Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 2c. Novembre 1650-novembre 1651, Comptes de la Faculté de médecine le 26 janvier 1652
Note [9]

V. notes [14], lettre 146, pour Jacques Perreau, docteur régent (reçu en 1614) et ancien doyen (1646-1648) de la Faculté de médecine de Paris, et [44], lettre 223, pour son fils Pierre, reçu docteur en décembre 1650, après avoir obtenu les premiers rangs du baccalauréat de 1648 (v. note [11], lettre 155) puis de la licence en juin 1650 (v. note [16] des Actes de 1650‑1651).

Ce don fort généreux d’un père pour le succès son fils confirme que, contrairement à ce que stipulaient les statuts (v. notule {d}, note [8], lettre 3), le classement des licenciés ne respectait guère le mérite des candidats. Le népotisme lucratif se pratiquait alors sans la moindre vergogne au sein de la très salubre Faculté. V. notes [23], lettre 237, pour la forte exagération (quadruplement) par Guy Patin des 300 ℔ que versait ici Perreau, et [15] des Comptes de 1651‑1652 pour une validation de cette tradition, bien peu conforme aux coutumes académiques présentes.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 2c. Novembre 1650-novembre 1651, Comptes de la Faculté de médecine le 26 janvier 1652. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8184&cln=9

(Consulté le 30.10.2020)

Licence Creative Commons