L. 300.  >
À Charles Spon,
le 31 décembre 1652

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous écrivis une lettre de quatre pages, laquelle je vous envoyai aussi le vendredi 20e de décembre 1652, de laquelle notre bon ami M. Caze [2] voulut bien se charger le même jour, me promettant qu’elle vous serait fidèlement rendue, comme je crois qu’elle l’a été.

Depuis ce temps-là, Monsieur notre coadjuteur, le nouveau cardinal de Retz, [3] est demeuré prisonnier dans le Bois de Vincennes, [4] sans ce qu’il y demeurera par ci-après. M. l’archevêque, [5] son oncle, avec le chapitre de Notre-Dame [6] et plusieurs autres ecclésiastiques, ont été en corps voir la reine [7] et l’ont suppliée de remettre ledit seigneur en liberté, ce qu’ils n’ont point obtenu : ce n’est point viande prête pour tels oiseaux ; [1] on ne l’a point mis là-dedans pour l’en tirer si tôt, si ce n’est qu’il en sorte les pieds devant. S’il y a quelqu’un aujourd’hui sur terre qui puisse quelque chose en cette grande affaire, il faut que ce soit il Padre Santissimo[2][8] qui pourra s’en remuer comme pour sa créature et selon qu’il aura de l’amitié pour celui-ci ou de la haine contre le Mazarin [9] qui fait jouer toute cette comédie, laquelle se pourra terminer en tragédie, j’entends en sang épandu aut saltem in quid deterius[3] Les champignons [10] du Bois de Vincennes ne valent rien, Puylaurens [11] et plusieurs autres en ont étouffé. [4] Le vieux archevêque de Paris, le chapitre de Notre-Dame, quantité d’ecclésiastiques, l’Université et autres sont allés en corps supplier le roi [12] de remettre en liberté ledit cardinal, mais ils n’y ont rien gagné. [5] Peu s’en est fallu qu’on ne s’en soit moqué à la cour, n’a pas fait qui commence. [6] Mme de Chevreuse, [13] la bonne amie dudit cardinal s’est sauvée, de peur d’être arrêtée. [7]

M. Bertier, [14] premier président au parlement de Toulouse, [15] est mort ; voilà de quoi faire de l’argent au Mazarin, qui novit artes ex omni ligno faciendi talem Mercurium[8][16]

Notre ami commun M. Naudé [17] est fort content à Stockholm [18] de son grand voyage. Il écrit de deçà merveilles de sa reine, [19] laquelle le chérit fort et laquelle l’a fait tirer exprès par un grand peintre qui y est allé de Paris, [9] et a fait mettre son portrait dans sa chambre. Elle prend grand plaisir à l’entretenir et ne fait guère moins d’état de lui que de M. de Saumaise [20] même lorsqu’il a été sur les lieux. Puisse bien lui durer longtemps cette bonne fortune et qu’enfin il revienne en bonne santé afin que nous le puissions encore à notre aise l’entretenir de deçà secrètement et particulièrement, comme j’ai par ci-devant fait fort heureusement. Ses conférences sont fructueuses, son amitié fort loyale, sa conversation fort agréable, et ses mémoires fort bons et bien certains.

Je vous supplie d’assurer nos bons amis, MM. Gras, Falconet et Garnier, de mon très humble service et que dans le premier paquet que vous recevrez, lequel partira bientôt d’ici si la bassesse de l’eau ne l’empêche, ils y trouveront de petits présents de ma part qui ne seront qu’une marque de mon souvenir envers eux, leur demeurant bien autrement obligé et dont je m’acquitterai quand je pourrai.

Je viens d’apprendre d’un des grands officiers du Louvre que la reine s’apprête à un grand voyage et que l’on fait état de tirer le roi hors de Paris devant la fin de février. [10] On parle aussi du sacre du roi, [21] mais il faut bien de l’argent pour cela et des états généraux ; [22] mais mon opinion est que le roi, voire plutôt la reine ne les souffriront point, ayant raison d’appréhender que le Mazarin n’y fût condamné et chassé de la France encore un coup.

