L. 604.  >
À André Falconet, le 20 avril 1660

Monsieur, [a][1]

< Ce 17e d’avril. > Je crois que vos jeunes gens de Lyon sont arrivés car on m’a dit qu’un jeune homme bien fait, nommé M. Rousselet, [2] m’est venu visiter pendant que j’étais en ville. M. l’avocat général Talon [3] n’a point encore donné son plaidoyer contre les chirurgiens, [4][5] lesquels commencent à se rendre, et tantam tandem animi ferociam deponunt[1] On leur a dit que s’ils plaident sur une requête civile contre nous, ils en paieront l’amende de 400 livres, et qu’ils décherraient encore de tous droits, vu que ce seraient les mêmes juges, les mêmes raisons, les mêmes causes, vu qu’ils n’avaient aucune preuve de leurs prétentions et nul privilège, dont jusqu’ici ils se sont vantés sans en avoir fait aucune démonstration. Quibus positis[2] ils perdent l’envie de plaider pourvu que nous voulions bien leur faire quelque grâce, et surtout de leur laisser leur nom de Collège, leur robe, leur bonnet. Ces gens-là n’ont-ils pas bonne grâce, n’est-il pas vrai que superbia eorum non moritur, vermis non extinguitur ? [3]

Je donnai hier une lettre pour vous à M. de Rhodes, [6] lequel s’en va bientôt en Angleterre. C’est un pays où il n’y a point de loups ; en récompense, il y a ici très grand nombre de gens qui dévorent comme les loups la substance du genre humain, il y a force partisans de toute sorte, il y a puissamment de la chicane, dont tous les gens de bien se plaignent fort, et même M. le premier président [7] qui s’en plaint extraordinairement. Il y a dans ce siècle une certaine iniquité, une injustice générale, une impunité de laquelle tous les méchants abusent très méchamment. L’on met ici tous les jours de nouveaux impôts [8] sur les denrées, sur les marchandises ; nec est qui succurrat[4] Le mal est si grand qu’il va jusqu’au sanctuaire : [5] les moines [9] n’ont point les mains gourdes à acquérir du bien des familles par donations et testaments, et prennent l’argent comptant qu’ils peuvent attraper par leurs belles et douces promesses ; ils promettent beaucoup, mais ne livrent rien. Etiam suos habet nævos ars nostra : [6] ce n’est plus tantôt que faiblesse, lâcheté, fourberie, ignorance, cabale, trahison, syncretismus cum pharmacopœis et turpe commercium per pulveres, parva grana narcotica, stibium diaphoreticum cum pulvere margaritarum ad roborandum ventriculum[7][10][11][12] L’un vend des tablettes, [13] l’autre de la gomme-gutte [14] purgative[15] l’autre a ses secrets pour la rate ; [16] de sorte que je me sens obligé de dire avec ce poète, généreusement quoique non sans plainte : [17]

O pudor ! o stolidi præceps væsania voti !
Quantula pars rerum est, in qua se gloria iactat ?
Ira fremit, metus exanimat, dolor urit, egestas
Cogit opes, ferro, insidiis, flamma atque veneno
Cernitur, et trepido fervent humana tumultu
[8]

Ne voyez-vous point là une fidèle description de nos cabalistes, bourreaux publics, per sua venena metallica, ut prætextu novitatis incautos decipiant, et nummos arripiant ? O rem execrabilem ! O facinus horrendum ! sed frustra querimur, [9] il n’y a plus de justice.

On parle ici du rétablissement du roi d’Angleterre [18] et que trois milords de Londres le sont allés trouver à Bruxelles [19] pour traiter avec lui ; mais son parti n’est point encore le plus fort, il n’y doit point aller qu’il n’y voie plus d’apparence. Ce prétendu rétablissement est negotium perambulans in tenebris[10][20] qui ne réussira que par une grande force bien éclatante ou par des finesses d’un cabinet auquel présideront peut-être le pape, [21] le général des jésuites, [22] le roi d’Espagne, [23] quelques cardinaux et peut-être Mazarin. [24]

