L. 711.  >
À André Falconet,
le 2 septembre 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Il semble que les gens de bien n’ont que faire d’attendre du soulagement pour le pauvre peuple, on minute de nouveaux impôts. [2] Omnia fatis in peius ruere et retro sublapsa referri[1][3] On parle que le roi [4] veut augmenter le prix du sel et les entrées du vin, [5][6][7] non seulement à Paris, mais par toute la France. On dit que c’est M. Fouquet, [8] le surintendant, qui est l’auteur de tous ces malheureux avis, d’autant qu’il ne peut autrement subsister dans sa charge, vu que du temps du Mazarin, il n’avait qu’à donner au Mazarin, [9] lequel tirait tant qu’il pouvait ; mais aujourd’hui il faut qu’il donne au roi, à la reine, [10] et encore bien plus à la reine mère, [11] sa bonne patronne, qui le maintient et le conserve contre ses ennemis et envieux. On dit même qu’il est obligé de faire de grands présents à ceux qui sont auprès d’elle, et surtout à Mme de Beauvais [12] qui est une harpie, [2] et à plusieurs autres. Pour moi, je crois qu’on ne fait courir ces bruits que pour rendre M. Fouquet odieux à tout le peuple et je crains pour lui. [3] Enfin, les pauvres gens n’ont que faire d’attendre du soulagement ; aussi meurent-ils par toute la France, de maladie, de misère, d’oppressions, de pauvreté et de désespoir ; eheu nos miseros ! o miseram Galliam ! [4] Je pense que les Topinambous [13] sont plus heureux en leur barbarie que ne sont les paysans de France aujourd’hui. [5] La moisson n’a pas été bonne, le blé sera encore fort cher toute l’année. On dit que le roi a un grand caveau dans lequel il serre volontiers ses pistoles et d’où il n’aime point de rien tirer. Il dit que quand ce caveau sera plein, qu’il en fera faire un autre, et que Monsieur le surintendant lui donne tous les mois 100 000 écus. On dit qu’il veut aller en Bretagne [14] pour supprimer les états de cette province et les tailler [15] comme les autres, et y faire de nouveaux officiers au parlement de Bretagne [16] et ailleurs : voilà des effets de l’instruction mazarinesque et des échantillons de l’avarice italienne.

Ce mardi 30e d’août. Le roi partit hier de Fontainebleau [17] et est allé à Blois ; [18] delà il ira où il plaira à Dieu. [6] J’ai fait encore aujourd’hui ma leçon [19] à Cambrai[20] où j’avais encore plus de 70 auditeurs. Nous avons ici quatre de nos médecins bien malades, dont il y en a deux de la première estime, savoir MM. Rainssant [21] et Piètre. [22] Ceux qui vont trop vite sont sujets à se casser le nez, le bon Martial [23] n’a-t-il pas eu raison de dire Immodicis brevis est ætas, et rara senectus ? [7]

Ce 31e d’août. Noël Falconet [24] a vu la tragédie des jésuites dont il est fort content, il a vu force beaux acteurs, force jésuites, force dames et de beaux sauteurs. [8][25] Il y est entré par le moyen d’un billet que le P. Labbe, [26] mon bon ami, lui avait donné à ma prière pour y être admis. [9] Je lui ai promis des cahiers d’extraits de quelques livres de médecine que j’ai faits autrefois, ce sera un moyen de le retenir tandis qu’il s’occupera à les transcrire. M. Jean Piètre a reçu le bon Dieu, de peur de rêverie [27] dans sa fièvre continue, [28] laquelle est grande et forte. Eiusmodi delirii iam aliqua rudimenta apparuerunt[10] Ces esprits bilieux [29] et ces têtes échauffées y sont plus sujets que d’autres sedati ingenii. Magnum est bene nasci corpore et animo ; gaudeant bene nati quos æquus amavit Iupiter, aut ardens evexit ad æthera virtus[11][30][31] Celui dont il est question a de grandes vertus naturelles, il est savant et fort rusé ; mais si vous tournez le talon, il a de grands vices, ou au moins de grands défauts, Vitiis nemo sine nascitur, optimus ille est qui minimis urgetur[12][32]

On dit qu’il y a bien du bruit à La Rochelle, [33] qu’ils y ont pris un partisan qu’ils ont écorché tout en vie. M. Amelot, [34] premier président de la Cour des aides[35] a reçu ordre d’aller à Fontainebleau. On croit que c’est pour recevoir réprimande, par ordre du roi, de la bouche de M. le chancelier[36] pour avoir parlé trop hardiment contre l’injustice du temps et la tyrannie des partisans lorsque M. le duc d’Orléans [37] fut, la semaine passée, à la Cour des aides y porter l’édit de suppression de tant d’officiers. [13] À la cour on ne veut pas de remontrances, tout s’y tourne à la despotique. Si Dieu n’y met la main, on nous assujettira comme des Turcs, nous qui sommes bons chrétiens, et francs et libres dès que nous avons été Français. Aujourd’hui les choses sont changées :

Au temps jadis, au siècle d’or,
Crosse de bois, évêque d’or ;
Maintenant ont changé les lois,
Crosse d’or, évêque de bois.
 [14]

Je vous baise très humblement les mains, à Mlle Falconet et à M. Spon notre bon ami, et suis de toute mon âme votre, etc.

De Paris, ce 2d de septembre 1661.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 septembre 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0711

(Consulté le 21.10.2019)