Des nouvelles de l’Open Access

Pour mémoire, l’Open Access (ou « libre accès » en bon français) est un mouvement de mise en ligne de contenus numériques, dont on parle surtout à propos des travaux de niveau universitaire. Il permet au final d’avoir accès de manière gratuite et sans abonnement aux résultats de la recherche (tout en sachant que le système n’est pas toujours gratuit du côté des auteurs et des institutions).

L’actualité est particulièrement riche en la matière, après l’Open Access Week qui vient d’avoir lieu fin octobre (comme tous les ans)  – et les appels et controverses du début de l’année :

– Le 24 octobre 2013 a eu lieu à Lausanne un colloque intitulé « auteurs, éditeurs, financeurs et institutions au service de la diffusion des résultats de la recherche scientifique ».

Les présentations et vidéos de cette manifestation viennent d’être mises en ligne à l’adresse suivante par la bibliothèque de l’EPFL ;

– Le 18 novembre 2013 a été lancé l’Open Access Button. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un… bouton à rajouter dans votre navigateur Internet. Il vous permettra de faire part de votre dépit au monde entier quand vous n’arrivez pas à accéder à un article en ligne (dans le but de cartographier les « entraves » au libre accès). Cet outil vous aide ensuite à vérifier qu’une alternative gratuite n’existe pas pour accéder au contenu recherché (via Google Scholar, par exemple) ;

Plus d’informations à lire dans cet article de la Boîte à outils des historiens ou celui de Framasoft ;

– Les 19 et 20 novembre 2013 s’est tenue la conférence internationale Berlin 11 : nos collègues de la BU d’Angers reviennent sur cette manifestation fondatrice de l’Open Access dans leur blog consacré aux archives ouvertes ;

– La Royal Society of Chemistry vient de lancer un répertoire d’articles en libre accès. On y trouve des articles en… chimie (!) déposés par leurs auteurs (mais pas de pré-publications) ;

– Au contraire, bioRxiv n’accueille que des pré-publications dans le domaine des sciences de la vie. Cette archive ouverte a été mise en place par le Cold Spring Harbor Laboratory.

– Pour finir, nous vous rappelons l’existence de Base Lab (pour Bielefeld Academic Search Engine). Ce moteur de recherche est spécialisé dans les ressources scientifiques en accès libre. Vous y trouverez beaucoup de documents médicaux (PubMed Central, entre autres), sans compter les inestimables ressources de Gallica et Medic@ (en toute modestie). Une interface mobile est disponible, ainsi qu’un système de création d’alertes par flux RSS.

La BIU Santé n’a pas peur de l’Open Access

Une tribune relative à l’Open Access (“Qui a peur de l’Open Access ?”) a été publiée le 15 mars dernier sur le site du journal Le Monde (quotidien auquel vous pouvez accéder en intégralité depuis les postes de la BIU Santé).J'aime l'accès ouvert

Plus de 2 000  personnes ont déjà ajouté leur signature à cette initiative : présidents d’université, chercheurs et enseignants, bibliothécaires, simples citoyens…

Au cœur de ces problématiques, la BIU Santé s’associe à ce mouvement, pour lequel vous pouvez signer en cliquant sur ce lien.

Notre bibliothèque effectue depuis longtemps une veille et une mise en valeur particulières des revues et bases de données en accès ouvert dans le domaine de la santé.

Cette annonce intervient dans un contexte riche en discussions autour de l’accès aux résultats de la recherche :

Recommandation de la commission européenne relative à la publication en accès ouvert des résultats de la recherche financée sur fonds publics (juillet 2012) ;

5èmes journées Open Access / Couperin (24 et 25 janvier 2013) à Paris, sur le thème « Généraliser l’accès ouvert aux résultats de la recherche » ;

Réflexion de l’administration américaine sur le même sujet (février 2013) ;

Article du Monde (2 mars 2013) sur la diffusion des connaissances et l’édition académique.