Journées européennes du patrimoine 2019 : la thériaque

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 21 septembre prochain entre 10h et 17h à la Faculté de pharmacie de Paris à l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019 !

Nous nous intéressons cette année à la thériaque, remède élaboré au 1er siècle par Andromaque, médecin de Néron. Il doit son nom à l’un de ses principaux ingrédients, la chair de vipère, Thêriakos signifiant en grec « ce qui concerne les bêtes venimeuses ». Composé de plus de 70 ingrédients, dont l’opium et la chair de vipère, il est à l’origine utilisé pour lutter contre les venins et les poisons, puis pour soigner toutes sortes de maux, jusqu’au XVIIIe siècle : épilepsie, difficultés respiratoires, maux d’estomac, hémorragies, goutte, paralysie, fièvre, mélancolie… La thériaque fait officiellement partie de la pharmacopée française jusqu’en 1884. « Après avoir tenu une si grande et si longue place dans la pharmacie et la thérapeutique, elle quitte le domaine de l’histoire pour être reléguée dans la légende » conclut l’édition de cette même pharmacopée en 1908. Le parcours thématique est illustré par les collections du Musée François Tillequin – Collection de matière médicale et par les ouvrages anciens issus des collections patrimoniales de la BIU Santé pôle Pharmacie.

Musée François-Tillequin – Collection de matière médicale

Lors de cette journée, vous pourrez également visiter d’autres lieux emblématiques de la Faculté, habituellement fermés au public : la salle des Actes, lieu historique de réception des pharmaciens fraîchement diplômés, la Galerie des pots ou encore le Jardin botanique de la Faculté, où les étudiants s’exercent encore aujourd’hui à la reconnaissance des plantes.

Debut: 09/21/2019 10:00 am
Fin: 09/21/2019
4 avenue de l'Observatoire
Paris
75006

 

Les ressources biographiques du pôle Pharmacie

Lorsque vous recherchez des informations sur un apothicaire ou un pharmacien reçu à Paris, plusieurs ressources s’offrent à vous. Pour vous aider dans votre recherche, nous vous proposons une sélection de ressources, disponibles en ligne ou consultables à la bibliothèque du pôle Pharmacie de la BIU Santé.

Un article très bien conçu intitulé « Où trouver des renseignements sur un apothicaire ou un pharmacien reçu à Paris ? » a été publié par Marie-Edmée Michel, conservatrice des bibliothèques, dans la Revue d’histoire de la pharmacie en 1988. Cet article reste tout-à-fait pertinent malgré certaines informations désormais obsolètes, notamment concernant les registres de scolarité des étudiants en pharmacie. Ces registres ne sont plus conservés à la Faculté de pharmacie de Paris mais ont été versés aux Archives nationales après avoir été rétro-convertis dans la Base biographique de la BIU Santé. Nous citons également de nouveaux outils de recherche que vous pouvez librement utiliser et qui vous feront gagner un temps précieux par rapport au chercheur de 1988 !

Pour démarrer votre recherche : la Base biographique de la BIU Santé

Page d’accueil de la Base biographique de la BIU Santé

Nous vous conseillons vivement de consulter la Base biographique de la BIU Santé pour toute recherche concernant un professionnel de santé, un savant, qu’il soit botaniste, chimiste, biologiste, naturaliste et bien sûr,  apothicaire ou pharmacien. La base compile des informations biographiques provenant de nombreuses sources en histoire de la santé. Pour en savoir plus sur le contenu et l’utilisation de la Base biographique, vous pouvez consulter cet article.

Concernant les apothicaires et pharmaciens, les sources suivantes sont compilées dans la base :

  • La Revue d’histoire de la pharmacie, également disponible en accès libre et gratuit sur Persée. Attention, le dépouillement de cette revue dans la base est partiel et non exhaustif : il ne vous dispense pas de rechercher de votre côté dans la revue en ligne ou sur papier.
  • Les registres de scolarité de l’École puis de la Faculté de pharmacie pour la période 1884-1945. Attention, le volume 1 renseignant la période 1803-1882 a malheureusement été perdu et n’alimente pas la base.
  • Les dossiers biographiques réalisés par le professeur Georges Dillemann (1903-1999), ancien professeur et vice-président de la Faculté de pharmacie de Paris. Plus d’informations sur cette collection ici.

Archives et manuscrits

Miniature représentant Saint Nicolas, patron de la corporation des apothicaires, ressuscitant trois enfants. Reg. 7, fol. 1v. Source : Medic@

Les archives et manuscrits conservés au pôle Pharmacie sont systématiquement signalés dans Calames, le Catalogue des Archives et manuscrits de l’Enseignement supérieur. Ils incluent notamment les archives de la Communauté des apothicaires-épiciers de la Ville de Paris, puis du Collège de pharmacie créé en 1777 puis de l’École de pharmacie de Paris à partir de 1803. Nous renvoyons ici à l’article de Marie-Edmée Michel qui détaille cet ensemble sous l’angle d’une recherche biographique. Le registre 7, le plus ancien conservé dans le fonds, est numérisé et disponible dans Medic@, la bibliothèque numérique de la BIU Santé.

Où trouver un apothicaire reçu à Paris ?

Anciennes armoiries de la communauté des apothicaires épiciers de Paris. Reg. 7, fol. 98r. Source : Medic@

Certaines des sources imprimées citées dans l’article de Marie-Edmée Michel sont désormais numérisées :

D’autres sources imprimées non numérisées sont consultables à la BIU Santé, notamment :

Où trouver un pharmacien reçu à Paris ?

