À André Falconet, le 11 octobre 1660
Note [9]

« sans protestation de personne » (sur le fait qu’il n’avait pas atteint l’âge requis de 26 ans, v. note [19], lettre 625) ; avoir le deuxième lieu, c’était être classé deuxième par rang de mérite (v. note [8], lettre 3).

Comment. F.M.P. (tome xiv, fo 480) :

Die Mercutij 13a Octobris 1660 fuit renuntiatus Doctor Medicus Parisiensis M. Dionysius Dodart Parisinus a M. Iacobo Thevart exinde agitata et discussa hæc Quæstio

An Arthriticis Aquæ Borbonenses ?
Mera
Γαλακτοποσιη ?

Cuius Priorem Partem recens inuaguratus Doctor Iuniori Doctori ex inferiore Cathedra dicturo M. Roberto Patin partes sibi commissas agenti M. Ioannis Hamon absentis, proposuit terminandam. Alteram vero M. Iacobus Thevart Præses ipsi Decano ex tempore de ea Respondenti cum ad undecimam et ultra frustra expectatus cui id muneris icumbebat M. Urbanus Bodineau Scholæ Vadimonium deseruisset.

Blondel decanus
.

[Le mercredi 13e d’octobre 1660, M. Denis Dodart, natif de Paris, a été reçu docteur en médecine de Paris par M. Jacques Thévart, après avoir remué et discuté cette question :

An Arthriticis Aquæ Borbonenses ?
Mera
Γαλακτοποσιη ? {a}

Le docteur tout récemment gradué a proposé de résoudre la première proposition à M. Robert Patin, docteur du petit banc, {b} qui a pris la parole, après avoir été désigné pour remplacer M. Jean Hamon, absent ; {c} mais M. Jacques Thévart, président, a demandé {c} au doyen lui-même de résoudre la seconde proposition au pied levé parce qu’on a vainement attendu jusqu’à onze heures passées M. Urbain Bodineau, à qui incombait cette tâche, mais il a négligé les devoirs qu’il doit à l’École.

Blondel, doyen]. {c}


  1. « Convient-il de prescrire aux arthritiques [goutteux] les eaux de Bourbon ?
    Un régime purement lacté ? »

  2. V. note [20], lettre 17.

  3. Jean Hamon était sans doute plus occupé par les affaires de Port-Royal que par les actes de la Faculté (v. note [15], lettre 450). Il avait aussi signé en faveur de l’antioine en 1652 (v. note [3], lettre 333

  4. Verbe sous-entendu (rogavit) dans le latin empêtré du doyen courroucé.

  5. Guy Patin est longuement revenu sur cette affaire au début de sa lettre à André Falconet datée du 16 octobre.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 octobre 1660. Note 9

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0642&cln=9

(Consulté le 27.01.2023)

Licence Creative Commons