À Gerardus Leonardus Blasius, le 28 janvier 1661, note 20.
Note [20]

V. note [25], lettre 146, pour l’« Anthropographie » de Jean ii Riolan, rééditée pour la 3e fois dans ses Opera Anatomica vetera [Œuvres anatomiques anciennes] (Paris, 1649) ; en voici l’extrait auquel Guy Patin renvoyait Gerardus Leonardus Blasius (livre ii, chapitre xxvi, De Renibus [Les reins], page 144) :

Renes geminos Naturam condidisse dicunt, non tam ad æquilibrium corporis, quam actionis suæ continuitatem, ne uno præpedito et obturato, cessaret humoris serosi profusio : non semel tamen observavi monitus a Foresto, uno Rene obstructo alterum inutilem et vietum reddi, propriaque actione destitutum, urinæ fluxum intercipere, quod confirmatur à doctissimo Ludovico Dureto, commentatio in Coacas, pag. 539. atque id mirum videri debet in Renis unius afflictione sisti urinam, vel micturiendo stillatim ægre transmitti, cum ita comparata sit ratio amborum Renum, ut cessante uno, alter officium suum faciat ; sed magna vis est sympathiæ in societate officij, propterea ex sympathia Renis alterius crebro et parce urina ab ægro emittitur, nam occupati calculo et inflammati cessat officium, et quibus Ren socius elanguet effœtus et frigidus, iis in sæva nephritide urina supprimitur, ut nuper observatum in Illustrissimo Præside Vido Fabro Pibracio, Iurisperitorum eloquentissimo. Eleganter de ista actione emulgendi serum in utroque Rene abolita, differit Ludovicus Mercatus. Eam sortiuntur Renes inter se connexionem, eam etiam in substantia similitudinem, ut facile sit coniicere altero affecto, alterum quoque eundem affectum passurum.

[La Nature, dit-on, a créé deux reins non seulement pour équilibrer le poids du corps, mais aussi pour que la filtration du sérum ne s’interrompe pas quand l’un d’eux est empêché et obstrué. Prévenu par Forestus, {a} j’ai cependant remarqué plus d’une fois que quand un rein est bloqué, l’autre perd sa fonction et se flétrit, et que l’écoulement de l’urine s’interrompt. C’est ce qu’a confirmé le très savant Louis Duret, dans son commentaire sur les Coaques, page 539 : « on doit considérer comme surprenant que l’urine cesse de s’écouler ou ne le fasse plus que goutte à goutte quand un seul rein est atteint, puisque la raison d’en avoir deux est que l’un pallie le défaut de l’autre. Dans le partage d’une fonction, la sympathie {b} exerce cependant une forte influence : c’est à cause d’elle que le malade émet péniblement fort peu d’urine quand un rein, bloqué et enflammé par un calcul, cesse de fonctionner ; et que survient une impitoyable néphrite {c} avec suppression complète d’urine quand l’autre rein, refroidi et épuisé, tombe à son tour en insuffisance, comme nous l’avons récemment observé chez le très illustre président Guy du Faur de Pibrac, le plus éloquent jurisconsulte de son temps. » {d} Ludovicus Mercatus {e} défend avec finesse une opinion différente sur cette abolition de la filtration rénale : comme une communauté de fonction lie les deux reins l’un à l’autre et comme aussi ils sont composés de la même substance, il est aisé de conjecturer que, quand l’un est affecté, l’autre souffre de même].


  1. V. note [13], lettre 401, pour Peter Van Foreest. Jean ii Riolan reprenait ici ce qu’avait écrit avant lui son père, Jean i (v. notule {c}, note [27], lettre latine 4).

  2. V. note [4], lettre 188.

  3. Toute inflammation du rein non liée à un calcul.

  4. Guy du Faur, seigneur de Pibrac, poète et magistrat mort en 1586 (v. note [2], lettre 434).

  5. V. note [1], lettre 656, pour Luis Mercado, médecin des rois d’Espagne, mort en 1599).

    Tout le passage entre guillemets qui précède reproduit, en l’abrégeant, le propos de Louis Duret (v. note [10], lettre 11) sur ce sujet dans ses commentaires des « Prénotions coaques » d’Hippocrate (Paris, 1588, page 539, lignes 26‑33).


Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gerardus Leonardus Blasius, le 28 janvier 1661, note 20.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1187&cln=20

(Consulté le 24/05/2024)

Licence Creative Commons