Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-4
Note [59]

Sous le masque d’un livre que Guy Patin aurait reçu en cadeau, cet article plagie l’addition d’Antoine Teissier sur Adrien Turnèbe {a} dans ses Éloges des hommes illustres tirés de l’Histoire de M.  de Thou {b} (tome premier, pages 286‑288). Il y cite le dernier vers de l’épitaphe d’Henri Estienne {c} intitulée In Adr. Turnebi tumulum [Sur le tombeau d’Adrien Turnèbe], qui conclut cette anaphore :

Cur placuit cunctis Turnebus ? cur tot amici
Illi, vix hostes unus et alter erant ?
Cur placuit cunctis ? tot linguis lingua diserta
Totne illi potuit conciliare viros ?
Cur placuit cunctis ? an quod certare videbant
Iudicii dotes dotibus ingenii ?
Cur placuit cunctis ? cunctas placuitne quod artes
Excoluit Graias, excoluit Latias ?
Cur placuit cunctis ? an quod totusque lepores
Spiraret, totus quod lepidosque sales ?
Causæ equidem sunt hæ : sed et hæc est maxima causa,

Hic placuit cunctis quod sibi non placuit.

[Pourquoi Turnèbe a-t-il plu à tout le monde ? Pourquoi a-t-il eu tant d’amis, et à peine un ou deux ennemis ?
Pourquoi a-t-il plu à tout le monde ? Est-ce par son aisance en tant de langues qu’il s’est concilié tant d’hommes ?
Pourquoi a-t-il plu à tout le monde ? Est-ce par la pertinence de son jugement, qui semblait rivaliser avec la pénétration de son intelligence ?
Pourquoi a-t-il plu à tout le monde ? N’est-ce pas parce qu’il a cultivé toutes les lettres, grecques comme latines ?
Pourquoi a-t-il plu à tout le monde ? Est-ce parce que sa personne tout entière exhalait toutes les grâces et les rendait piquantes ?
Voilà bien des raisons, mais la première de toutes est qu’il a plu à tout le monde parce qu’il ne s’est pas complu à lui-même]. {d}


  1. V. note [20], lettre 392.

  2. Genève, 1683, v. supra note [13].

  3. V. note [31], lettre 406.

  4. Cette épitaphe est imprimée dans l’épître dédicatoire, Henricus Stephanus Ioach. Camerario suo S.D. [Henri Estienne salue son ami Joachim Camerarius], {i} à la page **.iii vo des :

    Herodoti Halicarnassei historiæ lib. ix, et de vita Homeri libellus. Illi ex interpretatione Laur. Vallæ adscripta, hic ex interpret. Conradi Heresbachii : utraque ab Henrico Stephano recognita. Et Ctesia excerptæ historiæ. Icones quarundam memorabilium structurarum. Apologia Henr. Stephani pro Herodoto.

    [Neuf livres de l’Histoire d’Hérodote d’Halicarnasse, {ii} et le petit livre sur la Vie d’Homère : les uns dans la traduction de Lorenzo Valla, et l’autre, dans celle de Konrad Heresbach ; toutes deux revues par Henri Estienne. Avec les fragments de l’Histoire de Ctesias, {iii} les images de quelques monuments mémorables, l’Apologie pour Hérodote d’Henri Estienne]. {iv}

    1. Joachim Camermeister, v. note [22], lettre 352.

    2. V. note [31], lettre 406.

    3. Historien grec de la Perse et de l’Inde au ve s. av. J.‑C.

    4. Sans lieu [Genève], Henri Estienne, 1566, in‑fo de 256 pages, pour la première d’une dizaine d’éditions ; le sous-titre vante la primeur de cette traduction latine du texte grec :

      Eiusdem H. Steph. de hac sua editione distichon,

      Herodoti Latium possederat hactenus umbram,
      Nunc Latium corpus possidet Herodoti
      .

      [Distique du dit H. Estienne sur l’édition qu’il a donnée,

      Jusqu’ici la latinité n’avait possédé que l’ombre d’Hérodote, désormais elle possédera le corps d’Hérodote].


Turnèbe a publié quatre traités d’histoire naturelle de Théophraste d’Érèse (v. note [7], lettre 115), je ne les ai trouvés réunis que dans ses Opera (Strasbourg, 1600, v. note [50] du Borboniana 3 manuscrit). Le tome ii, Versiones selectorum quorundam librorum [Traductions de quelques livres choisis], partie ii, contient quatre traités de Théophraste :

  1. De Odoribus, cui addita annotationes sunt [Des Odeurs, avec annotations], texte bilingue, grec et latin, avec épître dédicatoire (pages 5‑27) ;

  2. De Lapidibus [Des Pierres], texte latin (pages 27‑32) ;

  3. De Igne, cui addita annotationes sunt [Du Feu, avec annotations], texte latin avec épître dédicatoire (pages 32‑41) ;

  4. De Ventis [Des Vents], texte latin (pages 41‑47).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-4. Note 59

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8217&cln=59

(Consulté le 01.12.2022)

Licence Creative Commons