L. 949.  >
À André Falconet, le 6 février 1669

Monsieur, [a][1]

On dit que le roi [2] viendra au Parlement le 8e de février, et ce pour la paulette ; [3] et que sur la fin du même mois, il partira d’ici pour un voyage en Provence. [1] On dit qu’il nous vient ici, de la part du Grand Seigneur, [4] un chiaoux. [2][5][6] Je vous envoie avec la présente une thèse [7] nouvelle qui n’est point mal faite et que j’espère qui vous agréera. Depuis le 29e de janvier, nous avons ici de nouveau la mort d’un honnête homme nommé M. Cramoisy, [8] âgé de 84 ans, qui était le roi des libraires. [3] Comme il a fallu quinze cents ans pour faire un poète qui ressemblât à Virgile, [9] c’était Buchanan, [10] il en faudra peut-être autant pour faire un honnête homme de librairie, qui le soit autant que ce vieux bonhomme Cramoisy. Il avait pourtant l’âme toute loyolitique et il était un des directeurs de l’Hôtel-Dieu. [11]

On parle fort ici des amourettes de la cour et des courtisans. Jadis un savant Anglais, nommé Joannes Salisberiensis, évêque de Chartres, [12][13] fit un livre de nugis curialium ; [4] s’il vivait aujourd’hui, il aurait assez de matière pour en faire deux autres. On dit enfin ici que nous perdrons Candie, [14] tanta fuit socordia eorum quorum interest[5] Les Turcs se moqueront de nous et nous pilleront, et puis sera vrai ce qu’a dit Claudien [15] in Ruf., lib. 2 (mais n’ont-ils pas raison puisqu’on les laisse faire ?) : Geticis Europa catervis ludibrio prædæque datur[6] Enfin, le roi accorde la paulette à Messieurs du Parlement et à plusieurs autres officiers, hors à Messieurs les trésoriers de France, [16] et aux deux parlements de Bretagne [17] et de Metz ; [18] mais elle n’est accordée qu’avec beaucoup de restrictions et pour trois ans seulement, après lesquels le roi ne veut plus qu’il y ait de paulette. Je vous baise très humblement les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 6e de février 1669.


1.

Rien de cela n’arriva.

2.

Ce chiaoux (v. note [2], lettre 664) était Soliman Aga Mustapha Raca, premier émissaire de la Sublime Porte jamais reçu en France en vue de rétablir des liens entre le Grand Turc, Mehmed iv, et Louis xiv, rompus depuis les mésaventures de Jean de La Haye (v. note [14], lettre 663).

Soliman Aga débarqua à Toulon le 4 août et fit son entrée à Paris le 3 décembre 1669. Les Mémoires du chevalier [Laurent] d’Arvieux [1635-1702], envoyé extraordinaire du roi à la Porte, consul d’Alep, d’Alger, de Tripoli, et autres échelles du Levant… par le R.P. Jean-Baptiste Labat… (Paris, Jean-Baptiste Delespine, 1735, in‑12 ; tome iv, chapitre vi, Relation des affaires de Constantinople, depuis le retour en France de M. de La Haye Ventelay jusques à ce que M. le marquis de Nointel y fût envoyé en qualité d’ambassadeur, pages 124‑128) ont laissé ce témoignage :