Touchant ce grand herbier de Io. Bauhinus [23] imprimé à Yverdon [24] depuis trois ans in‑fo, je vous prie de vous enquérir et de m’instruire si le second tome est sur la presse, et s’il y aura plusieurs volumes pour la perfection de tout l’œuvre ? De plus, faites-moi la faveur de me donner votre jugement sur ce livre : qu’en pensez-vous, en faites-vous grand état, à quoi peut-il servir en notre métier ? J’en attends réponse à votre commodité. [11]

Les bons pères qui sont sortis de la braguette du P. Ignace, [25][26] comme Minerve [27] fit du cerveau de Jupiter, [12][28] ont par ci-devant, et y a de cela plusieurs années, fait imprimer l’histoire de leur Société en deux volumes in‑4o et tous deux ensemble en un tome in‑fo. Aujourd’hui j’apprends (et je l’avais déjà ouï dire) que le troisième tome de cette histoire est achevé à Rome et qu’il s’y vend. Je vous prie de demander à M. Ravaud [29] s’il n’en a point chez lui, si on ne lui en a point envoyé de Rome, s’il n’y aurait point moyen d’en avoir une copie ; ou s’il n’en a point (car j’en puis bien faire venir de Rome par la voie de M. Musnier, [30] ou de quelque autre), savoir même si aliquis ex typographicis addictis Societati [13] ne l’aurait pas imprimé à Lyon ; si cela est, je vous prie de m’en acheter un et de me l’envoyer quand vous pourrez, c’est-à-dire à la première commodité, avec le nouveau livre du P. Th. Raynaud [31] de bonis et malis libris[14] s’il est achevé. Mais à propos, qui est-ce qui imprime ce dernier, serait-ce M. Ravaud ? Mandez-moi, s’il vous plaît, le nom du marchand, comme aussi savoir si ce même auteur ne fait rien imprimer autre chose. Il y a longtemps qu’il promet un traité de desertoribus et apostatis ; [15] je pense qu’il entend par là, après Judas, [32] Lucien [33] et Julien l’Apostat, [34] tous les moines [35] qui se sont défroqués et qui ont jeté leur capuchon aux orties. Ce livre serait plaisant venu d’un tel auteur qui médit puissamment et déchire hardiment toute sorte de gens, et même qui sont bien meilleurs que ceux dont il se loue. Il promettait aussi une continuation du livre de Bellarmin [36] de Scriptoribus ecclesiasticis[16] lequel serait agréable à voir ; et Dieu sait comment il traitera là-dedans le bon évêque d’Ypres, [37] Cornelius Jansenius, [38] qui est aujourd’hui le bon et cher patron du parti des jansénistes, [39] dont il y a de deçà tant de bruit pour le Port-Royal [40] et la Sorbonne [41] contre les disciples du P. Inigo de Loyola.

On dit ici en raillant que les jansénistes sont ruinés, d’autant qu’ils ont perdu le chapeau et le cordon. On entend par le chapeau le cardinal de Retz qui est prisonnier, duquel ils espéraient beaucoup et dans les bonnes grâces duquel ils prétendaient avoir bonne place ; [17] pour le cordon, c’est que M. Cordon, [42] docteur de Sorbonne et grand janséniste, a perdu son procès au Parlement, lequel y plaidait pour être principal du Collège de Montaigu [43] à la place de feu M. Canel [44] qui était un excellent homme. [18]

Je suis tout en affliction et de mauvaise humeur pour la mort de M. Maître Omer Talon, [45] avocat général au Parlement de Paris, lequel est ici mort le 28e de décembre et qui était un des grands hommes de ce siècle. [19]

Les partisans, maltôtiers et autres coquins suivant les finances en espérance de les attraper, se réjouissent fort ici de ce que le Mazarin est attendu à la cour le mois prochain. On dit qu’il s’en va renvoyer à Rome son chapeau rouge et que la reine veut le faire connétable de France. Il est en posture de devenir tout ce qu’il voudra, et nous pareillement d’avoir bien du mal.

Voilà encore la nouvelle d’un autre évêque mort, savoir de celui de Laon [46] en Picardie : [47] nouvelle manne romanesque pour ceux qui gagnent à tels changements. [20]

Le duc d’Orléans [48] est devers Blois, [49] tout confit en dévotion. Quand on lui a annoncé la détention du cardinal de Retz, on dit qu’il s’est écrié Je lui avais bien dit, il ne m’a pas voulu croire ; s’il m’eût cru, il ne serait point là, ni moi ici. Les princes et les grands n’ont jamais tort à ce qu’ils disent, joint même qu’on les fait toujours parler magnifiquement et comme des prophètes, mais ils ne font jamais si bien que des saints : ils font toujours force martyrs, mais ils ne s’amendent guère.

