À Gerardus Leonardus Blasius, le 28 janvier 1661, note 38.
Note [38]

Page 102 des Commentaria, dernier paragraphe :

Sine virili autem semine fœcundari mulieres non credendum. Pomponii enim Melæ narrationem de fœminis Insulanis hirsutis, et sine coitu marium sua sponte fœcundis, fabulosam censet Caranza. De Iucubis {a} res alia, et nos alibi. Sola imaginatione Magdalena d’Auvermont, Hieronymi Augusti de Montelione, Equitis Gallici uxor, Emmanuelem concepisse nuperis annis in Gallia promulgatur, quod suspectum reddidit de Lord Prof. Monspeliensis, et mihi ibidem dissuasit P. Sanchius. Equas vento concipere Lusitanicas, auctores veteres prodiderunt, quos tuetur Lud. Carrius. Sed rectius mentem illorum de fœcunditate equarum et conceptionis celebritate explicat Justinus Epitomator. Barthol. ib. pag. 181.

[On ne doit cependant pas croire que les femmes soient fécondées sans la semence de l’homme. Carranza {b} juge en effet fabuleux le récit de Pomponius Mela sur les habitantes d’une île qui étaient velues et spontanément fécondes sans commerce avec un homme. {c} Quant aux incubes, {d} c’est une affaire qui nous est étrangère. Il y a quelques années, on a publié en France que, par la seule imagination, Madeleine d’Auvermont, épouse de Jérôme Auguste de Montléon, chevalier français, avait conçu un Emmanuel, {e} ce qui a éveillé le soupçon de Delort, professeur de Montpellier, et dont m’a dissuadé P. Sanche, de la même Université. {f} D’anciens auteurs, que défend Lud. Carrius, ont rapporté que le vent fécondait les juments de Lusitanie ; {g} mais Justinus Epitomator tire plus exactement au clair leur pensée sur la fécondité des juments et la solennité de la conception. {h} Bartholin, ibid. page 181]. {i}


  1. Sic pour Incubis.

  2. Alphonsi a Carranza IC. Hispani Tractatus novus et accuratissimus de partu naturali et legitimo : Ubi controversiæ Iuridicæ, Philologicæ, Philosophicæ, Medicæ discutiuntur, ad Fori usum et Praxim, de Partus Conceptione, Formatione : de Fœtu in utero, de Postumis, de Conditione partus, Expositione, Suppositione, Ventre exsecto, Tempore partus vario (ubi et de Anni computatione prolixe agitur) Abortivo, Monstruoso, Numeroso partu, Superfœtatione, Generatione, Succubis. Cui propter argumenti similitudinem, additæ sunt duæ Exercitationes Caroli Annibalis Fabroti, Antecessoris Aqui-sextiensis, de Tempore humani partus, et de Numero puerperii. Item eiusdem Alphonsi a Carranza Diatriba super prima Temporum doctrina, adversus Dionysium Petavium : ubi agitur de Anno Hebræorum, Ægyptorum, Græcorum, Romanorum.

    [Traité nouveau et très exact d’Alphonsus a Carranza, jurisconsulte espagnol, sur l’accouchement naturel et légitime : pour l’usage du tribunal et pour la pratique, y sont débattues les controverses judiciaires, philologiques, philosophiques et médicales sur la conception et la formation de l’enfant : fœtus dans l’utérus, posthumes, {i} condition, abandon, supposition d’enfant, césarienne, date variable de l’accouchement (où il est surtout amplement question du calcul de l’année), moyens de provoquer l’avortement, monstruosités, gémellarité, superfétation, {ii} conception, succubes. {iii} Pour la proximité de leur sujet, y ont été ajoutés deux essais de Charles-Annibal Fabrot, {iv} avocat d’Aix-en-Provence, sur la date de l’accouchement humain et sur le nombre des parturitions ; ainsi qu’un discours du dit Alphonsus a Carranza sur la doctrine primitive des temps, contre Denis Petau, {v} où il est question de l’année chez les Hébreux, les Égyptiens, les Grecs, les Romains]. {vi}

    1. Enfants nés après la mort du père.

    2. v. supra note [33].

    3. Démons similaires aux incubes, v. infra notule {d}.

    4. V. note [3], lettre 126

    5. V. note [6], lettre 54.

    6. Genève, Iohann. de Tournes et Iacobus de la Pierre, 1629, in‑4o de 734 pages.

    Le chapitre i (pages 13‑64) traite de Conceptione, et eius signis et effectibus in Iure : deque Efformatione et Animatione fœtus, et eius Motu [de la Conception, et de ses signes et effets en droit ; et de la formation et animation du fœtus, et de ses mouvements]. La 22e et dernière entrée de son Synopsis est intitulée Conceptio et post viri mortem contingere potest [La conception peut même survenir après la mort du mari], ce qui correspond à la fiction de la conception par imagination.

  3. Pomponius Mela (v. note [32], lettre 527) : Description de la terre, livre iii, chapitre ix, Éthiopie.

  4. Démons nocturnes qui abusent des femmes et ancienne maladie proche de l’épilepsie (v. note [42] de L’homme n’est que maladie).

  5. Un Messie (conçu par l’opération du Saint-Esprit) ; v. infra note [39], pour des éclaircissements sur cette affaire.

  6. Jean Delort, mort en 1637, avait été professeur et doyen de l’Université de médecine de Montpellier ; v. note [55], lettre 223, pour son collègue Pierre i Sanche.

  7. La Lusitanie est l’ancien nom du Portugal.

    Alain Duc (v. infra note [39]) a identifié Ludovicus Carrio (et non Carrius) comme étant l’humaniste flamand Louis Carrion (Bruges vers 1547-Louvain 1595), notamment auteur des Lud. Carrionis Emendationum et observationum libri duo [Deux livres des Corrections et observations de Lud. Carrio] (Paris, Ægidius Beysius, 1583, in‑4o) : le sujet des juments fécondées par le vent est abordé dans le chapitre xvii du livre i (page 155, réédition de Naples, frères Gessarius, 1751, in‑fo), avec de copieuses références à Pline l’Ancien, Solin, Martianus Capella, Virgile, Columella…

  8. V. note [5], 3e lettre de Roland Desmarets, pour Justin, historien latin du iiie ou ive s., et son abrégé des Histoires philippiques de Togue Pompée (v. note [33] du Borboniana 3 manuscrit).

  9. Honnête renvoi de Gerardus Leonardus Blasius à la source qu’il avait intégralement recopiée : pages 181‑182 de la 3e édition de l’Anatomia de Caspar Bartholin par son fils Thomas (Leyde, 1651, v. note [7], lettre 311).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gerardus Leonardus Blasius, le 28 janvier 1661, note 38.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1187&cln=38

(Consulté le 20/05/2024)

Licence Creative Commons