« Il était à propos d’envoyer une personne au roi pour l’informer des sentiments du Grand Seigneur et lui faire connaître les raisons qui avaient obligé les ministres à différer de lui donner les satisfactions qu’il désirait. Ces avis furent approuvés de tout le Divan et il fut résolu qu’au lieu du Capigi Bachi, qu’on avait résolu d’envoyer avec le caractère d’ambassadeur, on enverrait une personne en France en qualité de simple envoyé qui présenterait au roi les lettres du Grand Seigneur et suivrait les instructions qui lui seraient données ; et que, selon les bonnes ou mauvaises nouvelles qu’il apporterait, on prendrait les mesures nécessaires ou pour y envoyer une personne de la première qualité avec des présents considérables, ou pour laisser les affaires dans l’état où elles se trouvaient, en attendant une autre conjoncture. Cet avis unanime ayant été rapporté au Grand Seigneur par le caïmacan, {a} Sa Hautesse nomma aussitôt Soliman Aga pour remplir cette commission. Soliman Aga avait été rostangi, c’est-à-dire jardinier du sérail. Il était passé à l’emploi de mutefaraca ; on ne peut guère mieux comparer cet emploi qu’à celui de gentilhomme ordinaire de la Maison du roi : les mutefarcas marchent dans les cérémonies à côté des chiaoux ; ils ont 25 aspres, {b} qui font 15 sols par jour de notre monnaie ; le mot mutefaraca signifie un homme distingué. Il était né dans la Bossine {a} et selon les apparences, enfant de tribut [enfants que le Grand Turc lève en certains pays par forme de tribut sur les chrétiens qui sont ses sujets]. {a} Il était âgé de 57 à 58 ans, d’une taille haute et bien fournie. Il avait l’air grand, l’humeur sombre, la physionomie peu agréable parce qu’il paraissait trop mélancolique ; il avait le visage long, basané et marqué de petite vérole, les yeux petits et peu arrêtés, {c} le poil grison, la barbe longue et bien fournie, le corps robuste et vigoureux. C’était un homme de bon sens, et d’un raisonnement solide, plein d’esprit, s’énonçant en bien peu de paroles. […] Soliman Aga reçut le 12 [juin 1669] un ordre précis du caïmacan de partir et de s’aller embarquer à Napoli de Romanie. » {d}


  1. Lieutenant du grand vizir.

  2. Petite monnaie turque en argent.

  3. Bosnie.

  4. Un peu bigles.

  5. Nauplie, en Grèce.

3.

V. note [21], lettre 77, pour Sébatien, l’aîné des frères Cramoisy.

4.

« sur les bagatelles des courtisans. »

Joannes Salisberiensis ( Salisbury 1110-Chartres 1180), philosophe scolastique et érudit anglais, fut nommé évêque de Chartres en 1176. Guy Patin parlait ici de son Policraticus sive de nugis curialium et vestigiis philosophorum libri octo [Policraticus, ou 8 livres sur les bagatelles des courtisans et les empreintes des philosophes], publié pour la première fois à Cologne vers 1475, plusieurs fois réédité et traduit sous le titre des Vanités de la cour (Paris, Toussaint Quinet, 1640, in‑4o).

Louis xiv était en train de changer de maîtresse officielle : délaissant Mlle de La Vallière, il avait donné, au printemps, un premier enfant à Mme de Montespan (probablement une fille prénommée Louise Françoise, 1669-1672).

5.

« tant fut grande l’insouciance de ceux dont c’est l’intérêt. »

6.

« L’Europe est donnée en dérision et en proie aux hordes gètes » (Claudien, Invectives contre Rufin [v. note [6], lettre 23], livre ii, chant i, vers 36‑37).

Les Gètes étaient un peuple barbare établi en Thrace (v. note [23], lettre 197), entre les Balkans et le Danube.

a.

Bulderen, no cccclxxxiv (tome iii, pages 297‑298) ; Reveillé-Parise, no dcclxxvii (tome iii, pages 686‑687). Cette lettre dont l’année (1669) est authentifiée par la mort du libraire Sébastien Cramoisy, se trouve aussi en date du 6 février 1661 dans les mêmes éditions : Bulderen, no ccxxxii (tome ii, pages 201‑202) ; Reveillé-Parise, no dlix (tome iii, pages 321‑322). Cette transcription combine les informations contenues dans les deux versions, sans nulle certitude de fidélité à un original perdu.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de André Falconet à Guy Patin, le 6 février 1669.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0949
(Consulté le 14.05.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.