De la chirurgie de précision pour sauver un monument de l’anatomie

Article de Laura Capogna – Elève en 5e année en spécialité Arts graphiques-Livres au département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine

La Bibliothèque interuniversitaire de santé conserve dans ses réserves plusieurs exemplaires du célèbre ouvrage De Humani corporis fabrica. Il est considéré comme le premier traité d’anatomie moderne et est le fruit de seulement quatre années de travail d’André Vésale, médecin et anatomiste parmi les plus connus de la Renaissance.

Fig. 1 (a) Secunda musculorum tabula, édition de 1543

Cet ouvrage rédigé en latin, langue du savoir, comprend de nombreuses illustrations du corps humain, allant de l’allure générale de corps (fig. 1 a) aux plus petits détails de son anatomie. De la première version publiée en 1543, la BIU Santé conserve un exemplaire. Elle possède également dans ses collections cinq exemplaires de la seconde édition de 1555.

 

 

 

 

L’un d’entre eux a fait l’objet d’un projet de conservation-restauration en partenariat avec l’Institut national du patrimoine (Inp), et c’est à l’occasion de sa restitution au sein des collections, après une longue absence, que nous avons jugé utile d’en relater les principales étapes.

Fig. 1 (b) Plat supérieur

 

Cet exemplaire nous est parvenu dans sa reliure d’origine (fig. 1 b), datée de 1558, à laquelle un soin particulier a été apporté lors de sa réalisation. En effet, les deux plats présentent un décor très riche occupant toute leur surface. Ce décor est composé d’encadrements rectangulaires de filets triples, un gras entouré de deux maigres.

                                                                                                                                 

 

Des figures bibliques s’insèrent en abondance dans la structure formée par cet encadrement. Parmi elles, on compte Saul, Lucrèce ou encore David (fig. 2 a). Cette richesse dans le décor est aussi visible sur les parties métalliques gravées et embouties (fig. 2 b). Le soin apporté à cette reliure est également visible à travers la complexité du façonnage des ais (plats en bois), notamment sur les chants.

Fig. 2 a : Détails du décor
Fig. 2 b : détails des gravures sur les pièces métalliques

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée de cet ouvrage au sein de l’atelier d’Arts graphiques-Livres de l’Inp est le fruit d’une longue collaboration entre les deux établissements. C’est au cours du premier chantier-école[1] effectué en 2008 au sein de la BIU Santé (alors nommée BIUM : Bibliothèque interuniversitaire de médecine) que cette pièce importante a été proposée pour restauration à Thierry Aubry, responsable de l’atelier. Compte tenu de l’état de l’ouvrage, il n’était pas envisageable d’en entreprendre le traitement dans les conditions d’un chantier-école, à savoir sur un temps court et en dehors d’un atelier équipé.

C’est pourquoi il a été décidé de faire venir l’ouvrage au sein de l’Inp. En effet, son état de conservation était très préoccupant et il était exclu de le présenter en exposition. Il n’était en aucun cas manipulable en l’état sans risques d’aggravation majeure des altérations présentes.

Les principaux dommages, imputables à un dégât des eaux survenu à la BIU Santé au cours des années 1980, ont touché à la fois le corps de l’ouvrage, la structure et le cuir de recouvrement. L’infestation du papier – par des micro-organismes – qui a suivi le dégât des eaux, a causé une très grande fragilisation ainsi que des taches et auréoles sur chaque feuillet (particulièrement sur les marges de tête) (fig. 3).

Fig. 3 : Dommages sur le corps d’ouvrage

L’eau a eu également un effet dévastateur sur le cuir : rétraction, noircissement, forte réticulation et lacunes importantes sur les plats (fig. 4).        

Fig. 4 : Dommages du dégât des eaux sur le cuir de couvrure (a) sur le plat supérieur, (b) sur le plat inférieur

               

Fig. 5 : Cassure du plat inférieur

D’autres altérations relevées, n’ayant pour autant pas forcément la même origine, menaçaient fortement la conservation de l’ouvrage. Parmi ces dernières, l’on peut citer l’absence totale du dos, une grande fragilisation de la structure du livre, en particulier de la couture, les plats en grande partie détachés et cassés (plat inférieur), ainsi que des fentes du bois des ais (fig. 5).

 

 

 

Il était donc nécessaire d’intervenir sur la structure et le corps d’ouvrage afin qu’ils retrouvent une intégrité structurelle qui permettrait à nouveau sa manipulation et sa consultation sans risques.

A la suite d’un constat d’état, de l’établissement d’un diagnostic et de l’analyse des valeurs historique, d’usage et esthétique dont cet ouvrage est porteur, il a été décidé, en accord avec la BIU Santé, de réaliser un traitement minimaliste, plus particulièrement sur la reliure, visant à le stabiliser en conservant au maximum son aspect actuel. Cette approche permettait d’interagir le moins possible avec l’histoire particulière de l’ouvrage en offrant une certaine visibilité sur les matériaux et techniques de façonnage utilisés au milieu du XVIe siècle. Par ailleurs, un comblement complet des lacunes de la couvrure aurait provoqué une gêne visuelle par une trop grande présence de la restauration. En effet, les parties noircies et déformées du cuir d’œuvre n’auraient pas pu retrouver leur couleur et leur planéité d’origine. De ce fait, leur incrustation dans le nouveau cuir aurait eu un rendu esthétique peu satisfaisant. Ce comblement posait également la question d’une restitution totale ou partielle du décor, difficilement réalisable compte tenu de l’importance des lacunes.