Ce 17e d’avril. On m’a dit ce matin chez un marchand qu’un médecin de Lyon, jadis huguenot, [25] mais veuf, s’était fait chartreux[26] Si cela est, ce pourrait être votre Meyssonnier, [27] je crois qu’il est assez fou pour cela, mais les moines voudraient-ils bien de lui, sont-ils assez gens de bien pour se charger d’un tel fou ? Avec de telles gens il faut bien de la patience. Noël Falconet [28] étudie bien et assiste souvent à mes leçons [29] au Collège royal[30] Il a été bien satisfait de ce que j’ai dit aujourd’hui de plenitudine et variolis : quod summum in illis præsidium sit venæ sectio, quando et quo modulo celebranda[11][31][32] Vous savez que les jeunes médecins doivent savoir cela et néanmoins, il y en a encore plusieurs qui en doutent, vel qui non intelligunt[12]

Ce dimanche 18e d’avril. Voilà M. Duchef [33] qui vient de me prier de parler à M. le premier président pour l’audience qu’il m’a promise pour M. et Mme de Verdun, [34][35] qui sont arrivés ici depuis trois jours. [13] Je me suis chargé de vous faire ses recommandations, j’en parlerai ce soir à M. le premier président.

Ce 19e d’avril. J’entretins hier au soir M. le premier président, lequel je remerciai fort de l’arrêt qu’il avait rendu pour les médecins de Lyon. [36] Il me prit la main et me dit : Vous voyez le crédit que vous avez à la Grand’Chambre, nous n’y avons rien rabattu. Je luis dis ensuite que M. le comte de Verdun et Mme la comtesse étaient arrivés et qu’il leur avait promis une audience, qu’ils n’étaient venus que sur la parole que je leur avais donnée. Il me répondit : Ce sont des créanciers à qui je dois des audiences, je m’en acquitterai quand je pourrai. Il m’a fait promettre que j’y retournerai dans huit jours et je renouvellerai mes instances. Il m’invita fort à boire à sa santé et j’y bus deux fois du vin de Condrieu, [37] le meilleur que je bus jamais ; l’on m’a dit que c’est d’un présent que lui ont fait MM. les comtes de Lyon. [38] On vient de mettre dans le Châtelet [39] de Paris un insigne voleur qui se faisait appeler le Solitaire. [14][40] Il avait l’audace d’arrêter lui tout seul un carrosse et de se faire donner de l’argent ou de prendre les bagues et les perles des dames qui s’y rencontraient. Quand on a commencé à l’interroger, il a dit qu’il était homme de bien, qu’on le prenait pour un autre. Ainsi disent tous les larrons la veille qu’on les pend, c’est ainsi que parlaient à Naples [41] les galériens [42] au duc d’Ossone. [15][43] Un conseiller du Châtelet me vient de dire que c’est un gros garçon fort, qui n’a que 22 ans. Si l’on étouffait tous les louveteaux, les loups ne mangeraient plus les agneaux.

Hier au matin mourut ici d’apoplexie [44] un honnête homme, nommé M. Voisin, prêtre, jadis conseiller au Grand Conseil[45] frère du beau-frère de M. Talon, avocat général, [46] et fils de Voisin, [47] greffier criminel de la Cour dont il est parlé à la mort du maréchal de Biron. [16][48] Il a fait beaucoup de legs et entre autres, il a laissé près de 100 000 écus à l’Hôpital général. [17][49][50]

M. le Prince [51] est en Bourgogne. On lui impute des lettres qui sont venues de la cour, par lesquelles M. Millotet, [52] avocat général de Dijon, est interdit de sa charge. [18] On a publié en Hollande une réponse à la harangue que M. le président de Thou [53] leur avait faite et qu’il avait envoyée de deçà imprimée, que le Gazetier a derechef imprimée. [19] Je vous baise les mains, et à Mlle Falconet, et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 20e d’avril 1660.


1.

« et mettent enfin une sourdine à leur si grande violence d’esprit ».

2.

« Dans ces conditions ».

3.

« leur superbe n’est pas morte, ni le ver exterminé ».

4.

« et nul ne vient à notre secours » : Sanctorum omnium invocastis auxilium et, ut videtis, nullus est qui succurrat [Vous invoquez l’aide de tous les saints et comme vous voyez, nul ne vient à votre secours] (Thomas de Celano, Traité des Miracles de saint François, chapitre x).

5.

V. note [6], lettre 159, pour le sens à donner au mot sanctuaire.

6.

« Même notre métier a ses verrues ».

7.

« collusion avec les pharmaciens et honteux commerce pour des poudres, de mauvais grains narcotiques, de l’antimoine diaphorétique avec de la poudre de perles pour fortifier l’estomac. »

8.

« Ô honte ! ô furieuse folie d’un vœu stupide ! Jusqu’à quelle mesquinerie la gloire s’abaisse-t-elle ? La colère gronde, la crainte coupe le souffle, la douleur consume, la disette rassemble ses forces, on est jugé par le fer, par les embûches et par le poison, et les affaires humaines sont agitées d’un tumulte trépidant » (George Buchanan, De Sphæra [La Sphère], livre i).

9.

« par leurs poisons métalliques, pour tromper les imprudents sous prétexte de nouveauté ? Ô trafic exécrable ! ô crime horrible ! mais c’est en vain que nous nous plaignons ».

10.

« une négociation qui chemine dans l’ombre » (Psaumes, v. note [5], lettre 174).

11.

« sur la pléthore et la variole : que le suprême secours y est la saignée, quand et à quel rythme il la faut pratiquer. »

12.

« ou qui ne le comprennent pas. »

13.

V. note [2], lettre 592.

14.

Ce bandit se nommait de La Nouë, comme allait le dire Guy Patin dans une lettre ultérieure à André Falconet (8 juin 1660).

15.

Pedro Tellez y Giron, duc d’Ossone (ou Ossuna, Valladolid 1579-château d’Almeida 1624), après une carrière politique et diplomatique mouvementée auprès des rois d’Espagne Philippe ii puis Philippe iii, fut nommé vice-roi de Naples en 1616. Il s’y signala par son libéralisme et ses bonnes intentions à l’égard du pauvre peuple. Parmi bien d’autres traits, son ironie légendaire se marqua par l’anecdote à laquelle Guy Patin faisait allusion : visitant les chiourmes, il interrogea plusieurs forçats sur les raisons qui les avaient envoyés aux galères ; c’était à qui protesterait de son innocence ; un seul lui avoua ingénument qu’il était un assassin et qu’il avait mérité pis que son sort ; « Coquin ! lui dit le duc, tu n’es pas digne de rester sur un bâtiment du roi ; sors-en au plus vite, tu m’aurais bientôt gâté tous les honnêtes gens qui sont ici ».

16.

Allusion au long récit que, dans ses Mémoires et journaux, Pierre de L’Estoile a laissé de l’arrestation, du procès et de l’exécution pour haute trahison du maréchal de Biron (v. note [14], lettre 551) dans la cour de la Bastille, le 31 juillet 1602.

Daniel i Voisin, greffier de la Cour de Parlement (v. infra note [17]), faisait partie des magistrats qui assistèrent au supplice du maréchal, lequel clama son innocence et demanda grâce jusqu’au dernier instant (tome 3, page 343‑344, de l’édition Petitot, 1825) :

« Comme il fut près de l’échafaud, ceux qui étaient là pour voir ce spectacle, qui étaient environ soixante-dix, ayant fait quelque bruit à son arrivée, il dit : “ Que font là tant de marauds et de gueux ? qui les a mis là ? et quel bruit font-ils ? ” Et toutefois la vérité était qu’il n’y avait là que d’honnêtes gens. […]
Après le bourreau lui présenta un mouchoir blanc pour le bander ; mais il prit le sien, lequel s’étant trouvé trop court, il demanda celui de l’exécuteur ; et s’en étant bandé et mis à genoux, il se leva et débanda aussitôt, s’écriant : “ N’y a-t-il point de miséricorde pour moi ? ” Et dit derechef au bourreau qu’il se retirât de lui, qu’il ne l’irritât point et ne le mît au désespoir s’il ne voulait qu’il l’étranglât, et <tout comme> plus de la moitié de ceux qui étaient là présents, desquels plusieurs eussent voulu être hors, voyant cet homme non lié parler de cette façon. Delà un peu, il se remit à genoux et se rebanda ; et tout incontinent se releva sur pied, disant vouloir encore voir le ciel puisqu’il avait si tôt à ne le plus voir jamais et qu’il n’y avait point de pardon pour lui. Pour la troisième fois il se remit à genoux et se banda ; et comme il portait la main pour lever encore une fois le bandeau, le bourreau fit son coup, au même instant qu’il lui disait qu’il ne lui trancherait point qu’il n’eût dit son in manus. {a} […]
Si le bourreau n’eût usé de cette ruse, ce misérable et irrésolu homme s’allait encore lever ; et de fait, il eut deux doigts offensés de l’épée du bourreau comme il portait la main pour se débander pour la troisième fois. La tête tomba à terre, d’où elle fut ramassée et mise dans un linceul blanc avec le corps. »


  1. Premiers mots d’une prière pour recommander son âme à Dieu, In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum.

17.

Daniel i Voisin (mort en 1621), greffier en chef criminel du Parlement de Paris en 1599, marié en 1612 avec Marguerite de Verthamon (devenue en secondes noces dame de La Bazinière, v. note [15], lettre 405), avait eu cinq fils, dont quatre sont mentionnés dans les lettres de Guy Patin :

  • François (1613-1660), l’aîné, seigneur de Villebourg, ordonné prêtre et conseiller clerc à la Grand’Chambre, venait de mourir d’apoplexie le 19 avril ;

  • Daniel ii (v. note [3], lettre 326), maître des requêtes, avait épousé Marie Talon, fille d’Omer et sœur de Denis ;

  • Louis était jésuite (v. note [7], lettre de Charles Spon, le 28 décembre 1657) ;

  • Charles était conseiller aux Enquêtes (v. note [7], lettre 301) (Popoff, no 2498, qui mentionne aussi le legs de 100 000 écus que François laissa à l’Hôpital général).
18.

Marc-Antoine Millotet avait été élu maire de Dijon par deux fois (1650-1651 et 1652-1654). Avocat général au parlement de Bourgogne, il fut exclu de l’amnistie que prononça le prince de Condé en faveur des magistrats de cette Cour rebelle (v. note [11], lettre 542) quand il prit possession du gouvernement de la province.

19.

Propositions faites par le président de Thou, ambassadeur du roi, à l’assemblée des États généraux des Provinces-Unies des Pays-Bas, le quinzième mars mil six cent soixante (Lyon, Jacques Ollier, 1660, in‑4o).

Dans la collection de la Gazette conservée à la bibliothèque de l’Arsenal manquent les Extraordinaires de l’année 1660. Tout ce qu’on trouve sur le sujet est dans l’Ordinaire no 39 du 3 avril 1660 (page 297) :

« De La Haye, le 25 mars 1660. Les États de Hollande, qui se doivent séparer aujourd’hui, en résolution de se rassembler le 8e du mois prochain, ont nommé dans cette dernière séance le sieur Van Bewning, ci-devant pensionnaire de la ville d’Amsterdam et ambassadeur en Danemark, pour aller en ambassade extraordinaire en France ; et le baron de Mérode, pour aller en Espagne en la même qualité. Ils y ont aussi résolu de demeurer dans les termes des derniers projets pour la paix de Danemark ; de sorte qu’on a meilleure espérance de sa conclusion, qui fera réussir notre commerce si fort interrompu par cette malheureuse guerre. Les ministres de Suède qui sont ici n’ont point encore eu avis de la mort de leur roi, mais les États généraux en ont reçu lettres de leurs députés qui sont en Danemark ; à quoi son successeur a fait savoir qu’elle était arrivée le 23e du passé, à Gottembourg, après avoir disposé des affaires de son royaume, où elle n’a causé aucun notable changement. L’on travaille à donner une réponse favorable à l’ambassadeur de France sur quelques plaintes qu’il a faites en sa dernière audience de la part du roi son maître. »

Il a aussi paru une Réponse de MM. les États généraux des provinces unies du Pays-Bas sur les deux propositions de M. de Thou, comte de Meslay, ambassadeur de Sa Majesté très-chrétienne, faites le 23e de février et le 15e de mars en l’assemblée de leurs seigneuries (sans lieu ni nom, 1660, in‑4o).

a.

Bulderen no clxxiii (tome ii, pages 22‑27) ; Reveillé-Parise no dviii (tome iii, pages 194‑197).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de André Falconet à Guy Patin, le 20 avril 1660.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0604
(Consulté le 12.07.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.