Pharmacie du docteur A. Gavaudan. 114, bd de Charonne, Paris 20e. Source : Banque d’images et de portraits

La plupart des sources d’archives concernant la période contemporaine (XIXe-XXe siècles) sont conservées aux Archives nationales. Avant de vous déplacer au CARAN ou à Pierrefitte-sur-Seine, vous pouvez consulter la Salle des inventaires virtuelle. Elle rassemble un grand nombre de répertoires, guides de recherche et inventaires qui faciliteront vos premiers repérages.

Plusieurs séries concernent spécifiquement l’École puis la Faculté de pharmacie de Paris, ainsi que les professions de santé :

  • Académie de Paris. Archives des facultés de droit, de pharmacie,
    théologie, lettres et sciences, 1803-1959 ; services rectoraux, 1821-
    1961 (1803-1961).
    Répertoire numérique détaillé (AJ/16/1603-AJ/16/5731)
    Voir plus spécifiquement les tranches de cotes suivantes :
    – AJ/16/1912-AJ/16/2481 : Faculté de pharmacie
    – AJ/16/1912-AJ/16/2121 : Dossiers de scolarité des étudiants reçus au grade de pharmacien (par année et par ordre alphabétique), 1803-1946
    – AJ/16/2122-AJ/16/2125 : Dossiers de candidats reçus en doctorat d’état de pharmacie
    – AJ/16/2126-AJ/16/2192 : Dossiers de scolarité des étudiants ayant interrompu leurs études (ordre alphabétique), 1830-1940
    – AJ/16/2193-AJ/16/2217 : Dossiers de scolarité des herboristes, 1882-1940
    – […]
  • Ministère de l’Instruction publique, Enseignement supérieur. Établissements scientifiques et littéraires (2e division). Compagnies savantes, affaires médicales et jurys médicaux (2e bureau)

– F/17/4531-F/17/4534 : Pharmaciens : conditions d’examen et d’exercice (1829-1846).
Répertoire numérique détaillé

Guide Rosenwald, 1945. Source : Gallica

– F/17/6084-F/17/6570 : Profession de santé (médecins, officiers de santé, chirurgiens-dentistes, pharmaciens). Certificats d’aptitude aux grades
universitaires (1810-1905)
Répertoire numérique détaillée

Parmi les sources imprimées citées par Marie-Edmée Michel, l’Alamanach royal puis impérial puis national cité plus haut s’achève en 1919. Parmi les numérisation récentes, nous citons plus particulièrement le Guide Rosenwald en cours de numérisation dans Gallica, pour la période 1887-1908. Pour les périodiques, nous indiquons les états de collection et non la durée de vie de la publication.

Listes particulières

Pour aller plus loin

Catherine Blum

Visites guidées de l’exposition « Etienne-François Geoffroy et la table des affinités »

« Table des affinités ». Histoire de l’Académie Royale des Sciences, 1718, p. 212. Source : BIU Santé

En 1718, il y a tout juste 300 ans, le chimiste Étienne-François Geoffroy (1672-1731) publiait sa fameuse «Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances», mieux connue sous le nom de «Table des affinités», qui constituait une première tentative de rationalisation de la chimie expérimentale. Chaque colonne est surmontée par le symbole d’une substance et les autres substances sont classées par affinité décroissante pour la première.

Pour commémorer cette importante étape de l’histoire des sciences, la Société d’Histoire de la Pharmacie a organisé avec le concours de la BIU Santé une exposition autour d’Étienne-François Geoffroy et de la famille d’apothicaires parisiens dont il représente un maillon.

Portrait par Nicolas de Largillière, Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine. Source : Banque d’images et de portraits

Une affiche accueille ainsi le visiteur et détaille sa généalogie, illustrée par des portraits, tandis qu’une vitrine présente des ouvrages publiés par des membres de cette famille. Un portrait gravé d’Étienne-François d’après Nicolas de Largillière permet de se familiariser avec le personnage. Une vitrine regroupe ensuite les œuvres de partisans de la théorie corpusculaire et une autre présente les traités de chimie dus à des apothicaires parisiens qui ont servi à son initiation. Les ouvrages principaux d’Étienne-François dans le domaine de la matière médicale ou dans celui de la chimie sont ensuite exposés, y compris un exemplaire de l’Histoire de l’Académie Royale des Sciences ou fut publiée la table, sont ensuite exposés.

Synthèse de Claude-Joseph Geoffroy illustrée par Sébastien Leclerc, 1703. Source : Medic@

Une série de livres traitant de la carrière ou de l’œuvre de Geoffroy sont ensuite réunis. Plusieurs ouvrages permettent d’admirer le superbe ex-libris de la famille Geoffroy. Enfin, la dernière vitrine propose des ouvrages ultérieurs reproduisant ou commentant la Table des affinités. Elle renferme également un exemplaire de la synthèse (sorte de programme de l’examen d’accession à la maîtrise d’apothicaire) de Claude-Joseph, le frère cadet d’Étienne-François, illustrée par Sébastien Leclerc.

Deux visites guidées gratuites sont organisées le jeudi 13 décembre à 16h et le mardi 18 décembre à 17h30. Elles seront animées par le professeur Olivier Lafont, commissaire de l’exposition. Pour vous inscrire, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : blog@biusante.parisdescartes.fr. Merci de préciser si vous êtes accompagné(e)s et sur quelle(s) visite(s) proposée(s) vous êtes disponible. Inscription gratuite dans la limite des places disponibles.

Étienne-François Geoffroy et les Affinités
Debut: 10/01/2018
Fin: 12/21/2018
Duree:
4 avenue de l'Observatoire
Paris
75006
FR