À Charles Spon, le 16 novembre 1643
Note [5]

Johann Friedrich Gronovius (Gronov en allemand, Hambourg 1611, Leyde 28 décembre 1671) avait consacré les trente premières années de sa vie aux études, aux voyages studieux et aux relations avec les grands érudits de son époque (Saumaise, Grotius, Vossius, etc.). En 1643, il venait de se fixer à Deventer (province d’Overijssel aux Pays-Bas) comme professeur d’histoire et de littérature à l’athénée, lycée supérieur qui acquit bientôt plus de célébrité que mainte université. En 1653, Gronovius obtint la chaire de grec de l’Université de Leyde, dont il devint aussi le bibliothécaire en chef à la mort de Daniel Heinsius en 1655, et y resta jusqu’à sa mort.

Gronovius a publié un très grand nombre de livres principalement consacrés à l’histoire et au commentaire des auteurs classiques, et notamment Pline : Naturalis historiæ tomus primus [-tertius]… cum commentariis et annotationibus Hermolai Barbari, Pintiani, Rhenani, Gelenii, Dalechampi, Scaligeri, Salmasii, Is. Vossii… [L’Histoire naturelle en trois tomes… avec les commentaires d’Ermolao Barbaro, (Fredenandus) Pintianus, (Beatus) Rhenanus, (Sigismundus) Gelenius, Daléchamps, Scaliger, Saumaise, Isaac Vossius…] (Leyde et Rotterdam, Franciscus Hackius, 1663, 3 volumes in‑8o).

Guy Patin évoquait ici son De Sestertiis Commentarius. In quo post maximos viros, inprimis Budæum, Agricolam, Hotmannum, Ciaconium, Scaligerum, res nummaria veterum hac parte illustratur : et Varro, Cicero, Cæsar, Livius, Seneca, aliique optimi auctores, necnon Iursiconsulti in Digestis, compluribus locis aut corruptis emendatur aut male intellectis explanantur [Commentaire sur les Sesterces. Où, après de très grands hommes, en tout premier Budé, Agricola, Hotmann, Chacon, Scaliger, est éclairée le système monétaire des anciens concernant cette partie ; et où de nombreux passages de Varron, de Cicéron, de César, de Tite-Live, de Sénèque et d’autres excellents auteurs, ainsi que des digestes des jurisconsultes, sont soit purgés de leurs erreurs, soit expliqués là où on les a mal compris] (Deventer, C. Thomæus, 1643, in‑16o) ; augmenté sous le titre de De Sestertiis, seu subsecivorum pecuniæ veteris Græcæ et Romanæ libri iv. Accesserunt L. Volusius Mæcianus JC. et Balbus Mensor de Asse ; item Pascasii Grosippi Tabulæ Nummariæ [Quatre livres sur les Sesterces, ou les monnaies d’échange de la Grèce et de la Rome antiques. On y a ajouté Lucius Volusius Mæcianus, jurisconsulte, et Balbus Mensor sur l’As, ainsi que les Tables de monnaies de Pascasius Grosippus] (Amsterdam, Louis et Daniel Elsevier, 1656, in‑8o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1643. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0097&cln=5

(Consulté le 16.07.2020)

Licence Creative Commons