J’ai aujourd’hui reçu de Metz, [50] par l’ordre de M. Du Clos, [51] médecin de réputation en tout ce pays-là, le catalogue des livres de la foire de Francfort [52] de l’automne passé. Il n’y a pas grande nouvelle de livres, qui est infailliblement un des effets de la guerre. Néanmoins, il y en a quelques-uns pour lesquels je vous supplie d’en parler à M. Ravaud, savoir si par son moyen nous n’en pourrions pas recouvrer, vu que du côté de deçà il n’y a rien de tel à espérer ; joint même qu’il pourra être bien aise d’avoir avis de quelques-uns. Premièrement, il y a deux petits traités nouveaux et posthumes de Drexelius, [53] dont une impression se débiterait heureusement en France et bientôt, si elle y était ; [21] Alberti de Albertis, Soc. Iesu, Vindiciæ generales et Lapis lydius contra Casp. Scioppium, in‑12o ; [54][55] Theoph. Raynaudi, Soc. Iesu, Christus Deus-homo, sive Deo-homine theologia Patrum, in‑fo ; Religio medici, cum annotationibus ; [56][57] Friderici Spanhemii Disputationum theologicarum miscellanearum, pars 1 et 2, Genevæ, apud P. Chouët, in‑4o ; [58] Ioan. Rudolphi Camerarii Sylloges memorabilium medicinæ et mirabilium Naturæ arcanorum centuriæ 16, Argentorati, in‑12o ; [59] Galeni quinque priores libri de Simplicium medicamentorum facultatibus in 16 disput. resoluti a Melch. Sebizio, ibid. apud Frid. Spoor ; eiusdem Commentarius in libros Galeni de curandi ratione per sanguinis missionem, etc., ibid. in‑4o ; [60] Ioannis Zeisoldi Anatomica disputationis Sperlingianæ, creationi animæ humanæ oppositæ, Ienæ, in‑4o[22][61][62]

Si M. Ravaud avait tout cela à me faire délivrer de deçà ou à me faire envoyer dans la première balle qu’il enverra à Paris, je suis tout prêt d’en donner de l’argent ; que s’il n’a rien de pareil, obligez-moi de savoir de lui ce que l’on en pourrait espérer ; au moins, il y en a là de Genève et de Strasbourg qu’il peut nous faire obtenir. Je vous supplie aussi de lui parler des deux tomes de Lotichius rerum Germanicarum [63] qu’il m’avait promis de me faire avoir. Je le prie aussi du Scheibleri Opus Logicum [64] in‑4o imprimé depuis trois ans à Yverdon, que M. Rigaud [65] m’avait fait espérer. Puisqu’ils ne viennent point par un chemin, il les faut chercher par un autre. [23] Ce Scheiblerus est un bon auteur qui écrit méthodiquement et qui mérite d’être lu : j’ai céans une métaphysique et quelques traités de logique où j’ai appris quelque chose. Au moins, M. Ravaud nous pourra-t-il aisément faire avoir ces Disputes théologiques miscellanées de feu M. Spanheim, [22] qui a été un autre excellent homme, puisqu’elles ont été imprimées à Genève.

Le cardinal de Retz a demandé à se confesser, mais il n’a pas obtenu celui qu’il désirait : on lui a donné pour confesseur un docteur de Sorbonne, qui y est de présent professeur, nommé Le Moine, [66] ennemi juré des jansénistes et par lesquels il a été rudement étrillé dans quelques livres qu’ils ont faits pour la défense de la doctrine de saint Augustin [67] touchant la grâce efficace et suffisante. [24][68]

