À Charles Spon, le 22 mars 1658
Note [8]

Phlebotomia heroico carmine adumbrata [La phlébotomie dépeinte en un poème héroïque] {a} (Paris, J. Hénaut, 1658, in‑4o de 25 pages), dédié à Antoine Vallot, {b} est une œuvre de Nicolas Gervaise de Sainte-Foy : natif de Paris, il avait été reçu docteur en médecine de l’Université de Montpellier en 1638 (Dulieu) ; il entreprit de nouvelles études médicales à Paris, mais il n’y dépassa pas le grade de bachelier, obtenu en 1658, {c} bien qu’il ait disputé une intéressante thèse quodlibétaire en 1659. {d}

Il mourut après 1673 comme en atteste une insinuation du Châtelet de Paris datée du 22 juin de ladite année : {e} « Nicolas Gervaise, conseiller et médecin ordinaire du Roi et Marie Aubreau, sa femme, demeurant à Saint-Germain-des-Près lez Paris, rue Honoré Chevalier, paroisse Saint-Sulpice : donation aux religieuses du prieuré de Notre-Dame-de-Bon-Secours établies au faubourg Saint-Antoine lez Paris, rue de Charonne, de plusieurs rentes, à cause de Marie-Madeleine Gervaise, leur fille, religieuse de chœur, audit prieuré de Notre-Dame-de-Bon-Secours. »

Achille Chéreau lui a consacré un article (pages 255‑257) de son Parnasse médical français; ou, Dictionnaire des médecins-poètes de la France, anciens ou modernes, morts ou vivants… (Paris, Adrien Delahaye, 1874, in‑8o). Quatre autres de ses autres ouvrages ont retenu mon attention ou celle de Guy Patin :

  • Argumentatio medica, poetice exarata… [Argumentation médicale, écrite en vers…] ; {f}

  • Fucquetus in vinculis… [Fouquet aux fers…] ; {g}

  • Catharsis, sive ars purgandi corporis humani. Carmen heroicum,

    [Catharsis, {h} ou l’art de purger le corps humain, Poème héroïque] ; {i}

  • Hippopotamia, sive modus profligandi morbos per sanguinis missionem ab hippopotamo monstratus. Carmen ad illustrissimum Ecclesiæ Principem Gilbertum de Choiseul du Plessis-Praslain, Tornacensem Episcopum.

    [Hippopotamia ou le moyen de chasser les maladies par la soustraction de sang, démontré par l’hippopotame. {j} Poème dédié à Gilbert de Choiseul du Plessis-Praslin, {k} illustrissime prince de l’Église, évêque de Tournay]. {l}


    1. V. note [5], lettre de Charles Spon, datée du 15 janvier 1658, pour la versification héroïque.

    2. Premier médecin de Louis xiv, v. note [8], lettre 223.

    3. Reçu septième des neuf bacheliers de sa promotion, v. note [41], lettre 523.

    4. Analysée dans la note [9], lettre 750.

    5. Archives nationales, inventaire Y//226-Y//230, fol. 135.

    6. Paris, 1658, contre les vertus thérapeutiques du vin d’Espagne dans la goutte, v. note [2], lettre latine 129.

    7. Poème en faveur du surintendant déchu, Nicolas Foucquet, paru en 1663, V. note [8], lettre 750

    8. V. note [13], lettre 386, pour les cathartiques.

    9. Paris, J. Hénault, 1666, in‑4o de 28 pages.

    10. V. note [7], lettre 28, pour cette curieuse invention animale de la saignée.

    11. V. note [20], lettre 334.

    12. Ibid. C. De Sercy, 1672, in‑4o de 30 pages.

L’abbé Nicolas Gervaise (1662-1729), prêtre des Missions étrangères, auteur d’un récit de voyage au Siam et d’une vie de saint Martin, était probbalement le fils du médecin de mêmes nom et prénom.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 mars 1658. Note 8

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0521&cln=8

(Consulté le 29.01.2023)

Licence Creative Commons