À Johann Georg Volckamer, le 21 octobre 1667, note 2.
Note [2]

« À Guy Patin, natif du Beauvaisis, docteur en médecine de Paris, naguère doyen de l’École de médecine, et professeur royal d’anatomie, botanique et pharmacie. »

Il était trop tard pour y changer quoi que ce soit car le Guerneri Rolfincii, Phil. et Med. Doctoris, Professoris publici, Liber de purgantibus vegetabilibus, sectionibus xv absolutus [Livre de Werner Rolfinck, docteur en philosophie et médecine, professeur public, sur les purgatifs d’origine végétale, divisé en 15 sections] (Iéna, Johann Werther, 1667, in‑4o, avec surtitre en arabe) était déjà entre les mains de Guy Patin, qui rectifiait ici la suscription de l’épître que l’auteur lui avait dédiée :

Illustri, excellentissimo D.D. Guidoni Patino Bellovaco, Doctori Parisiensi, antiquioris scholæ medicæ Decano, et rei anatomicæ, botanicæ, atque pharmaceuticæ Professori Regio, salutem et felicitatem !

Nominis tui fama strenue orbem pervagata me in admirationem cultumque tui rapit. Academia Parisiensi, omnium Academiarum augustissima, celebritate doctorum, frequentia studiosorum, Athenis non cedens ipsis, sedes Ερμαθηνης, ita belle locatæ, ut του ηλιου videatur vivum esse αναθημα, splendendissimum scientiarum emporium, Musarum ærarium, liberalium artium mercatus, arx sapientiæ, majestatis regiæ theatrum, beatæ fons vitæ, et communis quædam totius Galliæ salutis prænuncia aurora, te suum vult esse civem.

Exerces in ea servandorum hominum artem tanta felicitate, ut nulla pene sit dies, qua non salutem ægris mortalibus dando, angustas ævi extendas moras, et contra fatorum imperium depositos jam conclamatos ab extrema revoces meta.

Civium ad te vota nemo non vertit, quoties morbi vellunt aurem, et ad opem tuam præsentaneam accurrit. Nemo pro se aut liberis, sed pro capite tuo vota nuncupat. Te incolumi sospites fore se, cuncti sciunt.

Decani præfulges dignitate, ampla sane illa ac magnifica. Prior es ordine, prior dignitate. In tutela tua sunt claves, quibus arcana omnia committuntur. Director es consiliorum, quæ orbi communicantur et urbi, duo quæ habet nova et incredibilia, quod ejus amplitudo cum pulchretudine, et magnitudo cum incolarum itat certet multitudine, ut neutra cedat alteri.

Debetur tibi, in altitudinem sapientiæ condito, florentissima externæ studiosæ juventutis frequentia, sicut innumeri mortales spiritum tibi debent ac lucem.

Ut illa humanitatis, affabilitatis et doctrinæ tuæ magnetica allicitur vi, ita hi profundæ tuæ ambrosia reficiuntur ac nectare.

Illa non solum ex remoto Galliæ ambitu, cerum etiam ex toto orbe, alioque sole ad te confluit, et ducentorum et quod excurrit numero studiosorum stipata, ab ore tuo venerabili pendens, re an oratione major sis, ambigit, utraque incomparabilem prædicat.

Ingenium tuum est doctrinæ quoddam numen : ars Dei manus.

Anatome humiles ad pedes tuos deponit fasces, medicinæ facem prælucens ille oculus, tutam in procelloso ægritudinum Oceano viam monstrans magnetica illa pyxis. Auditoribus tuis mira dexteritate in humanorum corporum œconomia, exponis
των χυμων η ακροτητας, και των μοριων οχηματα, quas humores habeant potestates, sive eminentias, et partium structuram.

Botanica te admiratur, ad tuendam sanitatem utilissima, judicio et suffragio unanimi eorum, quorum consiliis medicæ res in consummationem seculi aluntur, sermonibus crescunt, literarumque monumentis inveterascunt.