Le duc d’Orléans avait autrefois ici près de soi un certain nommé Lautrec, [69] lequel lui servait en quelque façon de petit secrétaire, principalement à écrire de la part de Son Altesse à plusieurs particuliers. Quand le duc d’Orléans a quitté Paris, il l’a laissé ici et lui a enjoint de lui écrire tout ce qui se passerait chaque jour à Paris. Quelques lettres de cet homme ont été saisies et arrêtées, et a été mis prisonnier en la Bastille. [70] On parle de lui faire son procès sur ce qu’il a écrit hors du royaume plusieurs choses contre le service du roi. On l’appelle ici l’historien du duc d’Orléans, lequel l’a envoyé redemander à la reine, mais il n’est pas encore rendu. [25] On a aussi mis prisonnier dans le Châtelet [71] un autre écrivain, nommé Sandricourt, qui faisait ici durant la guerre plusieurs libelles pour les princes contre le Mazarin. [72] Un conseiller du Châtelet m’a dit que c’est un homme fort malsain qui a été par ci-devant moine et qui a jeté le froc aux orties. Quelque amnistie que l’on ait promise, celui-là aura bien de la peine de s’en servir et aura bien du bonheur s’il en échappe l’exil, le fouet, [73] la galère [74] ou la corde. [26][75][76]

Quand vous prendrez la peine de m’écrire (mais je vous prie que ce soit tout à votre aise, je n’ai hâte de rien, hormis de savoir pour le certain l’état de votre santé), vous me manderez, s’il vous plaît, en quel état est de présent le Sennertus [77] et si l’édition s’avance, voire dans quel temps elle pourra être achevée ; comme aussi celle du Theatrum vitæ humanæ [78] et combien il y aura de volumes en tout. [27] Nous avons ici deux maîtres hommes fort malades, dont l’un est M. de La Vieuville, [79] surintendant des finances qui a près de 75 ans ; [28] l’autre est M. D’Aubray, [80] lieutenant civil qui est détenu d’une fièvre continue [81] maligne. Antehac laboravit febre quartana per quatuor menses, quæ conversa est in assiduam, non sine summo ægrotantis periculo[29] J’aurais regret de ce dernier, il est fort honnête homme.

Voici la fin de l’année et le commencement d’une autre durant laquelle je vous souhaite, et à mademoiselle votre femme (à laquelle je baise très humblement les mains comme son très humble et obéissant serviteur, à la charge qu’elle m’aimera toujours, comme M. Du Prat [82] m’a dit autrefois qu’elle faisait), toute sorte de prospérité, santé parfaite et continuation, s’il vous plaît, de votre amitié et bonnes grâces ; à la charge que je m’en rendrai digne et que je ferai tout ce qu’il me sera possible pour les mériter.

Je vous prie aussi d’assurer de mon très humble service M. Gras [83] auquel vous direz que j’ai reçu la lettre qu’il m’a fait l’honneur de m’adresser par un honnête homme, de laquelle il aura réponse dans peu de jours. Je salue pareillement, nisi tibi grave fuerit[30] MM. Huguetan, Ravaud et Rigaud en me recommandant à leurs bonnes grâces, et vous prie de croire que je serai toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin.

De Paris, ce mardi, dernier jour de décembre 1652.

Le roi, pour donner des étrennes à son misérable et assiégé peuple, est allé ce matin au Parlement y tenir son lit de justice[84] et y a porté plusieurs édits à vérifier. On dit qu’il y en a 14, il y en a un pour les cabaretiers [85] qui dorénavant ne pourront être reçus sans faire apprentissage et avoir servi les maîtres. Cela les fera apprendre à mettre de l’eau, du soufre, [86] de la chaux et autres telles drogues dans le vin. [87] Il y en a touchant le Domaine < royal >, [88] les francs-fiefs, [89] etc. On fait une Chambre de justice [90] pour traiter avec les partisans et financiers afin qu’ils se rachètent. [31] On a fait aussi des petits officiers à l’Hôtel de Ville, sur le bois, le vin, le charbon et autres telles denrées que la déclaration de 1648 avait retranchés. On parlait qu’il y aurait quelque chose contre les élus et de nouveaux bureaux de trésoriers de France, [91] mais cela est remis. Vale et iterum vale, qui valde dignus es, et me, quod facis, amare perge[32]

Le cardinal de Retz a demandé qu’il lui fût permis de se servir de quelques-uns de ses officiers, il n’en a pu obtenir qu’un qui a été son cuisinier. [33] Le bonhomme M. de Broussel, [92] conseiller de la Grand’Chambre, vient de mourir. Il avait plus de 80 ans et était un grand homme d’honneur.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 31 décembre 1652

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0300

(Consulté le 18.08.2019)