Si une approche minimaliste était également de rigueur pour le traitement du corps d’ouvrage – il n’était par exemple pas envisageable de déposer la couture du XVIe  siècle pour un traitement plus aisé –, 400 feuillets devaient être traités individuellement. Ce travail répétitif, qui n’aurait nécessité que quelques mois d’immobilisation chez un professionnel, ne pouvait pas être réalisé en continu par un ou plusieurs élèves dans le cadre de leur formation pratique à l’Inp[2], au risque pour eux de ne pouvoir compléter leur programme pédagogique. Il a donc été envisagé en deux étapes. La partie systématique du traitement du corps d’ouvrage, à savoir le comblement de lacunes et la consolidation du papier, a été envisagée comme un exercice pédagogique ponctuel sur près de 10 années, pour plusieurs promotions d’élèves restaurateurs. Le traitement structurel a, lui, été réalisé en deux temps. Les ais ont été traités dès leur arrivée à l’Inp en 2008. Leur remontage et le travail post-consolidation du bloc texte ont été réalisés par mes soins entre 2018 et 2019, au gré du calendrier scolaire.

La première promotion en charge de cet ouvrage s’est donc occupée, en 2008, de dépoussiérer soigneusement l’ouvrage dans sa totalité et de restaurer les deux ais en insérant des languettes d’un bois plus tendre que le bois d’œuvre et en les collant à l’aide de colle animale (fig. 6). L’ais inférieur, encore solidaire du corps d’ouvrage, a été déposé au préalable.

Fig. 6 : Consolidation de l’ais inférieur

Les élèves ont ensuite consolidé la couture en posant une apprêture temporaire (collage de couches de papiers sur le dos) pour pouvoir traiter l’intérieur du livre sans trop solliciter la couture d’œuvre. Elles ont ainsi pu commencer le long travail sur le corps d’ouvrage en consolidant les déchirures et les parties fragilisées systématiquement par doublage à l’aide d’un papier japonais très fin (3,5 g/m2) et d’un adhésif dilué en phase alcoolique. Les lacunes, présentes sur pratiquement chaque feuillet, ont quant à elles été comblées à l’aide de papiers japonais pré-teintés et d’épaisseurs équivalentes au papier d’œuvre. A cette fin et en se basant sur les différentes nuances de couleur du papier d’œuvre, les élèves ont préparé des papiers de comblement en sélectionnant des teintes moyennes pour ne pas rendre le traitement trop chronophage.

En 2018, j’ai fini le comblement et la consolidation du papier et donc pu entamer la dernière phase de la restauration en posant une nouvelle apprêture sur le dos, définitive cette fois. Elle permet de ne pas trop solliciter les supports de couture lors de l’ouverture du livre. J’ai refixé les restes de l’ancienne apprêture en parchemin par-dessus (fig. 7 b), non pas tant pour leur fonctionnalité que pour les laisser sur l’ouvrage, à la manière d’un ré-enfouissement préventif pratiqué en archéologie : il est toujours préférable de laisser ou de remettre en place tous les éléments constitutifs d’un objet, plutôt que de les restituer de façon séparée.

Après une mise au ton des parties consolidées à l’aide d’aquarelles et de peintures acryliques, j’ai remonté les ais sur l’ouvrage comme à l’origine, et j’ai confectionné une coque rigide en papier japonais que j’ai fixée sur quelques millimètres aux ais (fig. 7 c). Elle permet de contrôler l’angle d’ouverture de l’ouvrage et protège ainsi la couture. Afin de ne pas rendre la restauration trop visible, j’ai collé plusieurs couches de papiers japonais fins de différentes teintes permettant ainsi d’imiter l’aspect et le relief du cuir.

Fig. 7 (a)  : dos avant restauration
Fig. 7 (c) :  dos après pose de la coque en papier japonais

 

Fig. 7 (b) : dos après pose d’une nouvelle apprêture et refixage de l’ancienne

 

 

Avant la dernière étape de conditionnement, j’ai mis à plat les parties de la couvrure le nécessitant, avant de les refixer par un collage à l’aide d’un pressage fort mais contrôlé. J’ai posé des bandes de papier japonais sur tout le tour du cuir, à cheval sur le bois, pour éviter toute accroche lors de futures manipulations, limitant ainsi les risques de (re)soulèvement du cuir.

 J’ai finalement réalisé un conditionnement sur mesure permettant un maintien optimal aussi bien pour un rangement à plat que debout avec des matériaux pérennes. Afin de limiter les risques de perte des défaits et ne pas augmenter l’encombrement total de l’ouvrage, j’ai intégré ces éléments dans la mousse de renfort pour qu’ils soient conservés avec l’ouvrage (fig. 8).