Suum illa te agnoscit patronum et Floræ eligit præsidem, novum Alcinoum. […]

Pharmaceutica medicinæ pars, de primatu cum reliquis duabus, quæ manu curat et victu, contendens, beatam tuis se prædicat in manibus. Ut oculus domini saginat equum, sic pharmacopœorum negotiosos labores tua inspectio felicibus fœcundat successibus. Erat quidem olim innocentiori in ævo eadem et bene medendi et rite parandi medicinas doctrina, neque disjuncti erant, qui mederentur tantum vel tantum pharmaca pararent, sæpissime tamen utrumque munus obibant.

In horum numero tu antesignana occupas subsellia.

Imitatus
στρατηγους και βασιλεας, imperatores et reges, οι μεν, ut verba habent Galeni 6. epid. comm. 5. t. i. πολλακις και τοξευειν, και ακοντιζειν, και μαχεοθαι δια ξιφων τε και δορατων επιστανται τε και πραττουσι, qui sæpe et arcu uti, et jaculari, et pugnare gladio hastaque sciunt et faciunt, operas pharmacopœorum non solum dirigis, sed ipse etiam sæpe manum admoves.

Magna meum pectus pertentarunt gaudia, cum audirem meditari te
συνθεσιν αυτοκρατορικην compositionem theriacæ imperatoriam, honorarium hoc nomen adeptam, quod Antoninus Imperator singulis diebus ea uteretur. Præparari autem illam jubebat a Demetrio : hoc autem vita functo, a Galeno.

Commentatio hæc, ut Demetrio et Galeno præparatio, magnam tuis honoribus pariat accessionem, animumque addat, ut libros tuos alios, quasi liberos ex animo graviditatem præ se ferente ortos et satis jam maturos manu mittas, et in lucem magno rei literariæ nec minori famæ incremento edas.

Quo in publicum propenso es animo, eo etiam es in me. Ingenti multorum beneficiorum me circumvallatum sentio numero. Eorum multiplex turba excitat ancipitem curam deprædicandi.

Singula prætereo, imparem verborum veritus mediocr<it>atem : universa laudibus extollo, uni obtutui exponens omnia.

Interpres memoris et grati animi observantiæ monumentum, præsens est libellus, florea purgantium vegetabilium exornatus corolla.

Dedico hunc in Gratiæ tuæ templo. Seculi nostri Alcinous es, per tractus omnes christiani orbis celeberrimus. Debentur tibi rerum ad Floram pertinentium primitiæ. Non desperant cum augusto felicique nomine viam terere posse æternitatis.

De aliorum securus vivet libellus hic judicio, si probatus fuerit tuo, et a clarissimo nomine tuo fœnerata luce, in famæ penderit delubro.

Vale, medicæ artis nostro hoc seculo, imo in plura secula, et interminos annorum recursus decus et ornamentum.

Perge juventutem medicam æternis tibi oppignorare, officiis, eosque, quos signa ignorantiæ in medico stadio in avia distrahunt, in rectam deducere semitam. Concludo orationem sermonis fine magis, quam gratiæ, quæ nunquam desinet esse perpetua, et quidem verbis, quibus utitur
Eutychius, Patriarcha Alexandrinus libro annalium scripto ad fratrem Isam […] interprete Pocockio : Inspiret tibi (Deus) rerum puchrarum optimas et commodissimas. Indicet tibi Deus viam ad felicitatem maxime expeditam.

Dabam in Athenæo Salano Anno m dc lxvii. xviii Calendis maji, Floræ sacri mensis, Excellentiæ tuæ addictissimus

Guernerus Rolfincius, Ph. Med. D. Practicæ et Chimiæ Prof. P. Academiæ Senior.

[Salut et félicité à l’illustre et excellent M. Guy Patin, natif du Beauvaisis, docteur de Paris, doyen de la très ancienne Faculté de médecine de Paris {a} et professeur royal d’anatomie, botanique et pharmacie !

La célébrité de votre nom, qui s’est vaillamment répandue dans le monde, me pousse à vous admirer et vénérer. L’Université de Paris, la plus auguste de toutes, par la célébrité de ses docteurs et par le nombre de ses étudiants, vous veut pour concitoyen. N’enviant rien à Athènes, Minerve {b} en trouve le séjour si délicieux que la splendeur du soleil y semble rayonner de vie. Elle est l’entrepôt des plus brillantes connaissances, le trésor des Muses, le marché des arts libéraux, la citadelle de la sagesse, le théâtre de la majesté royale, la source de la vie heureuse, l’aurore qui annonce le salut public de toute la France.

Là, vous pratiquez l’art de préserver la santé des hommes avec tant de bonheur que presque aucun jour ne passe sans qu’en procurant du secours aux malades, en prolongeant les courtes vies, contre l’empire du destin, vous fassiez revenir de la mort ceux qu’elle a déjà mis à terre et réclamés à hauts cris.

Tous les habitants vous appellent de leurs vœux, et chaque fois que les maladies leur tirent l’oreille, ils accourent pour recevoir vos soins. Pour eux-mêmes ou leurs enfants, tous réclament votre présence. Tous savent que vous serez le sauveur de leur santé.

Vous brillez dans la charge de doyen, en la rendant parfaitement noble et généreuse. {a} Vous êtes le premier par le rang, le premier par la dignité. Vous avez la garde des clefs qui donnent accès à tous les secrets. Vous êtes le guide des consultations qui se propagent partout dans le monde. On y tient deux de leurs qualités pour nouvelles et incroyables : leur grandeur dans la beauté rivalise avec l’immense multitude de ceux qui vous sollicitent, sans qu’aucune ne cède le pas à l’autre.

La plus étincelante foule de la jeunesse étudiante étrangère est en dette envers vous, qui siégez au sommet de la sagesse ; et on ne peut compter ceux qui vous doivent l’esprit et la lumière. L’une est attirée par la force magnétique de votre bonté, de votre affabilité et de votre profonde science ; les autres sont régénérés par son ambroisie et son nectar. {c}

Toute cette jeunesse afflue vers vous comme vers un second Soleil, venant non seulement des contrées les plus reculées de toute la France, mais aussi de la terre tout entière ; et amassée au nombre de deux cents étudiants et plus, pendue à vos vénérables lèvres, elle hésite à dire celle qui, de votre science ou de votre éloquence, surpasse l’autre, proclamant que vous êtes également incomparable en l’une et en l’autre.

Votre génie est comme une divinité pour la doctrine ; votre art est la main de Dieu.

L’anatomie s’incline humblement à vos pieds ; elle est cet œil qui donne son éclat au flambeau de la médecine, cette boussole qui procure un cap assuré sur l’orageux océan des maladies. Maîtrisant admirablement l’organisation des corps humains, vous exposez à vos auditeurs les pouvoirs, ou éminentes qualités, que possèdent les humeurs, et la structure des organes. {d}

La botanique vous admire. Elle est fort utile pour protéger la santé, comme en jugent unanimement ceux qui, au fil de ce siècle, ont nourri la médecine de leurs conseils, l’ont fait croître par leurs discours et l’ont solidement établie par leurs écrits.

Elle vous reconnaît pour son protecteur et elle choisit le nouvel Alcinoüs que vous êtes pour protecteur de Flore. (…) {e}

La pharmacie est la partie de la médecine qui réclame le premier rang, en concurrence avec les deux autres que sont la main qui guérit {f} et le régime alimentaire ; elle se déclare heureuse entre vos mains. Tout comme le regard du maître veille à la nourriture de son cheval, votre surveillance fertilise, avec d’heureux succès, les travaux affairés des pharmaciens. Jadis, en un temps plus innocent, une même doctrine réunissait l’art de bien remédier et celui de préparer les médicaments selon la règle, et ils n’étaient pas séparés ; certains n’exerçaient qu’une de deux fonctions, mais la plupart les pratiquaient ensemble.

Parmi ces derniers, vous occupez le tout premier rang.

