Les comptes rendus de l’Académie nationale de Pharmacie en ligne dans Medica

La collection des comptes rendus des séances publiques de l’Académie nationale de Pharmacie est en ligne dans la bibliothèque numérique de la BIU Santé pour la période 1809-1960. Cette réalisation est le fruit d’un travail de coopération entre l’Académie et la BIU Santé.

Statuts de la Société libre des pharmaciens de Paris, 1796, Reg. 39

L’Académie nationale de Pharmacie est l’héritière directe de la Société de pharmacie de Paris créée le 3 août 1803, elle-même issue de la Société libre des pharmaciens de Paris fondée en 1796. Son premier président n’est autre qu’Antoine-Augustin Parmentier, célèbre pharmacien et agronome. La Société a pour but de concourir aux progrès des sciences et spécialement de la pharmacie, de la chimie, de la botanique et de l’histoire naturelle. Reconnue d’utilité publique le 5 octobre 1877, elle prend le nom d’Académie en 1946, puis d’Académie nationale en 1979. Une revue publiée à partir de 1943, les Annales pharmaceutiques françaises, contribue à son rayonnement.

Pipette automatique présentée par M. Limousin. Séance publique du 24 novembre 1880

La publication contient les comptes rendus des travaux des différents membres de l’Académie, la liste des membres qui la composent, les remises de Prix récompensant les travaux scientifiques éminents, ainsi que le récit des événements qui ponctuent la vie de l’Académie*. Ces éléments permettent de retracer non seulement l’activité de l’Académie et de ses membres, mais aussi de dresser un tableau évolutif de l’état de la recherche en sciences pharmaceutiques, et en creux, le portrait d’une communauté de savants, praticiens et chercheurs entièrement dédiés à l’essor d’une même discipline. Depuis les débuts de la Société de pharmacie de Paris, cette communauté a considérablement évolué : exclusivement composée de pharmaciens parisiens à ses débuts, son rayonnement s’accroît au fil des ans à l’ensemble du pays et hors de France, grâce à la présence de membres répartis sur tout le territoire et de membres correspondants étrangers. En 2005, elle est officiellement ouverte aux non-pharmaciens et accueille médecins, scientifiques, vétérinaires et juristes.

Le pôle Pharmacie de la BIU Santé conserve les archives de la Société depuis ses origines jusqu’à la fin du XIXe siècle.

* Toutes les séances publiques n’ont pas nécessairement fait l’objet d’une publication séparée par la Société de pharmacie. On peut néanmoins les retrouver dans le Journal de pharmacie et de chimie, partiellement numérisé dans Gallica, par exemple ici pour l’année 1868 ou encore ici pour l’année 1871.

Catherine Blum

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.