Fig. 8 : Boîte de conservation sur mesure avec les défaits intégrés

Cette restauration (fig. 9) conséquente et exceptionnelle dans le cadre de la formation au sein de l’Inp s’est étalée de manière intermittente sur 11 années et a impliqué de nombreuses promotions de 2008 à 2019 (à commencer par la promotion 2005-2010 jusqu’à la promotion 2016-2021[3]). Cet exemplaire du De Humani corporis fabrica a aujourd’hui retrouvé sa place au sein des collections de la BIU Santé et peut à nouveau être présenté aux visiteurs de la bibliothèque.

 

Fig. 9 (a) Plat supérieur avant et après restauration

                                            (b) Dos avant et après restauration

 

(c) Plat inférieur avant et après restauration

(d) Exemple de feuillet après restauration

Crédits photographiques : Fig. 1a – BIU Santé / Fig. 1b à 9  – © Inp

[1] Les chantiers-écoles sont réalisés tous les ans par les élèves sur une période de deux semaines. C’est l’occasion, pendant les trois premières années de la formation, de réaliser un chantier de conservation préventive, curative et de restauration dans les institutions.

[2] Les cours de pratique de la restauration sont dispensés les jeudis et vendredis au sein des ateliers de l’Inp sur les quatre premières années de formations. Le reste de la semaine est dédié aux cours théoriques d’histoire, de sciences ou encore de déontologie.

[3] Les étudiantes qui ont travaillé successivement sur ce projet sous la direction de Thierry Aubry sont Sandra Vez, Aurélie Martin, Marie Messager, Cindy Landry, Marie Poirot, Julie Tyrlik, Morgane Royo, Corinne Cheng, Isabelle Chavanne, Laury Grard, Ludivine Javelaud, Sara Mazet et Laura Capogna.

Les catalogues de produits pharmaceutiques dans Medica

Laboratoire de préparateur en chef, Établissements Goy.

Un nouveau corpus en histoire de la pharmacie vient enrichir la bibliothèque numérique Medica.

Il s’agit d’un ensemble de catalogues de produits pharmaceutiques appartenant au Fonds de dotation pour la gestion et la valorisation du patrimoine pharmaceutique, structure fondée par le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, en partenariat avec la BIU Santé. Un portail intitulé « Art et patrimoine pharmaceutique », accessible gratuitement en ligne, vous permet d’explorer une partie des richesses de ce fonds.

Catalogue des Etablissements Goy, 1899

Au début du XXe siècle, les droguistes développent leurs activités et proposent aux pharmaciens d’officine des catalogues imprimés, ou « Prix-courant ». Ces derniers recensent les matières premières nécessaires à la fabrication des préparations magistrales ainsi que les médicaments inscrits au Codex et des spécialités. Ces drogueries – la Pharmacie centrale de Paris (1852), les Établissements Goy (1878) ou encore la Cooper (1907) pour ne citer que les plus connues d’entre elles – peuvent être considérées comme de véritables précurseurs de l’industrie pharmaceutique. Ces deux dernières usines sont par ailleurs largement représentées au sein du corpus.

Pilules Peny. Institut du Dr Calvet, s.d.

Même si tous les catalogues ne sont pas datés, on peut raisonnablement circonscrire l’ensemble du corpus à la première moitié du XXe siècle. Le plus souvent organisés par catégories de produits (capsules, chocolats médicamenteux, vins médicinaux…), ces catalogues, dont certains sont particulièrement soignés d’un point de vue éditorial, indiquent le « prix courant » de chaque produit. Ils assortissent souvent ces derniers d’illustrations les représentant ou d’ étiquettes qui orneront les conditionnements des spécialités. Les pastilles MBC, « Pastilles Menthol Cocaïno-boraté », créées en 1895 et destinées à soigner les « affections de la gorge », sont par exemple le produit phare des Établissements Goy.

Ces catalogues fournissent de précieuses informations, commerciales et scientifiques, sur les médicaments et produits pharmaceutiques proposés et autorisés à la vente à une époque donnée. Certains d’entre eux ne se limitent pas à l’énumération de leur fonds de commerce, ils s’enrichissent par exemple d’une présentation historique de la société, comme c’est le cas pour la maison Parke-Davis ou de vues photographies de leurs ateliers, à l’instar des Établissements Goy. D’autres possèdent des annotations manuscrites, probablement ajoutées là par le pharmacien pour qui il s’agit avant tout d’un outil de travail.

Catherine Blum

Les comptes rendus de l’Académie nationale de Pharmacie en ligne dans Medica

La collection des comptes rendus des séances publiques de l’Académie nationale de Pharmacie est en ligne dans la bibliothèque numérique de la BIU Santé pour la période 1809-1960. Cette réalisation est le fruit d’un travail de coopération entre l’Académie et la BIU Santé.

Statuts de la Société libre des pharmaciens de Paris, 1796, Reg. 39

L’Académie nationale de Pharmacie est l’héritière directe de la Société de pharmacie de Paris créée le 3 août 1803, elle-même issue de la Société libre des pharmaciens de Paris fondée en 1796. Son premier président n’est autre qu’Antoine-Augustin Parmentier, célèbre pharmacien et agronome. La Société a pour but de concourir aux progrès des sciences et spécialement de la pharmacie, de la chimie, de la botanique et de l’histoire naturelle. Reconnue d’utilité publique le 5 octobre 1877, elle prend le nom d’Académie en 1946, puis d’Académie nationale en 1979. Une revue publiée à partir de 1943, les Annales pharmaceutiques françaises, contribue à son rayonnement.

Pipette automatique présentée par M. Limousin. Séance publique du 24 novembre 1880

La publication contient les comptes rendus des travaux des différents membres de l’Académie, la liste des membres qui la composent, les remises de Prix récompensant les travaux scientifiques éminents, ainsi que le récit des événements qui ponctuent la vie de l’Académie*. Ces éléments permettent de retracer non seulement l’activité de l’Académie et de ses membres, mais aussi de dresser un tableau évolutif de l’état de la recherche en sciences pharmaceutiques, et en creux, le portrait d’une communauté de savants, praticiens et chercheurs entièrement dédiés à l’essor d’une même discipline. Depuis les débuts de la Société de pharmacie de Paris, cette communauté a considérablement évolué : exclusivement composée de pharmaciens parisiens à ses débuts, son rayonnement s’accroît au fil des ans à l’ensemble du pays et hors de France, grâce à la présence de membres répartis sur tout le territoire et de membres correspondants étrangers. En 2005, elle est officiellement ouverte aux non-pharmaciens et accueille médecins, scientifiques, vétérinaires et juristes.

Le pôle Pharmacie de la BIU Santé conserve les archives de la Société depuis ses origines jusqu’à la fin du XIXe siècle.

* Toutes les séances publiques n’ont pas nécessairement fait l’objet d’une publication séparée par la Société de pharmacie. On peut néanmoins les retrouver dans le Journal de pharmacie et de chimie, partiellement numérisé dans Gallica, par exemple ici pour l’année 1868 ou encore ici pour l’année 1871.

Catherine Blum

Atelier Wikipédia 2019 pour les sages-femmes

Depuis trois ans, la BIU Santé et Wikimédia France développent échanges et partenariats, que ce soit au travers de l’alimentation de la banque d’images Wikimédia Commons ou le développement d’une offre de formation à destination des étudiant(e)s sages-femmes.

Le mois d’avril 2019 a été l’occasion de renouveler cette expérience en formant ainsi 8 sages-femmes de l’école Baudelocque au cours de deux séances de trois heures animées à la bibliothèque universitaire Cochin. Une fois de plus, nous saluons la disponibilité et l’investissement des bénévoles de Wikimédia France : Chaoborus, Kikuyu3, Litlok et Wikinade.

De la découverte…

Une première séance introductive consacrée à une présentation générale de Wikipédia (historique, règles de publication, vie de la communauté, modération) permettait aux étudiantes de mieux comprendre les enjeux de l’encyclopédie libre et les conditions de son enrichissement. À l’issue de cette initiation, les étudiantes étaient invitées à créer leur propre compte avant de pouvoir modifier ou compléter une page, voire même d’en créer une nouvelle. Par groupe de deux ou trois, il leur était proposé de corriger ou de compléter quelques pages choisies au sein d’une liste d’articles « perfectibles ».

… à l’action

La seconde séance permettait de revenir sur les savoirs acquis au cours de la première et de présenter les modifications réalisées entretemps sur les pages sélectionnées. L’exploration de l’historique des modifications, l’évaluation de la pertinence des ajouts, l’analyse critique du contenu des articles, de leur neutralité et de leurs illustrations ont été l’occasion de mettre en pratique les principes évoqués lors de la séance d’initiation.

La présentation des travaux des étudiantes a ouvert le débat et permis aux bénévoles de revenir sur des points essentiels : l’importance de la création de sujets pérennes, de l’usage de sources aisément accessibles, la longueur des articles, etc.

Ainsi, plusieurs articles ont été modifiés : tabagisme pendant la grossesse, déni de grossesse, post-partum, réflexe archaïque…. Ce travail a permis aux étudiantes de se familiariser avec les outils de publication de Wikipédia, tout en développant leur sentiment de légitimité. En montrant toutes les échelles de contribution possibles, de la simple correction orthographique à l’ajout de références et de contenu, les bénévoles ont su rendre accessible et tangible la participation à ce chantier collectif.

Soyez les acteurs du savoir !

La création d’un compte Wikipédia est simple et rapide. Chacun peut contribuer à la hauteur du temps qu’il a à y consacrer.

Bibliothécaires, professionnels de santé, étudiants, chercheurs, vous pouvez tous rajouter votre pierre à l’édifice pour enrichir cette fabuleuse encyclopédie.

Si vous ne savez pas par où commencer, découvrez Wikipédia, son fonctionnement et ses règles  en consultant le guide Participer à Wikipédia.

À noter que dans le domaine médical, un partenariat existe désormais entre Wikipédia et la Collaboration Cochrane. Les articles de Wikipédia, bien référencés, sont en effet souvent consultés par les internautes en quête d’informations sur la santé. Il faut donc veiller à ce que les informations sur ces sujets soient particulièrement fiables.

En savoir plus

L’initiative de la BIU Santé est citée dans le document de l’ADBU «Les BU pour une information fiable et de qualité»

L’atelier proposé en 2017 et son origine

Bastien Blanchon

Van Horne, Sagemolen. Comment ça va les écorchés ? Ça va bien !

Rappelons qu’en juin 2016 à la BIU Santé, quatre grands volumes de myologie ont été attribués à l’anatomiste Johannes Van Horne (1621-1670) et au peintre Marten Sagemolen (c.1620-1669). Avec les dessins de Gérard de Lairesse pour l’anatomie de Bidloo (qui sont également à la BIU Santé), ils constituent à notre connaissance le plus vaste ensemble de dessins d’anatomie du XVIIe siècle hollandais, et l’un des plus grands fonds de dessins d’anatomie humaine pour l’époque moderne.

Après un travail de documentation qui a permis de confirmer l’identité des dessins et de retracer une partie de l’histoire de leur provenance, il fallait améliorer leur état physique et les conditions de leur conservation.

Les atlas ont été jugés suffisamment intéressants pour que soit mise en place une coopération entre la Bibliothèque nationale de France, le Centre de recherche et de restauration des musées de France et la BIU Santé. La générosité de plusieurs mécènes a permis que les bonnes intentions se transforment en une opération concrète.

Grâce à Isabelle Bonnard (experte en restauration, BnF) et Natalie Coural (responsable de la filière Arts graphiques – Photographies, C2RMF) en particulier, les opérations ont été organisées en plusieurs temps en y associant deux restauratrices indépendantes spécialisées en arts graphiques, Nadège Dauga et Nathalie Silvie, missionnées pour étudier la matérialité du corpus (techniques graphiques et papiers) et assurer la conservation curative du corps d’ouvrage des volumes :

  • Démontage des documents hors de leur reliure, en raison des contraintes exercées par les reliures sur les dessins et de l’état de conservation médiocre de la structure des reliures (coutures altérées ou trop serrées, cuir des couvertures très fragilisé). Ces états ont décidé d’un démontage justifié de l’ensemble du corpus, de façon à permettre un travail de restauration des dessins aussi efficace que possible.
  • Constat d’état très détaillé avec établissement d’une base de données informatique, prélèvements, campagne photographique, analyse des techniques graphiques, dépoussiérage approfondi, consolidations des parties en péril, rapport d’étude final. Les restauratrices indépendantes travaillent sur cette première phase dans un atelier mis à leur disposition par le C2RMF – juste en face du château de Versailles. Ce travail, long, délicat et virtuose, atteint une étape décisive : le 2 avril, trois des quatre volumes quitteront Versailles, embellis, dans un état grandement amélioré et avec une documentation très précieuse sur chacun des dessins qui les constituent. Ils seront suivis à la mi-mai par le quatrième volume. On peut espérer d’intéressants renseignements lors de la synthèse des données à propos des techniques mises en œuvre (papiers, techniques graphiques), mais aussi peut-être de l’organisation d’un atelier de dessinateur au XVIIe siècle et sur les usages ultérieurs des dessins.
  • Les quatre volumes dûment conditionnés rejoindront le Centre technique de conservation Joël-le-Theule de la Bibliothèque nationale de France, au château de Sablé-sur-Sarthe. Ils y seront d’abord numérisés : cette opération sera en effet plus facile et moins risquée à réaliser sur des dessins en feuilles séparées que sur des albums reliés.
  • Ensuite ils seront remontés dans leurs reliures originales restaurées à cette occasion par des restaurateurs de la BnF. Le parti a été pris de les remonter dans leur reliure d’origine, à l’exception toutefois des plus grands des dessins. Ceux qui portent la cote Ms 30 étaient conditionnés dans une reliure de toile noire du début du XXe siècle, fort laide, et dont
    Nathalie Silvie présente les grandes planches mises à plat et restaurées issues du Ms 27. (A droite, Isabelle Bonnard.)

    la composition chimique était un danger pour les documents : elle ne sera pas conservée. Ceux qui se trouvaient pliés en accordéon à la fin du Ms 27, et qui ont beaucoup souffert de ce conditionnement, ont été démontés, mis à plat, et consolidés : nous avons trouvé que les plier à nouveau n’aurait plus été du respect pour un objet historique, mais un fétichisme de l’ancien. Comme les dessins du Ms 30, ils seront donc conditionnés dans des portefeuilles spécialement conçus, qui permettront à la fois leur bonne conservation, une éventuelle exposition sans démontage préalable, et une manipulation à des fins d’étude facilitée.

  • Enfin, après un peu plus de deux ans de travaux, ils viendront reprendre leur place à la BIU Santé, dans un meuble conçu pour mieux les stocker qui sera construit d’ici là.

Dans la seconde partie de 2020, nous espérons qu’un colloque pourra se tenir autour de ses ouvrages qui sont loin de nous avoir donné tout le savoir qu’ils peuvent nous apporter.

Nous remercions les  mécènes qui nous ont permis de mener à bien ce projet. Retrouvez-les sur notre page dédiée.

Jean-François Vincent

 

Un projet mené par la BIU Santé dans le cadre de ses missions nationales CollEx.

 

 

Mettez de la couleur dans nos collections !

Du 4 au 8 février 2019, la BIU Santé est heureuse de participer pour la troisième année consécutive à l’opération #ColorOurCollections (en français : coloriez nos collections).

Elle est organisée tous les ans par la New York Academy of Medicine.

Des institutions culturelles du monde entier (bibliothèques, musées, archives…) s’associent pour proposer des planches à colorier réalisées à partir de leurs collections. De quoi vous occuper pendant ces longues journées d’hiver.

captureLes seize illustrations proposées par la BIU Santé sont téléchargeables en format PDF. Retrouvez-les également sur nos comptes Pinterest et Facebook. Elles sont issues des fonds historiques des pôles Médecine et Pharmacie – la plupart peuvent se retrouver dans Medic@, notre bibliothèque numérique (quatre millions de pages en libre accès).

Cette année, le thème « les animaux fantastiques » a été retenu par la BIU Santé.

À vous de les imprimer et de les colorier suivant votre inspiration. Et partagez avec nous vos plus belles créations (sur les réseaux ou par mail : blog@biusante.parisdescartes), nous les publierons !

Poisson nommé Uletif, espece de Licorne de mer. PARÉ, Ambroise. Discours… de la mumie, de la licorne, des venins et de la peste. Paris : Gabriel Buon, 1582

Voici à gauche, un extrait de ce nouvel album, issu d’un ouvrage d’Ambroise Paré. Espérons que cela éveillera votre âme d’artiste.

 

Vers un thésaurus historique du langage médical

La BIU Santé se réjouit  de la bourse qui a été accordée à Nathalie Rousseau (MCF Sorbonne Université – Faculté des Lettres / UMR 8167 Orient & Méditerranée Textes Archéologie Histoire) lors de la première vague de l’appel à projet CollEx, dans la catégorie «bourse numérisation».

Ce financement va permettre de définir, en collaboration étroite entre la chercheuse et la bibliothèque, les spécifications d’une application informatique d’interrogation multilingue à destination des chercheurs spécialistes du vocabulaire médical. Le programme permettra de mieux mettre en valeur le vaste corpus de 50 dictionnaires médicaux et encyclopédies (XVIIe-XXe s.) déjà dématérialisé et en partie indexé dans la bibliothèque numérique Medic@ (331 365 pages scannées, 452 vol. pour ces seuls dictionnaires).

«Établissant le lien entre mots français, anglais, latins et grecs, l’application [adossée à la bibliothèque numérique Medic@] fournira des métadonnées capitales pour le développement du programme de recherche “Le lexique médical du grec ancien : analyses des Anciens et analyses des Modernes” de l’équipe “Médecine grecque” (UMR 8167) […] elle donnera aussi accès à un large public à la compréhension de termes d’origine grecque ou latine devenus opaques alors qu’ils forment l’essentiel du vocabulaire scientifique.»

Il s’agit donc d’une seconde phase pour les projets de numérisation de la BIU Santé : après les mises en ligne nombreuses (plus de 4.5 millions de pages scannées dans Medic@), et qui se continueront, le travail s’enrichit par la mise en place d’outils de recherche mettant en valeur ces numérisations.

L’équipe Médecine grecque, internationalement reconnue, à laquelle appartient Nathalie Rousseau, collabore de longue date avec la BIU Santé. Ce partenaire accompagne la bibliothèque numérique Medic@ depuis ses débuts, pour le corpus des médecins de l’Antiquité.

En savoir plus

«Lexiques techniques et commentaires scientifiques» sur le site de l’équipe Médecine grecque.

 

 

 

 

Atelier Wikipédia 2018 pour les sages-femmes

En mai 2018 la BIU Santé a accueilli, pour la deuxième année consécutive, trois ateliers Wikipédia destiné aux étudiant(e)s sages-femmes. Chaque atelier comportait deux séances de trois heures, animées par des bénévoles de Wikimédia France : Kikuyu3, Chaoborus et Wikinade (merci à eux !). Vingt-quatre étudiant(e)s étaient concerné(e)s cette année (ainsi que deux collègues bibliothécaires).

Se familiariser avec Wikipédia

La première séance était une présentation de l’encyclopédie, où étaient abordés son historique, son fonctionnement, et sa modération. À la fin du cours, les étudiant(e)s étaient invité(e)s à se créer un compte, avant de pouvoir modifier ou compléter une page, voire même en créer une nouvelle pour les plus ambitieux. Et puisque cette formation ne s’arrête pas à la porte de la salle, les futur(e)s sages-femmes avaient alors pour consigne de travailler en binôme à l’amélioration d’une page choisie dans une liste d’articles « perfectibles » repérés à l’avance par les bibliothécaires et les wikipédiens, avec l’aide des enseignants.

… et mettre les mains dans le cambouis

Malgré une période chargée en partiels, les étudiant(e)s ont majoritairement fait l’effort de préparer la deuxième séance, en passant au crible un ou deux articles. Il s’agissait de repérer les corrections et enrichissements envisageables sur des sujets intéressant la maïeutique.

Restaient alors trois heures pour mettre en œuvre ces changements, avec l’aide des bénévoles de l’association. La lecture / discussion en groupe des articles s’est révélée intéressante et enrichissante pour les «élèves», et motivante pour les formateurs, qui ont ainsi pu les sensibiliser à certains aspects de l’encyclopédie actuelle, par exemple :

Cette partie de la formation était très vivante, et les élèves y ont été particulièrement réceptifs.

