À Claude II Belin, le 7 avril 1638
Note [16]

« plus qu’octogénaire, homme de grande science et remarquable pour l’accumulation de ses vertus. »

Jean Filesac (Paris vers 1550-ibid. 1638), théologien catholique français, avait été recteur de l’Université (1586) puis doyen de la Faculté de théologie de Paris. Il a laissé de nombreux ouvrages, dont une Medicinæ defensio, adversus Plinium Maiorem. Excerpta ex lib. i Selectorum Ioannis Filesaci Theologi Parisiensis [Défense de la médecine contre Pline l’Ancien. Tirée du livre i des Extraits choisis de Jean Filesac, théologien de Paris] (Paris, Thierry Rolin, 1617, in‑4o), dédiée à Jean Héroard, premier médecin du roi. C’est une étude de tous les passages injustes qu’on lit contre les médecins chez les auteurs de l’Antiquité. La première phrase du livre donne le ton (traduite du latin) :

« J’ignore si c’est par haine du renom grec ou de l’art, ou bien plutôt des deux à la fois, que Pline l’Ancien s’est emporté avec grande véhémence contre la médecine au chapitre i du livre xxix de son Histoire naturelle. » {a}


  1. V. notes : [5], lettre 64 ; et [11], lettre 126, [5], lettre 271, etc.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 avril 1638. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0039&cln=16

(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons