À Charles Spon, le 22 février 1656

Note [13]

« parce que “ les raretés ne constituent pas le fond de l’art ” et ne concourent guère à mieux remédier. dest»

Rara non sunt artis est un heureux adage latin qui a été souvent réemployé après Guy Patin. {a} Je ne l’ai trouvé que dans deux textes médicaux qu’il pouvait avoir lus.

V. infra note [15] pour une interprétation médicale moderne de l’observation que rapportait Patin.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 février 1656, note 13.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0433&cln=13

(Consulté le 27/02/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.