Au final, ce sont plus de vingt articles qui ont été édités, à des degrés divers. Il pouvait s’agir du simple rajout d’une illustration, d’un enrichissement tiré d’une page similaire en langue étrangère, de la correction d’imprécisions ou d’erreurs, ou de complément de sources… entre autres ! Sur des articles très généraux comme Gynécologie, ou plus pointus tels le canal de Müller.

De quoi désinhiber pour de futures corrections en ligne – car si on croise parfois des erreurs sur l’encyclopédie, rares sont les internautes qui osent les corriger.

Soyez les acteurs du savoir !

La création d’un compte Wikipédia est simple et rapide. Chacun peut contribuer à la hauteur du temps qu’il a à y consacrer.

Bibliothécaires, professionnels de santé, étudiants, chercheurs, vous pouvez tous rajouter votre pierre à l’édifice pour enrichir cette fabuleuse encyclopédie.

À noter que dans le domaine médical, un partenariat existe désormais entre Wikipédia et la Collaboration Cochrane. Les articles de Wikipédia, bien référencés, sont en effet souvent consultés par les internautes en quête d’informations sur la santé. Il faut donc veiller à ce que les informations sur ces sujets soient particulièrement fiables. Pour ce faire, la Cochrane recrute des volontaires chargés de mettre à jour dans les articles de l’encyclopédie les références à ses revues systématiques :

Et dans un registre différent, la BIU Santé participe également à la diffusion des images qu’elle a numérisées en les déposant en masse sur Wikimedia Commons. Plus d’informations sur ce projet ici.

David Benoist & Fabien Lafage

En savoir plus

L’initiative de la BIU Santé est citée dans le document de l’ADBU «Les BU pour une information fiable et de qualité»

L’atelier proposé en 2017 et son origine

La page du projet sur Wikipédia

Détails des travaux effectués par les étudiant(e)s

Visite du CTLes, partenaire de la BIU Santé

Dans le cadre de la formation tout au long de la vie, onze membres du personnel de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé ont profité d’une visite organisée le 3 juillet 2018 dans les locaux du CTLes (Centre technique du livre de l’enseignement supérieur).

Partenaire historique de notre établissement, le CTLes fut fondé en 1996 pour désengorger les bibliothèques de l’enseignement supérieur en Île-de-France, qui n’avaient plus la capacité de stocker leurs collections. Le travail des 28 employés qui le composent s’articule autour de trois missions :

  • La collecte, la gestion et la conservation des documents imprimés qui lui sont confiés par les bibliothèques
  • La communication des documents aux bibliothèques (PEB)
  • La mutualisation des collections.
Début de la visite devant le bâtiment 2, construit en 1996, selon le projet de l’architecte Dominique Perrault, à qui l’on doit également le site François-Mitterrand de la BnF.

Après une rapide présentation de l’établissement, la visite a commencé par le service matériel, où sont réceptionnés, pointés, dépoussiérés et mis en boîte les documents reçus par le centre.

L’entrée d’une collection au CTLes peut prendre trois formes :

  • Le dépôt : la bibliothèque, par manque de place, loue un espace de stockage pour y déposer ses documents (thèses, monographies, périodiques)
  • La cession : la bibliothèque cède la propriété de ses documents au CTLes
  • Le stockage provisoire : pour des raisons logistiques (travaux, inondation, etc.), la bibliothèque stocke provisoirement ses collections au CTLes.

La visite s’est poursuivie avec le service communication des documents, qui traite les demandes de prêt émanant des bibliothèques. Les imprimés sont ainsi communiqués par navette pour l’Île-de-France et par courrier pour la province, les DOM-TOM et l’étranger.

Magasinier en plein travail au service matériel.
Service communication des documents, qui traite entre 60 et 100 demandes par jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe s’est ensuite dirigé vers le service catalogage, puis vers le service du traitement intellectuel des collections où les documents cédés au centre font l’objet d’une relocalisation dans le Sudoc (Système Universitaire de Documentation).

La visite a continué avec les différents services administratifs (comptabilité, ressources humaines, gestion des conventions) et s’est prolongée dans le service de conservation partagée qui co-anime avec la BIU Santé, le plan de conservation pour les périodiques de médecine en Île-de-France, notamment.

Enfin, le groupe a pu admirer les impressionnants magasins de stockage. Les 75 km linéaires du bâtiment 2 étant occupés, un deuxième bâtiment a vu le jour en 2016 : il regroupe deux magasins de 55 km linéaires chacun. Actuellement seul le magasin 2A est utilisé, mais avec l’exploitation du magasin 2B prévue en 2026, la capacité totale du centre s’élèvera à 185 km linéaires, soit l’équivalent en longueur de 1 850 terrains de foot !

Les vertigineux magasins industriels, hauts comme un immeuble de quatre étages.
Employé de la BIU Santé, puni, et enfermé dans un magasin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette visite fort instructive s’est terminée par un café, moment d’échanges et de convivialité. Les participants ont été ravis de cette matinée, et le personnel de la BIU Santé s’est engagé en retour à faire visiter notre bibliothèque aux membres du CTLes.

Nous remercions M. Guillaume Niziers, directeur du centre, ainsi que Cécile, Alexandra, Delphine et l’ensemble du personnel, pour leur chaleureux accueil.

