À Charles Spon, le 6 décembre 1644
Note [30]

Jean Héroard, sieur de Vaulgrigneuse, était né à Hauteville-le-Guichard, dans la Manche, en 1551, mais la date de sa mort est incertaine, durant le siège de La Rochelle (v. note [27], lettre 183), septembre 1627-octobre 1628, à La Rochelle ou à Paris. Il avait pris le grade de docteur en médecine de l’Université de Montpellier lorsqu’il obtint, par la protection du duc de Joyeuse, le titre de médecin ordinaire du roi.

Peu de temps avant sa mort, Charles ix avait demandé à Héroard de composer un traité sur l’anatomie du cheval ; ce fut l’Hippostologie, c’est-à-dire Discours des os du cheval (Paris, M. Patisson, 1599, in‑4o). Héroard avait continué de pratiquer à Paris sous Henri iii puis sous Henri iv, qui le nomma médecin du dauphin à naître, et enfin sous Louis xiii qui le conserva pour son premier médecin.

Le roi avait la plus entière confiance en Héroard qui ne cessa de lui donner ses soins jusqu’en 1628, en consignant lui-même tous les détails de sa charge dans un manuscrit intitulé Ludovicotropie, ou Journal de toutes les actions et de la santé de Louis, dauphin de France, qui fut ensuite Louis xiii, depuis le moment de sa naissance (27 septembre 1601) jusqu’au 29 janvier 1628 (6 volumes in‑fo conservés à la Bibliothèque nationale sous les nos 4022-4027 du fonds français, jamais publiés in extenso). On a encore d’Héroard De l’Institution du prince (Paris, Jean Gesselin, 1609, in‑8o), qui a été traduit en latin par Jean iii Des Gorris : De Institutione principis (Paris, R. Étienne, 1617, in‑8o) (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 décembre 1644. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0117&cln=30

(Consulté le 16.09.2019)

Licence Creative Commons