À Claude II Belin, le 24 août 1658
Note [3]

« il pourrait provoquer une nouvelle fluxion, parce qu’il purge de la même façon que les scammonées. On trouve beaucoup de choses sur le vin de myrrhe dans Gretser sur la Croix, in‑fo, dans l’Anti-Barbare de Sixtinus Amama, dans les Diverses leçons de Mercuriali, [dans Casaubon (reconstitution proposée pour une lacune due à une perforation du manuscrit)] contre Baronius, dans Grotius, Spanheim, etc. »

Les livres cités dans ce passage sont :

  • de Jacob Gretser (jésuite érudit allemand, 1561-1625, dont les œuvres complètes ont été rassemblées au xviiie s. en 17 volumes in‑fo), De Cruce Christi, rebusque eam pertinentibus libri quatuor. In quorum primo agitur tum de ipsa cruce, in qua Dominus passus est, tum de eius adiunctis ; in secundo, de imaginibus crucis Dominicæ ; in tertio, de signo eiusdem crucis ; in quarto, de cruce spirituali [Quatre livres sur la Croix du Christ et ce qui la concerne. Dans le premier, il est autant question de la croix elle-même, sur laquelle notre Seigneur est mort, que de ce qui lui était adjoint ; dans le deuxième, des images de la croix du Seigneur ; dans le troisième, du signe de cette même croix ; dans le quatrième, de la croix spirituelle] (Ingolstadt, Adam Sartorius, 1598-1605, 3 tomes in‑4o pour la dernière édition complète) ;

  • de Sixtinus Amama (1593-1629, théologien protestant et professeur d’hébreu en l’Académie de Franeker, originaire de Frise), Anti-Barbarus biblicus, in vi libros distributus… Accesserunt variæ dissertationes et orationes, nec non responsio ad censuras D. Marini Marsenni… [L’Antibarbare, biblique réparti en 4 livres… S’y ajoutent divers discours dissertations, sans oublier une réponse aux censures de Marinus Marsennus…] (Amsterdam, 1628, in‑4o) qui est un ouvrage de critique contre les imperfections de la Vulgate (v. note [6], lettre 183) ; un antibarbare est un traité de grammaire où l’on attaque la barbarie du langage et la corruption des mots ;

  • de Geronimo Mercuriali (v. note [16], lettre 18), Variarum lectionum, in Medicinæ scriptoribus et aliis, libri vi. Ab auctore hac quoque postrema editione aucti et recogniti… [Six livres de diverses leçons sur les auteurs de médecine et autres. Augmentés et revus par l’auteur en cette dernière édition…] (Venise, apud Juntas, 1598, in‑8o) ;

  • v. note [18], lettre 318, pour l’ouvrage d’Isaac Casaubon contre le cardinal Baronius.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 août 1658. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0534&cln=3

(Consulté le 22.09.2021)

Licence Creative Commons