À Claude II Belin, le 18 octobre 1630

Note [9]

Guy Patin déballait ici toute une armoire de l’opulente pharmacopée de son temps : celle qu’il exécrait de toute son âme, la tenant pour inefficace et juste bonne à faire la fortune des cupides apothicaires ; et sur laquelle la suite de sa correspondance est amplement revenue.

La thériaque (theriaca ou theriace en latin) est l’un des plus célèbres médicaments de l’ancienne médecine. Son nom dérive du grec θηριακος, « qui concerne les bêtes sauvages », et abrège la locution θηριακη αντιδοτος, « antidote contre les morsures des bêtes sauvages ». Perfectionnée, sinon inventée par Andromaque l’Ancien (qui lui donnait le nom de galênê, v. note [2], lettre 1001), médecin de Néron (ier s. de notre ère), sa première et principale vertu tenait en effet à son prétendu pouvoir alexipharmaque (contrepoison), c’est-à-dire une protection contre les venins de serpents et autres poisons. De là, elle se transforma au fil du temps en véritable panacée, bonne à tout soigner. Il en existait une infinie variété, tenant aux combinaisons diverses de la soixantaine de substances qui pouvaient la composer ; on y trouvait toujours de l’opium et la chair de vipère y était presque constante ; les autres ingrédients étaient non seulement d’origine animale, mais aussi végétale et minérale. « On a appelé proverbialement tous les charlatans et les hableurs, vendeurs de thériaque, et par abréviation triacleurs [v. note [20] de l’observation xi pour quelques-unes de leurs malices] » (Furetière) ; le plus fameux de ceux-là, au xviie s., fut l’Orviétan (v. note [14], lettre 336), dont le nom devint synonyme de thériaque frelatée. V. note [41] de la Leçon de Guy Patin sur le laudanum et l’opium, pour le philonium, panacée opiacée inventée par Philon de Tarse, sous le règne de l’empereur Auguste (ier s. av. J.‑ C.), qui précéda la thériaque.

Le mithridate, ou mithridat, était une « espèce de thériaque ou antidote ou composition qui sert de remède ou de préservatif contre les poisons, où il entre plusieurs drogues, comme opium, vipères, scilles [espèce de lilacées], agaric, stincs [petits crocodiles], etc. […] Mathiole dit que le mithridate sert autant contre les poisons que la thériaque, quoique sa composition soit plus aisée à faire. Ce nom vient de Mithridate [vi] roi de Pont [au ier s. av. J.‑C., v. note [4] de l’observation xi], qui avait tellement fortifié son corps contre les poisons par des antidotes et préservatifs, qu’il ne put s’empoisonner quand il se voulut faire mourir. On en trouva la recette dans les coffres de Mithridate, écrite de sa main, et elle fut portée à Rome par Pompée. Longtemps après, elle fut mise en vers par Damocratès, fameux médecin [v. note [4] de l’observation xi], et depuis transcrite par Galien en son second Livre des antidotes. On appelle des vendeurs de mithridate, des charlatans et saltimbanques qui vendent des drogues et des remèdes sur des théâtres » (Furetière).

Venons-en aux remèdes arabes.

Trois des observations ajoutées à la thèse de Charles Guillemeau sur la « Médecine d’Hippocrate » (Paris, 1648), auxquelles Patin a probablement mis la main, fournissent d’abondants compléments sur :

  1. la thériaque et le mithridate ;

  2. les confections d’alkermès et d’hyacinthe ;

  3. le bézoard.

V. note [16], lettre 181, pour la corne de licorne, médicament le plus extravagant de la liste.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Claude II Belin, le 18 octobre 1630, note 9.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0005&cln=9
(Consulté le 19.06.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.