Autres écrits
Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 1. Présentation

Les Commentaria saluberrimæ Facultatis Medicinæ Parisiensis [Commentaires de la très salubre Faculté de médecine de Paris] [1]

Pendant les deux années ordinaires de sa charge, chaque doyen écrivait, à la plume et en latin (ou en français pour les transcriptions des arrêts de parlement et de certains courriers), le journal de la Faculté dans un gros registre. Ses pages d’épais papier étaient solidement reliées avec du cuir, souvent renforcé par des coins et un fermoir en métal. La BIU Santé en conserve la série complète, composée de 24 tomes (cotés Ms 1 à Ms 24), couvrant sans interruption une période de quatre siècles (1395 à 1786). [1] Seize d’entre eux sont aujourd’hui (24 novembre 2018) disponibles en ligne dans la collection numérique Medic@. Ces volumes ont merveilleusement résisté au temps et procurent à qui s’y plonge, pour les déchiffrer et les traduire, un océan de renseignements sur la Faculté de médecine et sur l’Université de Paris à laquelle elle appartenait. [2]

Au xviie s., qui nous intéresse ici, chaque année contenait les Actes de la Faculté, ses Décrets et assemblées, les Affaires de l’Université et les Comptes annuels de la Faculté. Ces textes n’étaient en principe accessibles qu’aux doyens successifs, à qui il arrivait de censurer ce qu’avaient écrit leurs prédécesseurs ou d’y ajouter des remarques marginales. [3]

Plusieurs ouvrages ont proposé une analyse des Commentaires.

Ce qui suit est donc, à ma connaissance, la première transcription intégrale des Commentaria d’un décanat complet, accompagnée de sa traduction, de son indexation, et de notes explicatives (en lien avec la correspondance et autres écrits de son auteur, Guy Patin).

Les Commentaria de Guy Patin sur son décanat (5 novembre 1650-2 novembre 1652) [2]

Éditer ces deux années de commentaires a beaucoup enrichi ma connaissance de la Faculté de médecine et m’a initié à celle de l’Université de Paris : leurs règles, leurs actes, leurs débats, décrets, préoccupations et querelles intestines, leur vie quotidienne enfin.

Ma présentation est celle de tous les écrits latins de notre édition, avec insertion dans la traduction, avant chaque nouvelle page, de liens LAT et IMG qui donnent respectivement accès à la transcription latine et à l’image du manuscrit mis en ligne dans Medic@ (v. notre pièce liminaire intitulée Du manuscrit au texte moderne : choix éditoriaux).

Quelques remarques préalables à la lecture me paraissent utiles :

Les Commentaires de Patin sont bien ancrés dans ses obsessions religieuses (haine des moines et des jésuites, qu’il partageait avec une majorité de l’Université parisienne) et médicales (vive opposition aux innovations, aux empiriques, aux charlatans et aux médecins « étrangers », c’est-à-dire exerçant à Paris mais gradués de Montpellier ou d’ailleurs), et dans les graves événements du temps (guerre civile de la Fronde, souffrance des pauvres, lutte contre le jansénisme).

On y voit clairement que le principal échec de Patin est d’avoir scindé ouvertement sa Compagnie en deux clans sur la question de l’antimoine. Sa maladresse obstinée permit aux antimoniaux de se compter pour se trouver en plus grand nombre que les antistibiaux ; [4] refusant toute forme de salutaire compromis, ceux-là allaient définitivement perdre tout crédit en 1666.

Ces Commentaires permettent au lecteur de s’asseoir véritablement sur les bancs de la salle haute des Écoles où se réunissait la Compagnie des docteurs régents pour entendre parler le doyen. Chaque fois que possible, j’ai essayé de lire entre les lignes pour mettre au jour quelques-uns des très nombreux sous-entendus et souvent inavouables non-dits.

Mon travail, modestement mené sur deux années de ces Commentaires, est à mille lieues d’avoir épuisé toutes leurs richesses. Je souhaite avoir donné une idée de l’apport qu’ils peuvent procurer à la connaissance historique, et incité des chercheurs à explorer méthodiquement les 389 années qu’il en reste à découvrir.

Sommaire


1.

À la fin de ses commentaires sur les Décrets et assemblées de la Faculté en 1650‑1651 (v. leur note [51]), Guy Patin a dit sa joie et sa fierté d’avoir récupéré les deux premiers de ces tomes.

2.

V. note [8], lettre 679, pour une description succincte de l’Université de Paris et de ses quatre facultés :

  • arts (Quatre-Nations, France, Normandie, Picardie et Allemagne),

  • théologie (Sacra Facultas, sainte Faculté),

  • droit canonique (Consultissima Facultas, très avisée Faculté, dite aussi de décret)

  • médecine (Saluberima Facultas, très salubre Faculté).

3.

V. les notes :

4.

Soixante et un contre cinquante et un en mars 1652 (v. note [52] des Décrets et assemblées de 1651‑1652).

5.

Pour une présentation symétrique des deux années, sacrifiant la fidélité à la clarté, je n’ai pas respecté l’ordre du manuscrit de cette seconde année :

  • son chapitre a va du fo 493 ro au haut du fo 497 vo, et du fo 531 ro au fo 537 ro ;

  • intercalé entre ces deux séquences qui composent la partie a, son chapitre b va du bas du fo 497 vo au fo 530 vo.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 1. Présentation.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8181
(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.