrate].


    1. Sylvius (Jacques Dubois, v. note [9], lettre 9) était natif de Louville, près d’Amiens, en 1478 ; Jean Fernel (v. note [4], lettre 2), de Clermont-en-Beauvaisis en 1497 ou 1506 ; et Patin, d’Hodenc-en-Bray en 1601.

  • Amo Te Patine, sed Deum tamen precor,
    Opera carere semper ut possim tua
    .

    [Je t’aime, Patin, et pourtant je prie Dieu de toujours pouvoir me passer de tes soins].

    Le second vers n’est pas des plus adroits car un esprit mal tourné pourrait y comprendre que Valois n’avait pas confiance dans les talents médicaux de Patin, et non qu’il espérait ne jamais être malade (ce qui est, somme toute, absurde),.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 6 mai 1663. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1276&cln=4

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons