1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Les champs de l�odontologie de Pierre Fauchard

Pierre Fauchard a r�uni en deux tomes tous les champs de l�odontologie et les d�signe d�s son titre :

Le Chirurgien Dentiste ou Trait� des Dents, o� l�on enseigne les moyens de les entretenir propres & saines [hygi�ne dentaire], de les embellir [orthodontie], d�en r�parer la perte [proth�se] & de rem�dier � leurs maladies [endodontie], � celles des Gencives [parodontologie] & aux accidents qui peuvent survenir aux autres parties voisines des Dents [chirurgie maxillo-faciale]. Avec des Observations & des R�flexions sur plusieurs cas singuliers. L�implantologie est pr�sente dans quelques Observations, lors de cas de r�implantation ou de transplantation.

Riche d�une exceptionnelle exp�rience personnelle, Pierre Fauchard va remarquablement d�tailler chaque technique, chaque instrument, chaque geste et la position ergonomique la plus adapt�e pour r�ussir telle ou telle op�ration. Concernant les techniques th�rapeutiques, il a �labor� des protocoles op�ratoires pour traiter la carie qui, s�ils ne nous convainquent pas toujours, tel le limage des dents, sont souvent ing�nieux : il pr�pare et al�se le canal d�une racine avant la pose d�une dent � tenon, il caut�rise, il tr�pane. Mais c�est encore plus le g�nie inventif de Pierre Fauchard en mati�re de proth�se que le monde entier a retenu, le consid�rant comme le v�ritable pr�curseur de notre arsenal proth�tique actuel. En redressant les dents, il a �bauch� ce qui deviendra l�orthodontie. Et rien n�aurait pu �tre possible sans qu�il perfectionn�t des instruments et invent�t de v�ritables petites machineries.

Le praticien comprend que l�on appr�hende de faire toucher � ses dents ; c�est ce qui fait qu�on n�glige d�en avoir soin. Mais � ceux qui se plaignent qu�apr�s s��tre fait nettoyer & accommoder les dents, n�en ont pas �t� plus soulag�s, il r�pond que la faute n�en doit pas �tre rejet�e sur l�op�ration ; mais sur la n�gligence des personnes qui ont attendu trop longtemps. C�est sans doute � cette th�orie qu�il doit en partie ses audaces inventives, consid�rant que bien de ses interventions sont � peine sensibles.

Ayant d�nonc� l�insuffisance de ses pr�d�cesseurs, leur h�ritage est cependant loin d��tre n�gligeable m�me s�il n�en a pas toujours eu connaissance. Un bref rappel, non exhaustif, de l�h�ritage pr�c�de les apports fauchardiens.