À Johann Georg Volckamer, le 24 décembre 1649
Note [16]

Ces sept ouvrages sont :

  1. Enarratio brevis Aphorismorum Hippocratis : monstrans quam concinno ac bono ordine sententiæ istæ Aphoristicæ dispositæ sint atque invicem connexæ : et quod verus ac genuinus Aphorismorum sensus atque scopus ex perpetua horum serie possit optime elici. Prælecta olim a Ioanne Viscero Wemdigensi, Doctore Medico, ac publico Academia Tubingensi Professore : nunc studio Hieronymi Visceri F. Doctoris et Medici Noribergensis in lucem emissa. Cum Indice rerum et verborum copiosissimo [Bref commentaire des Aphorismes d’Hippocrate, montrant que ces sentences aphoristiques sont bien et régulièrement rangées et liées les unes aux autres, et qu’on peut tirer de leur série continue le sens véritable et originel, et l’objectif des aphorismes. jadis enseigné par Johann Vischer, natif de Wending (1524-1587), docteur en médecine et professeur public en l’Université de Tübingen ; maintenant publié par les soins de son fils, Hieronymus Vischer, docteur et médecin de Nuremberg. Avec un très copieux index des matières et des mots] (Tübingen, Georg Gruppenbach, 1591, in‑4o) ;

  2. Herbarium Horstianum, seu de selectis plantis et radicibus libri duo, olim Medicinæ Candidatis in Academia Julia Anno m.d.lxxxvii. a Celeberr. Medico Dn. D. Jacobo Horstio, p.m. propositi, in compendium redacti, pluribusque simplicibus enumeratis ac declaratis aucti, suisque Auditoribus ante multos annos in Academia communicati per Gregor. Horstium, D. p.t. Reipublicæ Ulmensis Archiatrum. Accessit Prædicti Dn. D. Jacobi Horstii Opusculum de vite vinifera [L’Herbier horstien, ou deux livres sur des plantes et racines choisies. M. Jakob Horst, très célèbre médecin de pieuse mémoire, les a jadis proposés, en l’an 1587, aux étudiants en médecine de l’Academia Julia (d’Helmstedt). Gregor ii Horst (v. note [33], lettre 458, neveu de Jakob), docteur en médecine, archiatre de la République d’Ulm, les a rédigés sous forme condensée, les a augmentés de plusieurs simples qu’il a décrits et dénommés, et les a transmis depuis de nombreuses années à ses auditeurs de l’Université. On y a ajouté l’opuscule du susdit M. Jakob Horst sur la vigne vinifère (v. note [4], lettre latine 86, pour ce traité et son auteur)] (Marbourg, Caspar Chemlin, 1630, in‑8o) ;

  3. Brunonis Seidelii Q. Philosophi et Medici clariss. de Ebrietate Libri iii ; nunc primum in lucem editi. Omnibus omnium ordinum studiosis, præcipue vero iis, quibus secunda valetudo curæ est, utiles, maximeque necessarii. Addita est eiusdem argumenti Basilii Magni Homilia contra ebrios, Simone Stenio Lomacensi interprete [Trois livres de Bruno Seidel, très distingué philosophe et médecin, sur l’Ébriété, publiés pour la première fois, utiles et extrêmement nécessaires à tous ceux qui étudient toutes les disciplines, mais principalement à ceux dont le souci est de favoriser la santé. On y a ajouté, sur le même sujet, l’Homélie de Basile le Grand (évêque de Césarée au ive s., Père de l’Église) contre les ivrognes, dans la traduction de Simo Stenius] (Hanovre, Guilielmus Antonius, 1594, in‑8o) ;

  4. v. note [8], lettre 8, pour le livre de Severin Eugalenus « sur le Scorbut » (Leipzig, 1604) ;

  5. v. note [2], lettre 149, pour les Hippocratis magni Coacæ Prænotiones… [Les Prénotions coaques du grand Hippocrate…] (Strasbourg, 1633) de Louis Duret ;

  6. v. note [2], lettre 312, pour la Pharmacopœia Augustana [Pharmacopée d’Augsbourg (Augusta Vindelicorum)] ;

  7. Dispensatorium Pharmacorum omnium quæ in usu potissimum sunt. Ex optimis Autoribus, tam recentibus quam veteribus, collectum, ac scholiis utilibus illustratum, in quibus inprimis simplicia explicantur. Autore primo Valerio Cordo. Nunc cum aliis pluribus ad hanc rem pertinentibus, quæ sequentibus indicantur. Opera et studio Collegii Medici Inclytæ Reip. Noribergensis, multo emendatius ac selectis compositionibus auctius, ex secunda editione publicatum. Cum copioso duplici Indice : et Privilegio Imperiali [Dispensaire de tous les médicaments qui sont principalement en usage. Recueilli des meilleurs auteurs, tant modernes qu’anciens, et enrichi d’utiles annotations, où sont surtout décrits les médicaments simples. Par Valerius Cordus (Erfurt 1515-Rome 1544), premier auteur, avec maintenant de nombreux autres qui se sont intéressés à ce sujet, qui sont indiqués dans les pages suivantes. Publié à partir de la seconde édition (1592) que le travail et les soins du Collège des médecins de l’illustre République de Nuremberg ont fort corrigée et augmentée de compositions choisies. Avec riche et double index des matières et des mots, et privilège impérial] (Nuremberg, Paul Kaufmann, 1598, in‑4o ; première édition en 1535) avait été réédité en 1612 (mêmes lieu et format).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 24 décembre 1649. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1049&cln=16

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons