Breaking news : La BIU Santé rejoint la Medical Heritage Library !

En octobre 2017, la BIU Santé a intégré la liste des principaux contributeurs de la Medical Heritage Library. Ainsi rejoint-elle un certain nombre d’établissements prestigieux tels que  :

La Medical Heritage Library (MHL) est un consortium des plus grandes bibliothèques de médecine du monde. Son but principal est de promouvoir la libre diffusion des ressources historiques en médecine. Elle s’emploie donc à créer une collection thématique cohérente et la plus complète possible pour l’étude de l’histoire de la médecine et des disciplines affiliées.  Dans cette perspective, la MHL c’est avant tout une bibliothèque numérique (hébergée sur la plateforme Internet Archive) où vous pouvez chercher, consulter, télécharger les collections historiques numérisées d’une quarantaine de bibliothèques américaines, canadiennes, britanniques (et donc maintenant française).

Vous trouverez par exemple dans MHL un nombre important de publicités pour les cigarettes datant des années 60 : https://archive.org/details/tobacco_leo23e00

À ce jour, plus de 215 000 documents numérisés de toutes sortes (imprimés, manuscrits, collection iconographique, enregistrements audios, enregistrements vidéos…) du XIIIe au XXe siècle sont accessibles en ligne. La BIU Santé va, petit à petit, compléter cet impressionnant catalogue avec ses propres documents qui sont (et resteront) disponibles en ligne dans la bibliothèque numérique Medic@ et la banque d’images et de portraits. Plus de 15 000 documents viendront ainsi s’ajouter à la MHL. La collection de la BIU Santé, complétée et enrichie par les collections des autres bibliothèques participantes, gagnera ainsi considérablement en valeur et en visibilité.

Autres gains majeurs, nos lecteurs vont pouvoir bénéficier dans ce nouvel environnement de fonctionnalités très pratiques, utiles, parfois très attendues. Depuis la plateforme Internet Archive :

  • Toutes les images seront directement téléchargeables en haute définition. (NB : Étant placées sous licence ouverte – Etalab, elles sont toutes librement et gratuitement réutilisables à condition de mention de la source «BIU Santé (Paris)»).
  • Nos documents feront tous l’objet d’une océrisation ;
  • Ils seront exportables dans un grand nombre de formats (Text, Daisy, PDF, Epub, Kindle…) ;

Le site de la MHL propose de son côté d’autres outils qui pourraient s’avérer aussi très utiles pour les chercheurs qui voudront exploiter les données que nous mettons à disposition :

  • Un moteur de recherche plein texte dans la totalité du contenu des documents de la collection «Medical Heritage Library» ou dans n’importe quel sous-ensemble (il sera par exemple possible de restreindre la recherche aux documents de la BIU Santé) a été développé par l’université de Harvard ;
  • Via l’outil ArchiveSpark, l’extraction des données (pour des opérations de fouille de texte par exemple) est à l’étude.
Thèse de médecine de Jean Poisson, 1682

Un échantillon est déjà en ligne, en attendant un versement plus massif dans les mois qui viennent. On y trouve le Traité complet de l’anatomie de l’homme de Bourgery et Jacob, le Traité des accouchemens de Maygrier, des manuscrits (les statuts des épiciers apothicaires de Paris, traité de médecine du XVe s.), des dessins originaux (de Léveillé et de Reignier), des albums photographiques (album de l’internat, album des blessés de la face de la guerre de 1870), le Traité des drogues de Pomet, quelques placards contre la peste nouvellement acquis… Vous y trouverez aussi quelques thèses illustrant la collection exceptionnelle que nous conservons à la BIU Santé (toutes les thèses de médecine de Paris depuis 1539) dont la thèse de baccalauréat en médecine de Jean Poisson, soutenue en 1682, présidée par Nicolas Liénard, dessinée, gravée et éditée par Louis Cossin, exceptionnelle par la taille imposante et la finesse de l’illustration de sa dédicace.

Bonne balade !

Solenne Coutagne

En savoir plus

L’annonce en anglais sur le site de la MHL

Mise en ligne du fonds Albéric Pont

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, la Bibliothèque interuniversitaire de Santé a tenu à apporter sa pierre à l’édifice mémoriel en facilitant l’accès au fonds du Dr Albéric Pont grâce à la numérisation et à la mise en ligne d’un grand nombre de documents.

0136
Album 1

Rappelons en effet que la bibliothèque a acquis en 2012 un important ensemble ayant appartenu au Dr Pont, grâce au soutien de la Société française d’histoire de l’art dentaire, du Groupement des sociétés scientifiques odonto-stomatologiques, de la Société francophone de réhabilitation maxillo-faciale et de la Fondation des gueules cassées.

Ce fonds compte, entre autres, deux albums de photographies des Gueules cassées que le stomatologue avait prises en charge à Lyon, entre 1914 et 1918. Le premier d’entre eux comporte des commentaires, une « histoire de la maladie » succincte mais riche d’informations.

Ces albums sont désormais consultables dans la bibliothèque numérique Medic@ à cette adresse : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/cote?pont_gc_album

La bibliothèque possède en outre un grand nombre de documents annexes : d’autres photographies et plaques de verre, des céroplasties des visages des patients (une imagerie en trois dimensions avant la lettre), des moulages, des instruments de travail et des publications, regroupés dans la banque d’images de la BIU Santé à l’adresse suivante: http://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/images/index.php?mod=a&orig=BIUMICOPON

Le fonds représente ainsi plus de deux mille documents dont la majeure partie a été numérisée et est aujourd’hui offerte au public. Cette mise en ligne a été rendue possible grâce au mécénat de la Fondation des Gueules Cassées qui a subventionné les travaux numériques nécessaires. Elle permet une consultation aisée et ouverte à tous, et favorise également la préservation des originaux, qui restent toutefois communicables sur demande motivée.

Nous attirons l’attention des usagers sur le fait qu’un important travail de structuration des données a été effectué afin de regrouper les documents concernant un même patient ou un même type de traumatisme.

Toutes les mentions de noms des soldats ont bien sûr été masquées sur les images diffusées en ligne afin de préserver leur anonymat. Cependant, dans le cadre d’une recherche généalogique, il est possible de contacter directement le service d’histoire de la santé pour plus d’informations.

Outre cet ensemble documentaire, il existe sur le travail du Dr Pont des éléments complémentaires conservés dans d’autres institutions, notamment au Musée des Hospices civils de Lyon et au Musée du Service de Santé des armées du Val-de-Grâce. Le fonds Albéric Pont, source précieuse pour l’histoire de la Grande Guerre et pour l’histoire de la médecine – notamment concernant les techniques de chirurgie réparatrice et les techniques d’imagerie médicale – mériterait, en conséquence, une étude approfondie que nous encourageons.

0077 size
Album 2

Une partie des pièces conservées à la BIU Santé est actuellement présentée à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne dans l’exposition « Face à face : regards sur la dé(re)figuration » organisée par le Pr Bernard Devauchelle. On peut y voir par exemple l’un des albums de photographies ainsi qu’une série de onze moulages et céroplasties de visages. Cette exposition, qui devait initialement se tenir jusqu’au 11 novembre, sera prolongée jusqu’au 31 mars 2016.

Estelle Lambert et Chloé Perrot

Exposition « Face à Face »

Le lundi 22 juin 2015 s’ouvre la nouvelle exposition de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne-Thiepval :

Face à face : Regards sur la dé(re)figuration

Le commissariat d’exposition est assuré par le professeur Bernard DEVAUCHELLE, chef du service de chirurgie maxillo-faciale du CHU d’Amiens et fondateur de l’Institut Faire Faces. Il est le pionnier des greffes de la face depuis 2005.

Il a été assisté de Sylvie TESTELIN, chirurgien maxillo-facial et professeur à l’université Picardie-Jules-Verne.

«À partir de l’histoire des « Gueules Cassées », ces combattants défigurés de la Première Guerre
mondiale, «Face à Face» permettra d’évoquer l’évolution de la pensée et des pratiques médicales
grâce aux documents et objets choisis dans les collections de quelques illustres chirurgiens de
la Grande Guerre.
Ces moulages, outils médicaux, photographies, témoignages écrits et filmés seront mis en
perspective avec les moyens, techniques et réalisations actuels. Ces exemples traduisent
l’importante influence de la rencontre entre des médecins du début du siècle venus de tous
horizons au service des soldats défigurés.»

Il y sera notamment question des travaux d’Albéric Pont, déjà évoqué dans certains de nos précédents billets.

L’exposition s’inscrit dans le cadre du projet européen Interreg «1914Faces2014» dont elle constitue la dernière phase. Elle restitue l’essentiel des travaux de recherche réalisés par les partenaires du projet.

L’exposition se tiendra jusqu’au 11 novembre 2015.

Le fonds Albéric Pont

Pour cette exposition, la BIU Santé prête donc un grand nombre de pièces issues du fonds du Dr Albéric Pont (1870-1960), à l’origine de la création à Lyon en 1914 du premier centre de chirurgie maxillo-faciale en France :

  • Un ensemble de onze moulages de visages de blessés, dont la plupart sont en plâtre peint et deux en cire colorée

  • Un album contenant plus de 680 photographies de soldats, avant et après traitement, qui consigne pour chaque blessé les circonstances de la blessure, la date de son entrée dans le service, le diagnostic et la description du traitement. Il recense principalement des opérations pratiquées par le Professeur Vallas et par le Docteur Pont.

En complément de l’album original, certaines pages seront exposées sous forme de reproduction papier et une version numérique complète du document sera accessible sur une borne multimédia.

  • Une prothèse nasale, et une prothèse oculaire en céramique

  • Des reproductions de plaques de verre présentant des appareils pour le traitement des fractures des mâchoires.

La BIU Santé prête également un autre document témoignant de l’activité en chirurgie maxillo-faciale, à Marseille cette fois. Il s’agit d’un montage de photographies, réalisé vers 1919 par le Dr F. Bosano de l’Hôtel-Dieu de Marseille, montrant des appareils de maintien, de prothèse et de redressement, photographiés seuls ou en place sur des patients. Cette planche est présente dans l’exposition Les Gueules cassées (rubrique « Document »), sur notre site.

 

En savoir plus

Le site de l’exposition

Entretien avec le professeur Devauchelle

Notre exposition virtuelle sur les Gueules cassées

Estelle Lambert & David Benoist

Debut: 06/22/2015
Fin: 11/11/2015
Historial de la Grande Guerre, Château de Péronne, BP 20063
Péronne , Picardie
80201
FR

La Fondation des Gueules Cassées soutient la BIU Santé

Depuis plusieurs années, la BIU Santé développe un fonds documentaire consacré à la chirurgie maxillo-faciale, avec la collaboration scientifique du Pr Bernard Devauchelle (Université de Picardie/CHU d’Amiens). La bibliothèque a déjà organisé avec lui plusieurs journées d’étude sur le thème de « Guerre et médecine »  en plus du travail en cours dans le cadre de l’Institut Faire Faces.

En 2012, la bibliothèque a notamment acquis la collection du Dr Albéric Pont, qui créa, en septembre 1914 à Lyon, l’un des tout premiers centres de soins dédiés aux blessés et mutilés de la face. Cette collection complète, à sa manière, la collection Tessier conservée au CHU d’Amiens et récemment exposée au musée d’Histoire de la médecine de l’université Paris Descartes.

Cet ensemble exceptionnel et varié a été numérisé (1280 images), en vue d’une diffusion sur notre site web, en plus de l’exposition sur les Gueules Cassées que nous proposons depuis plusieurs années.

Pour compléter ce fonds, la bibliothèque vient de bénéficier de l’aide de la Fondation des « Gueules Cassées » (via la Fondation Paris Descartes). La Fondation des « Gueules Cassées » a été créée en 2001 pour aider au développement des techniques de réparation crânio-maxillo-faciales. Elle constitue une émanation de l’Union des blessés de la face et de la tête. Créée au sortir de la guerre 14-18, cette association reconnue d’utilité publique a depuis élargi ses missions à toutes les victimes d’actes de courage.

Ainsi la BIU Santé a-t-elle pu acquérir un lot de 22 photographies de la fin du XIXe siècle. Œuvres du Dr Claude Martin, elles figurent les visages, avant et après intervention, de patients défigurés soit par des malformations de naissance soit par des accidents.

L’auteur, le docteur Claude Martin, dentiste de Lyon, était lauréat de l’Académie et de la faculté de médecine de Paris, médaille d’or de la Société nationale de médecine de Lyon, et médaille d’argent de l’Exposition universelle de Paris en 1878.

C’est sans doute ce que l’on pourrait considérer comme les premiers essais de chirurgie esthétique.

Ce partenariat avec la Fondation des « Gueules Cassées » permettra de poursuivre la diffusion et la valorisation de ce patrimoine historique et scientifique, qui intéresse aussi bien le grand public que les chirurgiens de la face.

N’oubliez pas non plus le colloque sur les Gueules Cassées vendredi et samedi prochains à l’École militaire de Paris.

En savoir plus

Notre billet de novembre 2013 évoquant la collection d’Albéric Pont

– L’exposition « Crânes concrets, avant-projet d’un solid museum Paul Tessier »

Vous pouvez également faire un don à la BIU Santé via la Fondation Paris Descartes

Journées du patrimoine 2014

Dans le cadre des journées européennes du Patrimoine, l’université Paris Descartes et la BIU Santé vous proposent…

Au pôle médecine-odontologie (12, rue de l’École-de-Médecine)

Samedi 20 septembre, visites guidées gratuites toutes les heures de 10h à 12h et de 14h à 17h – Inscription sur place le jour même à partir de 9h30.

Deux parcours au choix :

– « Richesses de la bibliothèque interuniversitaire de Santé » : 20 mn de visite de la grande salle de lecture (photo ci-contre) et 30 mn de présentation d’ouvrages rares en salle Landouzy (groupe de 20 pers. max.) ;

– « Architecture et patrimoine de l’université » : découverte de la façade, du péristyle, de la cour d’honneur, du grand amphithéâtre, de la galerie Saint-Germain, de la salle du conseil etc. (50 mn environ – groupe de 30 pers. max.)

Profitez également de l’entrée libre et gratuite au Musée d’histoire de la médecine de 10h à 18h.

Concernant la bibliothèque, la présentation d’ouvrages sera notamment liée aux activités éditoriales en cours :

Vésale pour le 500e anniversaire de sa naissance, avec un exemplaire de la Fabricaretrouvez ici les détails du projet Vésale et l’édition en ligne de la Fabrique ;

– Un ensemble de documents permettra d’évoquer le thème « Guerre et médecine », avec l’accent sur les Gueules cassées, à l’honneur en cette période de commémoration de la Première Guerre mondiale ;

– Et d’autres belles pièces que nous vous laissons la surprise de découvrir sur place !

Sur notre site (via le pôle pharmacie)

Le thème des journées étant cette année « Patrimoine culturel, patrimoine naturel »,  la BIU Santé a le plaisir de vous présenter une nouvelle exposition virtuelle, Vies d’herbier, par Pierre Zanzucchi, peintre et sculpteur.

http://www.biusante.parisdescartes.fr/zanzucchi/

Patrimoine toujours…

Pour la 4e année consécutive, l’Ordre national des pharmaciens ouvre ses portes au grand public et propose deux parcours en lien avec le thème retenu cette année :

  • Le premier est un parcours culturel à la découverte de l’architecture de bâtiments, construits aux abords du Parc Monceau à la fin du XIXe siècle, habituellement fermés au public.
  • Le second est naturel, il évoque la longue histoire de « la pharmacie, des hommes et des plantes ». En effet, comme l’a si bien écrit Pierre Potier, « depuis des millénaires, l’homme a tiré sa subsistance, mais aussi de quoi se vêtir, se chauffer de la nature environnante, il y a également trouvé ce qui lui permettait de se soigner ».
Le pavillon mauresque abritant les coll. d’hist. de la pharmacie.

Téléchargez ici le guide de visite des bâtiments de l’ordre (PDF, 5 p., 3 Mo).

Retrouvez le programme complet des journées du Patrimoine en cliquant ici.

Philippe Galanopoulos & Jean-François Vincent

Continuer la lecture de « Journées du patrimoine 2014 »

Colloque Gueules cassées

17-18 octobre à l’École militaire

Avec le centenaire de la Première Guerre mondiale, le sujet des gueules cassées revient sur le devant de la scène.

Un colloque est organisé sur le thème : « Gueules Cassées, un nouveau visage ».

Il aura lieu les 17 et 18 octobre 2014 à l’École Militaire à Paris. Il est organisé par l’Union des Blessés de la Face et de la Tête et la Fondation des « Gueules Cassées ».

Il ne s’intéressera pas qu’aux victimes de 14-18, mais aussi aux blessures physiques et psychologiques subies dans d’autres conflits, et leur prise en charge dans différents pays du monde.

Sur le même sujet, retrouvez également notre exposition virtuelle sur les Gueules cassées : http://www.biusante.parisdescartes.fr/1418/

En savoir plus

http://www.gueules-cassees-2014.org/

Le programme détaillé

Le fonds Albéric Pont à la BIU Santé

Lorsque l’on parle des « Gueules Cassées » tout un chacun pense aux blessés de la face de la Première Guerre mondiale. Pourtant toutes les guerres laissent derrière elles de nouvelles « gueules cassées » physiques et psychologiques. C’est pour ces défenseurs de la France et de ses idéaux que l’Union des Blessés de la Face et de la Tête et la Fondation des « Gueules Cassées » organisent un rendez-vous exceptionnel sous le haut patronage du Président de la République.
Debut: 10/17/2014
Fin: 10/18/2014
21, place Joffre
Paris, Île-de-France
75007
FR

 

 

 

La bibliothèque de travail de Guy et Marie-José Pallardy

Madame Pallardy, à la fin de l’année dernière, nous a permis de numériser l’intégralité de la collection de cartes postales qu’elle-même et son époux ont consacrée à la radiologie en France.

C’est aujourd’hui leur bibliothèque de travail qui intègre la BIU Santé. Elle constitue un apport important, en particulier concernant l’histoire de la radiologie : un domaine dont on sait tout ce qu’il doit au travail des Pallardy.

Que peuvent attendre les chercheurs de cette nouvelle générosité ? Voici un aperçu, pour patienter en attendant que le volume important de ce don soit traité :

  • Environ un millier de volumes imprimés, dont certains ne se trouvent pas encore à la bibliothèque : radiologie, médecine, histoire de la radiologie et de la médecine.

  • Un important ensemble, très probablement unique, de documentations techniques et de catalogues concernant le matériel radiologique ;
Carton Massiot-Phillips
Catalogue Heller & Cie, 1910
Archives de guerre de Georges Haret
Premières notions de radiologie médicale de guerre, cours polycopié ; dédicace d’Antoine Béclère à « Monsieur le médecin major Haret »
  • Deux albums de radiographies de la Première Guerre mondiale. C’est un témoignage, parmi d’autres (voir par exemple la collection sur les Gueules cassées d’Albéric Pont acquise en 2012), de l’effort considérable de documentation qui fut organisé par les autorités sanitaires pendant ce conflit :

  • De nombreux dossiers de travail.

Merci à la donatrice !

Jean-François Vincent