Fabien Lafage

Départ à la retraite de Guy Cobolet

Une page de l’histoire de la bibliothèque s’est tournée en avril 2018, avec le départ à la retraite de son directeur, Guy Cobolet.

Après des passages à la bibliothèque universitaire de Reims, l’université de Cincinnati, l’école nationale supérieure des bibliothèques et l’école française d’Athènes, M. Cobolet fut nommé directeur en 2000 de la Bibliothèque interuniversitaire de Médecine. En 2011, il devint le premier responsable de la BIU Santé, après la fusion de la BIUM et de la BIUP, décidée par Axel Kahn alors président de l’université Paris Descartes.

De nombreux chantiers d’envergure ont été menés sous sa direction : mise en place du premier plan de conservation partagée des périodiques, création de la bibliothèque numérique Medic@, participation au projet européen de numérisation EOD (Ebooks On Demand), dépôt des numérisations dans la Medical Heritage Library, lancement du service de questions-réponses Biuminfo (qui fête cette année ses 15 ans), nombreuses expositions virtuelles

Les partenariats noués pendant ces 18 ans ont été nombreux, à l’échelle nationale et internationale : avec la National Library of Medicine, la Bibliothèque nationale de France, OCLC, responsabilité du pôle Sciences de la vie et de la santé au sein du consortium Couperin, la bibliothèque de l’Académie de médecine, le musée de l’AP-HP, le musée Fragonard et l’école nationale vétérinaire d’Alfort (Enva), l’académie nationale de chirurgie, la Banque de données en santé publique,  Wikimédia France, et l’hébergement de sites de nombreuses sociétés savantes…

Photo. Christophe Apatie

Pendant cette période la BIU Santé a confirmé sa place au sein du réseau des bibliothèques médicales en France : organisation de stages pour les nouveaux collègues avec l’Urfist de Paris, soutien au projet national DocToBib, organisation des journées nationales des bibliothécaires et documentalistes en santé, ouvrages et éditions critiques en ligne, organisation d’événements scientifiques…

Toutes ces réalisations perdureront car Guy Cobolet ne travaillait pas pour lui-même mais pour la bibliothèque. Qu’il en soit remercié.

La carrière de Guy Cobolet en quelques dates

  • 1980-1982 : conservateur à la Bibliothèque universitaire de Reims, section santé
  • 1983 : Fulbright scholar à l’Université de Cincinnati
  • 1984-1986 : conservateur à la Bibliothèque universitaire de Reims, section santé
  • 1987-1988 : professeur à l’École nationale supérieure des bibliothèques
  • 1989-1993 : directeur de la Bibliothèque universitaire de Reims
  • 1994-1999 : bibliothécaire de l’École française d’Athènes
  • 2000-2010 : directeur de la Bibliothèque interuniversitaire de Médecine, Paris
  • 2007 : Fulbright Scholar à la National Library of Medicine (Bethesda, USA)
  • 2010-2018 : directeur de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé, Paris

Membre associé de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée

Vice-président de la Société française d’histoire de la médecine

Publications

  • G. Cobolet, Le Sancerrois à l’époque gallo-romaine, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 1979, n° spécial, 79 p.
  • Fauduet et G. Cobolet, À propos d’une boîte à sceau découverte à Saint-Satur (Cher), Revue archéologique du Centre, 1980, t. 19,  pp. 25-27
  • P. Bulot, G. Cobolet, Une épitaphe du haut Moyen Âge découverte à Saint-Satur (Cher), Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 1980, t. 61, pp. 23-26
  • G. Cobolet, La bibliothèque de l’EFA, BCH, 1996, 120-1, pp. 345-353
  • Boudon-Millot et G. Cobolet (ed.), Lire les médecins grecs à la Renaissance Paris : De Boccard, 2004.- 337 p.
  • G. Cobolet (préf.), Duton : La lecture à l’hôpital : état stationnaire, critique ou convalescent ? Villeurbanne : Enssib, 2005.- 114 p.
  • G. Cobolet, La conservation partagée des périodiques médicaux en Île-de-France In : G. Barron .- Gérer les périodiques Villeurbanne : Enssib, 2008.- pp. 124-131
  • G. Cobolet, Histoire de la santé et contenus électroniques, la bibliothèque numérique de la BIUM (Paris), Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n°1, pp. 42-44
  • Jouanna, V. Boudon-Millot, G. Cobolet (ed.), René Chartier (1572-1654) : éditeur et traducteur d’Hippocrate et de Galien Paris : De Boccard, 2012.- 342 p.
  • G. Cobolet, Providing online access to Graeco-Roman medicine: BIUM’s electronic corpus of ancient physicians, In : Medicine and Healing in the ancient Mediterranean world. Ed. by D. Michaelides Oxford : Oxbow Books, 2014. – pp. 40-42

Distinctions

Prix Plottel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, avec V. Boudon-Millot (2008)

Chevalier de l’Ordre national du mérite

En savoir plus

Hommage complice à Guy Cobolet par Danielle Gourevitch, dans la revue Histoire des sciences médicales

Annonce du départ à la retraite de Guy Cobolet dans la revue Histoire des sciences médicales

Rencontre avec Guy Cobolet, directeur de la BIUM, Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine (2011)