De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640
Note [24]

« Pour tous les Achéens, c’est sur le tranchant d’un rasoir que s’équilibrent ou le plus funeste désastre, ou la vie » (Homère, L’Iliade, chant x, vers 173‑174).

Note 46, page 21 de Charles Nisard :

« Ce sont les paroles que Nestor adresse à Diomède avant que celui-ci ne parte avec Ulysse, comme espions, pour le camp des Troyens. {a} Pour rendre ce passage plus clair, il faut le paraphraser un peu : “ Mais les Grecs sont dans une situation critique ; leur sort est suspendu comme sur le tranchant d’un rasoir, et il s’agit pour eux de vivre ou de mourir. ” Ne voilà-t-il pas une citation bien placée à propos de l’ischurie ! » {b}


  1. V. notes [31], lettre 146, pour Nestor, [22], lettre 176, pour Diomède (Tydidès), et [14], lettre d’Adolf Vorst, datée du 4 septembre 1661, pour Ulysse (alias Énée).

  2. V. note [9], lettre 782, pour l’ischurie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640. Note 24

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9061&cln=24

(Consulté le 15.05.2021)

Licence Creative Commons