À André Falconet, le 8 janvier 1666
Note [10]

La préface du premier numéro de ce nouveau Journal des Sçavans, daté du lundi 4 janvier 1666, intitulée L’Imprimeur au lecteur disait :

« L’interruption survenue à ce journal n’a servi qu’à le faire souhaiter davantage. Car tous les gens de lettres ont témoigné un extrême regret d’être privés d’un ouvrage qui leur faisait voir en raccourci ce qu’il y a de plus beau dans tous les livres, et qui leur donnait en même temps beaucoup de plaisir par la diversité des choses qui y étaient rapportées. Il y a pourtant eu quelques personnes qui se sont plaintes de la trop grande liberté qu’on s’y donnait de juger de toutes sortes de livres. Et certainement, il faut avouer que c’était entreprendre sur la liberté publique et exercer une espèce de tyrannie dans l’empire des lettres que de s’attribuer le droit de juger des ouvrages de tout le monde. Aussi est-on résolu de s’en abstenir à l’avenir et au lieu d’exercer sa critique, de s’attacher à bien lire les livres pour en pouvoir rendre un compte plus exact qu’on n’a fait jusqu’à présent. Et cela étant, on est assuré qu’il n’y aura personne qui n’ait la joie de voir revivre un ouvrage aussi utile et aussi agréable que celui-ci. Au reste, afin qu’on n’ait pas sujet de regretter le temps pendant lequel ce journal a discontinué, on s’est proposé de parler des meilleurs livres qui se sont cependant imprimés, de sorte que cette interruption n’empêchera pas que l’histoire savante qu’on avait d’abord fait espérer ne soit aussi complète qu’elle aurait pu être. ».

On ne trouve pas dans la table du Journal pour l’année 1666 d’article consacré aux œuvres complètes du P. Théophile Raynaud. Guy Patin nous apprend ici qu’il avait lui-même proposé une collaboration au Journal des Sçavans, mais c’était avant qu’on y eut éreinté le livre de son fils Charles sur les médailles (v. note [6], lettre 814).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 8 janvier 1666. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0853&cln=10

(Consulté le 09.12.2019)

Licence Creative Commons