À l’imitation des empereurs et des rois qui connaissent et pratiquent souvent le tir à l’arc, le lancer du javelot, et le combat au glaive et à la lance, comme dit Galien au tome i du 5e commentaire sur le livre vi des Épidémies d’Hippocrate, {g} non seulement vous dirigez les opérations des apothicaires, mais vous y mettez vous-même fréquemment la main.

Mon cœur a bondi de joie en apprenant que vous méditiez sur la composition impériale de la thériaque. On l’a honorée de ce nom parce que l’empereur Antoninus en usait quotidiennement ; il ordonnait, dit Galien, qu’elle fût préparée par Demetrius, tâche qu’il a accomplie pendant toute la vie du souverain. {h}

Comme a fait cette composition pour Demetrius et Galien, votre commentaire vous procurera beaucoup de gloire ; il vous donnera du courage pour écrire d’autres livres, ces enfants dont votre esprit a accouché et qui ont déjà acquis une maturité suffisante, puis pour les publier en vue d’enrichir la république des lettres et d’augmenter votre renom.

Autant vous êtes bienveillant pour le public, autant vous l’êtes pour moi. Je me sens comme submergé par vos innombrables bienfaits à mon égard. Leur foule immense me pousse à y revenir.

Je renonce à les énumérer un par un, craignant la médiocrité sans égale de mes mots ; je chante leurs louanges tous ensemble, en les embrassant d’un seul et même regard.

Ce petit livre, paré de la guirlande fleurie des plantes purgatives, veut être le monument qui exprime le respect d’une âme fidèle et reconnaissante.

Je le dédie au sanctuaire de votre Grâce. {i} Vous êtes l’Alcinoüs {e} de notre siècle, le plus illustre en toute l’étendue de la chrétienté. Ceux qui vous doivent l’initiation au culte de Flore {e} ne désespèrent pas de pouvoir un jour fouler le chemin de l’éternité, sous l’égide de votre auguste et féconde renommée.

Si vous l’avez approuvé, ce petit livre vivra à l’abri du jugement des autres ; votre nom l’ayant avantageusement mis en lumière, il honorera le sanctuaire de la célébrité.

Salut à vous, qui êtes la parure et l’ornement de notre siècle, et même de ceux qui le suivront jusqu’à la fin des ans !

Continuez, par vos devoirs éternels, de lier à vous la jeunesse médicale, et de remettre dans le droit chemin les égarés que les appels de l’erreur ont détournés vers les sentiers qui ne mènent nulle part.

Les mots ne sauraient exprimer entièrement ma gratitude, qui jamais ne cessera, je conclus donc mon discours en citant le propos d’Eutychius, patriarche d’Alexandrie, dans le livre des annales qu’il a écrit pour son frère Isa, (…) traduit par Pococke : Puisse (Dieu) vous inspirer ce que les belles choses recèlent de meilleur et de plus harmonieux. Puisse Dieu vous indiquer le chemin le plus rapide vers la félicité. {j}

De l’Athénée de la Saale, {k} le 14e d’avril, qui est le mois consacré à Flore, de l’an 1667 ; entièrement soumis à votre excellence,

Werner Rolfinck, docteur en médecine et philosophie, professeur public de pratique médicale et de chimie, doyen d’âge de l’Université]. {l}


  1. Comme trop de gens qui parlent aujourd’hui de l’ancienne Faculté de médecine de Paris, Rolfinck ignorait que son décanat était électif et ne durait que deux ans (contrairement à Montpellier ou à Iéna, où c’était une charge perpétuelle, liée à l’ancienneté). N’ayant été doyen que de 1650 à 1652, Patin demandait à Rolfinck de corriger cette inexactitude. La réédition de 1684 (Iéna, Johann Werther, in‑4o) a conservé la même suscription, sans rectifier cette légère erreur.

  2. Déesse de la sagesse et des arts (v. note [13], lettre 6).

  3. V. note [3], lettre de Reiner von Neuhaus datée du 13 juin 1662.

  4. Ce passage en italique est une citation, donnée en grec puis en latin, dont je n’ai pas trouvé la source (probablement hippocrato-galénique). Elle confirme que l’anatomie s’intéressait à la structure mais aussi au fonctionnement (la physiologie) du corps humain.

