Quand les affiches auront des dents

En plus des publications scientifiques, la BIU Santé a la chance de conserver des documents plus atypiques. À la frontière de la santé, de l’art et du commerce, les affiches publicitaires font partie de ces ensembles hors du commun.

aronisRécemment la bibliothèque a eu l’opportunité d’acquérir la collection d’affiches dentaires du docteur Henri Aronis. Durant plus de 40 ans, ce praticien a rassemblé plus de 600 affiches ainsi que 130 autocollants de tous les pays. Les plus anciens éléments datent des années 1960 et les plus récents du début des années 2000.

0060-1

 

Si la majorité des documents sont issus de campagnes de promotion de l’hygiène bucco-dentaire, un certain nombre provient d’autres sources, notamment d’autres campagnes de prévention, d’annonces de congrès, etc. Une quarantaine d’affiches n’a d’ailleurs pas de lien direct avec la santé, certaines ayant été éditées par les musées à l’occasion d’expositions.

Cet ensemble sera désormais identifié dans les fonds de la BIU Santé comme «Collection d’affiches odontologiques Henri Aronis». Un inventaire de la collection est en en ligne sur notre site.

Le docteur Aronis est également l’auteur de deux ouvrages de philatélie dentaire : «Histoire de la médecine bucco-dentaire au travers de la philatélie.» Les deux volumes sont consultables sur place au pôle Médecine de la BIU Santé (cote 274294-1 pour le vol. 1, cote 274294-2 pour le vol. 2).

Vous pouvez aussi les commander auprès de l’auteur.

Autres billets de blog concernant la publicité

L’âge d’or de la publicité pharmaceutique ? À propos d’une acquisition récente

Médicaments et industrie pharmaceutique en France : aux sources de l’histoire contemporaine

Medic@ vous met au parfum ! Mise en ligne de La Parfumerie moderne

Exposition Charles Loupot à Lyon

loupot_dopDans la même veine, jusqu’au 28 août 2016, le musée de l’Imprimerie et de la communication graphique de Lyon consacre une exposition à Charles Loupot (1892-1962), affichiste, qui a notamment travaillé pour l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique. Plusieurs de ses affiches sont reproduites dans la lettre du Musée, n° 21 (février 2016) : «Chocolat au lait» Cailler, Parfum Coty, ambre solaire, shampooing Dop, Quinquina St Raphaël.

Une moisson de Prix !

La saison des prix est lancée, et bien lancée. Un auteur français a été récompensé par le prix Nobel de littérature, la plus prestigieuse des récompenses littéraires. Prix Goncourt, Prix Renaudot, Prix Femina, Prix Médicis et autre Grand Prix du roman de l’Académie française ont également été décernés. Quelle formidable occasion pour la BIU Santé de diffuser son importante collection de Prix de fondation décernés par l’École supérieure de pharmacie de Paris. Histoire de mettre la science à l’honneur…

En effet, parmi les prix décernés depuis le milieu du XIXe siècle par l’École supérieure de pharmacie de Paris, il faut distinguer les prix dits de l’École, les prix de travaux pratiques et les prix de fondation.

  • Les prix dits de l’École ont été institués par un décret du 21 avril 1869 pour récompenser les élèves inscrits en 1re, 2e ou 3e année, ayant obtenu la meilleure note lors de différentes épreuves de composition.
  • Les prix de travaux pratiques ont été institués au même moment pour récompenser les élèves ayant obtenu le plus grand nombre de points aux manipulations au cours de l’année scolaire et ayant fait preuve à la fois d’assiduité et de bonne tenue de leurs cahiers d’exercices.
  • Les prix de fondation sont, quant à eux, des prix spéciaux fondés à l’École supérieure de pharmacie de Paris par des particuliers.

À la BIU Santé, la collection des mémoires présentés pour un prix de fondation s’élève à plus de 200 pièces. C’est une collection importante, bien qu’incomplète, qui possède en outre la particularité d’être constituée dans de nombreux cas par l’ensemble des mémoires déposés, et non par le seul mémoire ayant obtenu le prix.

Les prix de fondation concernés sont : le prix Ménier, le prix Laillet, le prix Laroze, le prix Lebeault, le prix Desportes, le prix Buignet, le prix Flon, le prix Goblet, le prix Métadier.

Pour plus de détail, voir la présentation faite dans Medic@
https://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/prix_pharma.htm

Accéder directement à la liste des prix numérisés.
http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?intro=prix_pharma&statut=charge

Philippe Galanopoulos

Signalement des ouvrages spoliés à la BIU Santé

Dépôts de la 3ème Commission de choix de la Récupération artistique du 14 décembre 1950

En 1950, la bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris a reçu en dépôt une centaine d’ouvrages provenant de la 3ème Commission de choix de la Récupération artistique. Issus des spoliations subies par les Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, ils n’ont pas pu être réattribués après la guerre à leurs propriétaires à cause de l’absence de marques de provenance. Ces ouvrages imprimés entre le XVIe siècle et le XIXe siècle et relatifs à la médecine ou à la pharmacie ont été entrés dans notre inventaire entre 1956 et 1957. Ils ont alors été considérés à tort comme des dons.

Cours complet d’anatomie peint et gravé en couleurs naturelles par M.A.E. Gautier d’Agoty, Nancy : J.B. Hyacinthe Leclerc, 1773. Cote 2208.

Grâce aux recherches de Martine Poulain qui a retrouvé les listes des dépôts aux Archives nationales (cote F 1717994) la bibliothèque a pu identifier ces livres au sein de ses collections. Ils sont dorénavant repérables dans notre catalogue et dans le SUDOC grâce à la mention « Dépôts de la 3ème Commission de choix de la Récupération artistique, 14 décembre 1950 ». Pour en voir la liste, il faut lancer une recherche avancée dans le SUDOC en sélectionnant et en complétant le champ « reliure, provenance, conservation » et en restreignant la recherche à la Bibliothèque interuniversitaire de Santé.

En changeant le statut de ces livres de « don » à « dépôt » la bibliothèque participe à la sauvegarde de la mémoire collective. Nous témoignons ainsi qu’en tant qu’institution publique, notre établissement ne fait que recueillir des documents qui, en droit, resteront de manière imprescriptible la propriété de ceux à qui ils ont été volés ; et cela même si nous ne sommes pas capables d’identifier ces anciens propriétaires ou leurs héritiers.

Pour en savoir plus sur les bibliothèques spoliées lors de la Seconde Guerre mondiale voir :