L. latine 274.  >
À Johannes Antonides Vander Linden, le 3 janvier 1664

[Ms BIU Santé no 2007, fo 150 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johannes Antonides Vander Linden, à Leyde.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Bien que je ne vous aie rien écrit depuis longtemps, j’ai à peine motif à le faire. Je pense qu’il n’y a presque rien à espérer de cet évêque de Luçon, [2] frère de M. Colbert, [3] tant je connais bien les mœurs des évêques et des courtisans[1][4][5] Nous n’avons ici rien de nouveau ni d’assuré : tout est en effet incertain, tant de la guerre que de la paix, tout comme de Fouquet. [6] On raconte ici qu’à Turin, [7] Christine, duchesse de Savoie, [8] mère du prince de Piémont, [9] deuxième fille de Henri iv[10] en sa 58e année d’âge, est frappée d’une maladie mortelle, à savoir d’une double hydropisie, du foie et des poumons. [11][12] Pallida mors, etc[2][13] J’ai remis hier matin à votre M. Henricus 300 livres tournois, qui font cent écus ; [3][14] s’il a plus tard besoin d’une plus grosse somme, il n’aura pas à se faire de souci. Je vous recommande la ci-incluse : j’ai écrit à M. Vorst  [15] pour qu’il vous remette le Théophraste du très distingué Hofmann, [4][16][17] comme j’espère qu’il fera.

Vale, très distingué Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, ce jeudi 3e de janvier de l’année 1664, que je vous souhaite tout entière heureuse et prospère, ainsi qu’à toute votre famille.

Vôtre de tout cœur, Guy Patin.


1.

V. note [2], lettre latine 64, pour le rare exemplaire manuscrit d’Arétée de Cappadoce que conservait la Bibliothèque royale. Nicolas Colbert, frère de Jean-Baptiste, la dirigeait depuis 1656. Son départ pour Luçon en 1662 (v. note [3], lettre latine 210) avait mis fin aux derniers espoirs qu’avait Guy Patin d’obtenir le prêt de cette pièce à Johannes Antonides Vander Linden.

2.

« La pâle mort, etc. » (Horace, v. note [1], lettre 456).

André Falconet (v. note [1], lettre 763) était au chevet de la duchesse de Savoie, Christine de France, dite Madame Royale (v. note [10], lettre 45) ; Guy Patin était mieux renseigné que la dernière Gazette (ordinaire no 155 du 29 décembre, page 1273) :

« De Turin, ledit jour 15 décembre 1663. Madame Royale se porte de mieux en mieux, au grand contentement de cette cour, qui fait continuellement des vœux pour la parfaite santé d’une si bonne princesse. »

3.

L’italique marque un passage qui est en français dans le manuscrit. Henricus était Hendrik Vander Linden, alors en séjour à Paris sous le patronage de Guy Patin. V. note [1], lettre latine 244, pour les 400 écus que Johannes Antonides Vander Linden avait remis à Patin pour couvrir les dépenses de son fils.

4.

V. note [1], lettre d’Eberhard Vorst, datée du 7 février 1664, pour l’exemplaire de la Botanique de Théophraste d’Érèse que Caspar Hofmann avait annoté (v. notes [13], lettre 150). Guy Patin l’avait prêté en 1656 à Adolf Vorst, père d’Eberhard, et tenait absolument à le récupérer après son décès (8 octobre 1663).

a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Johannes Antonides Vander Linden, ms BIU Santé no 2007, fo 150 vo.

s.

Ms BIU Santé no 2007, fo 150 vo.

Cl. viro D. Io. Ant. Vander Linden, Leidam.

Vix habeo quod ad Te scribam, Vir Cl. quamvis jampridem nihil scripserim.
Ab illo Episcopo Lucionensi, fratre D. Colbert vix puto aliquid esse speran-
dum, adeo bene novi mores Episcoporum et aulicorum. Nihil hîc habemus novi,
neque certi : dubia enim sunt omnia tam de bello quàm de pace, ut et de Fuqueto.
Hîc fertur Christina, Ducissa Sabaudiæ, Principis Pedemontani mater, Henrici 4. filia 2. anno æt. 58. Taurini
ex lethali morbo decumbere, duplici nempe hydrope, hepatis atque pul-
monis. Pallida mors, etc. Domino Henrico tuo heri mane tradidi 300. lt. Turo-
nenses, qui font cent escus : si majori summa 2 indigeat 1 posthac, nulla
carebit. Hîc inclusam Tibi commendo : scripsi ad D. Vorstium, ut Tibi reddat
Theophrastum Cl. Hofmanni : quod eum facturum spero. Vale, vir Cl. et
me ama. Parisijs, die Iovis, 3. Ianu. 1664. quem integrum Tibi faustum
ac felicem opto, totique tuæ familiæ.

Tuus ex animo, Guido Patin.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Johannes Antonides Vander Linden à Guy Patin, le 3 janvier 1664.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1307
(Consulté le 02.10.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.