  5. Flore était la déesse romaine des fleurs. Alcinoüs, roi des Phéaciens, dans l’île de Corcyre (Corfou), était fils de Nausithoüs et petit-fils de Neptune, père de Nausicaa. Dans L’Odyssée, Homère a chanté ses jardins et l’accueil magnifique qu’il fit à Ulysse, qui s’était échoué sur les côtes de son royaume.

    Suivent une énumération et un historique des plus riches jardins botaniques d’Europe : Paris, Rome, Padoue, Montpellier, Leyde, Leipzig, Altdorf, Meissen et Iéna.

  6. Évocation étymologique de la chirurgie, mot qui unit deux racines grecques : kheir, la main, et ergon, l’œuvre.

  7. Le passage en italique traduit la référence, donnée en grec puis en latin, au texte de Galien (Kühn, volume 17b, page 280).

  8. Antoninus est le prénom de l’empereur Marc-Aurèle (v. note [1], lettre 671). Galien a parlé de Demetrius, médecin de l’empereur, au livre i, chapitre i, De Antidotis [Des Antidotes] (Kühn, volume 14, pages 4‑5), mais en qualifiant la thériaque de συνταξιν [syntaxin, association] et non de συνθεσιν [synthesin, composition] (mot plus exact).

    V. note [1], lettre 1001, pour la thèse sur la thériaque dans la peste que Patin a présidée le 5 mars 1671, et dont il avait parlé à Georg Frierich Lorenz dès février 1666 (v. note [3], lettre latine 392).

  9. Rolfinck laissait le lecteur deviner celle des trois Grâces (v. note [27] du Faux Patiniana II‑7) qu’il voulait honorer en dédiant son livre à Patin : Euphrosyne symbolisait l’allégresse, Thalie, l’abondance, et Aglaé, la splendeur.

    Les innombrables bienfaits de Guy Patin à l’égard de Werner Rolfinck sont d’autant plus énigmatiques pour nous qu’il renonce à les énumérer. Le plus tangible d’entre eux devait néanmoins être l’édition par Patin des œuvres complètes de Daniel Sennert (Paris, 1641, v. note [12], lettre 44), le maître dont Rolfinck avait été le disciple.

  10. La citation latine que j’ai traduite et mise en italique est précédée de sa version arabe. Médecin égyptien et patriarche melkite (copte) d’Alexandrie, Eutychius (Said ibn Batriq en arabe, 877-940) est l’auteur d’Annales, ou Contextio gemmarum [Assemblage de pierres précieuses], décrivant l’Histoire du monde depuis la Création jusqu’à l’an 937 de notre ère, écrites à l’intention de son frère Isa ibn Batriq. L’orientaliste anglais Edward Pococke (1604-1691) en a donné une édition bilingue, arabe et latine (Londres, 1658-1659).

  11. Iéna sur la Saale (v. note [8], lettre de Charles Spon, datée du 23 avril 1658).

  12. Les amateurs d’éloquence latine pourront voir que celle de Rolfinck était précieuse et même alambiquée, tant elle est semée de mots rares, d’ellipses lyriques et de tournures tortueuses. Nous sommes bien loin du style simple et net d’Érasme, de Joseph Scaliger, ou même de Guy Patin.

    J’ai tout de même voulu traduire cette épître adulatrice, voire idolâtrique, pour montrer à quel point Patin, principalement au travers de son Sennert, de ses deux thèses (L’homme n’est que maladie, 1643 et La sobriété, 1647) et de l’enseignement qu’il dispensait au Collège de France, pouvait susciter l’admiration de ses collègues étrangers (ce qui n’a jamais laissé de me surprendre, tant les siècles ont érodé ses mérites médicaux).

    Néanmoins, malgré mon application, j’ai pu me fourvoyer dans ce délicat exercice ; j’en appelle donc à la bienveillance des lecteurs.


Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 21 octobre 1667, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1509&cln=2

(Consulté le 12/04/2024)

Licence Creative Commons