À Charles Spon, le 22 avril 1661, note 2.
Note [2]

Les quatre ouvrages cités dans ce paragraphe sont :

  • Isaaci Vossi de Septuaginta interpretibus, eorumque translatione et chronologia Dissertationes,

    [Dissertations d’Isaac Vossius {a} sur les 70 interprètes, {b} avec leur traduction et leur chronologie] ; {c}

  • Etymologicon linguæ Latinæ [Étymologie de la langue latine] ; {d}

  • Pub. Ovidii Nasonis Opera omnia, in tres tomos divisa ex accuratissima recensione Nicol. Heinsii, cum Notis selectissimis Variorum in omnes eiusdem libros ; et Figuris æneis artificiosissimis, singulis libris Metamorphoseωn præfixis, argumenta eorum indicantibus. Cum indicibus locupletissimis, tum rerum, tum verborum. Editio nitidissima, accuratissima. Accurante Cornelio Schrevelio

    [Œuvres complètes d’Ovide, divisées en trois tomes, suivant la recension très exacte de Nicolaas Heinsius, {e} avec des notes très choisies de divers auteurs sur tous les livres du poète, et des gravures très artistiques introduisant chaque livre des Métamorphoses, avec leurs légendes explicatives, ainsi que de très riches index des matières et des mots. Très belle et soigneuse édition établie par Cornelius Schrevelius] ; {f}

  • « Lettres de quelques hommes illustres, théologiens remontrants. » {g}


    1. V. note [19], lettre 220.

    2. Les 72 traducteurs de la Septante (v. notule {b}, note [7], lettre 183) : titre que Guy Patin a adapté en « Apologie de Vossius en faveur de la traduction des 70 interprètes de la Sainte Écriture ».

    3. La Haye, Adrianus Vlacq, 1661, in‑4o de 435 pages.

    4. Amsterdam, 1662 (v. note [20], lettre 352), ouvrage de Gerardus Johannes Vossius, père d’Isaac.

    5. Nicolas Heinsius a correspondu avec Guy Patin.

    6. Leyde, Petrus Leffen, 1662, in‑8o de 667 pages, pour le premier des trois tomes ; v. notule {b}, note [18], lettre 345 pour Cornelius Schrevelius.

    7. Amsterdam, 1660, v. note [2], lettre 657.

      Aux noms de Conrad Vorstius (v. note [13] du Grotiana 2) qu’un lapsus de Guy Patin a transformé en Vossius, Caspar Barlæus (v. note [71], lettre 150) et Hugo Grotius (v. note [2], lettre 53) qu’un autre lapsus a transformé en Heinsius, s’adjoignait ici (sans méprise) celui de Simo Episcopius (Simon Bischop, 1583-1643), théologien protestant hollandais, élève de Jacobus Arminianus à Leyde, meneur des remontrants arminiens en Hollande et fondateur de la théologie arminienne (v. note [7], lettre 100).


Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 avril 1661, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0693&cln=2

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons