Accès modifiés au pôle Médecine (27/11)

Attention, l’accès au pôle Médecine de la BIU Santé sera modifié le mardi 27 novembre 2019.

Laccès à l’université se fera par le 85, boulevard Saint-Germain.

Si la porte est fermée, SONNEZ pour qu’on vous ouvre !

85bsg

Les salles de lecture seront ouvertes comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au 12, rue de l’École-de-Médecine. La bibliothèque sera ouverte normalement de 9h à 20h.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

1re journée mondiale de l’acupuncture (15/11) sous le patronage de l’Unesco et de l’OMS

Sous le patronage de l’Unesco et de l’Organisation mondiale de la santé la 1re journée mondiale de l’Acupuncture aura lieu à Paris le 15 novembre 2018. Elle sera suivie les 16 et 17 novembre du Dialogue Mondial Scientifique et Culturel sur l’Acupuncture (WSDA).

Cette manifestation sera présidée par la Fédération mondiale des sociétés d’acupuncture et de moxibustion (WFAS). Elle fera intervenir pendant 3 jours des acteurs nationaux et mondiaux de l’acupuncture.

Consulter le programme sur le site de la WAD-O.

C’est l’occasion pour la BIU Santé de mettre en valeur des documents méconnus de ses collections qui ont obtenu le label Collex.

Des ouvrages anciens sur l’acupuncture

La bibliothèque conserve dans ses collections plusieurs des ouvrages qui ont servi de base en Europe à l’étude et au développement de la médecine chinoise et de l’acupuncture, à partir de la fin du 17e et tout au long du 18e siècle. Ce sont les médecins de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et des missionnaires jésuites qui ont été les premiers à décrire ces pratiques dans leurs récits de voyages.

  • ALEMAND, Louis-Augustin, BOYM, Michel, HERVIEU, Julien-Placide et CHARVYS, Philippe. Les secrets de la médecine des chinois, consistant en la parfaite connaissance du pouls. Envoyez de la Chine par un François, Homme de grand mérite. À Grenoble : chez Philippes Charvys, 1671. Pôle Médecine, cote 30528. À consulter en ligne sur Medic@.

Cet ouvrage, qui n’est pas illustré, présente l’essentiel de la sphygmologie chinoise et consacre un chapitre à la médecine japonaise, dans lequel figure l’une des premières descriptions de traitement par les aiguilles.

  • CLEYER, Andreas, BOYM, Michel (trad.).  Specimen medicinae sinicae sive, Opuscula medica ad mentem sinensium, continens.  I. De pulsibus libros quatuor è sinico translatos.  II. Tractatus de pulsibus ab erudito Europaeo collectos.  III. Fragmentum operis medici ibidem ab erudito Europaeo conscripti. IV. Excerpta literis eruditi Europaei in China.  V. Schemata ad meliorem praecedentium intelligentiam. VI. De indiciis morborum ex linguae coloribus & affectionibus cum figuris aeneis & ligneis. Francofurti : Sumptibus Joannis Petri Zubrodt, 1682. Pôle Médecine, cotes 6168 et 154971. À consulter en ligne sur Medic@.

Le Specimen Medicinae Sinicae constitue le premier ouvrage illustré publié sur la médecine chinoise en Occident. Il donne une vue d’ensemble des pratiques médicales incluant l’acupuncture et la théorie des méridiens, la sémiologie de la langue, la description des médicaments et de leurs emplois, ainsi que la traduction d’un traité sur le diagnostic par le pouls.

  • RHYNE, Willem Den et CHISWELL, Richard. Wilhelmi ten Rhyne M.D. &c. Transisalano-Daventriensi Dissertatio de arthritide: mantissa schematica: de acupunctura et orationes tres, I. De chymiae botaniae antiquitate & dignitate. II. De physiognomia. III. De montris…. Londini : impensis R. Chiswell Societatis Regalis Typographi ad insigne Rosae coronatae, 1683. Pôle Médecine, cote 71050. À consulter en ligne sur Medic@.

Rhyne est le premier auteur européen à avoir disserté sur l’acupuncture et les moxas, en essayant d’attirer l’attention sur cette thérapeutique.

  • KAEMPFER, Engelbert. Histoire naturelle, civile et ecclésiastique de l’empire du Japon, La Haye : P. Gosse & J. Neaulme, 1729. Pôle Pharmacie, cote Rés 517 et Pôle Médecine, cote 1006. À consulter en ligne sur Medic@.

Kaempfer adjoint à son histoire du Japon un appendice contenant de précieuses remarques sur le moxa et l’acupuncture. Il consacre un chapitre à la «cure de la colique par la piqûre d’une aiguille telle qu’elle est en usage parmi les Japonais».

  • TITSINGH, Isaac. Beschreiving van het naalde steeken en moxa branden, s.l., manuscrit non daté [entre 1781 et 1812]. Pôle Médecine, cote Ms 45. À consulter en ligne sur Medic@.

Ce manuscrit est la traduction hollandaise d’un traité japonais d’acupuncture et de moxibustion. Il est illustré de 80 figures au trait et à l’encre de Chine indiquant les repères des points à piquer.

Jean-Baptiste Sarlandière publie en 1825 une traduction en français du manuscrit de Titsingh à la suite de sa propre contribution à l’étude de l’acupuncture :

  • Mémoires sur l’électro-puncture, considérée comme moyen nouveau de traiter efficacement la goutte, les rhumatismes et les affections nerveuses, et sur l’emploi du moxa japonais en France ; suivis d’un traité de l’acupuncture et du moxa: principaux moyens curatifs chez les peuples de la Chine, de la Corée et du Japon : ornés de figures japonaises. Trad. par Jean-Baptiste Sarlandière. Paris : Chez l’auteur : chez Mlle Delaunay, 1825. Pôle Médecine, cote 90958 t. 416 n° 5. À consulter en ligne sur Medic@.

Deux planches lithographiées en couleur signées Langlumé reproduisent le Tsoe-Bosi, poupée en carton japonaise utilisée pour la formation à l’acupuncture.

 

Medic@ contient également un dossier sur la réception des médecines orientales en Occident.

Et jusqu’au 9 janvier 2019, retrouvez un aperçu des pratiques thérapeutiques japonaises, dont l’acupuncture, dans notre exposition «Se soigner au Japon : plantes et pharmacopée (XVIIe-XXe s.)» au musée d’Histoire de la médecine.

Quelques ouvrages plus récents

  • Franglen N, Burner S. À la découverte de l’acupuncture des cinq éléments. Bruxelles: Satas; 2016. Pôle Médecine, cote 200488.
  • Jarmey C, Bouratinos I. Anatomie des points d’acupuncture. Éditions de l’Éveil; 2016. 384 p. Pôle Médecine, cote 275089.
  • Focks C, Burner S, März U, Hosbach I. Atlas d’acupuncture. Issy-les-Moulineaux: Elsevier Masson; 2009. Pôle Médecine, cote 10749.
  • Hawawini R. Exposé didactique de pathologies en acupuncture chinoise. Paris: Editions You-Feng; 2005. Pôle Médecine, cote 269028-1.
  • Yamamoto T, Yamamoto H, Yamamoto MM. La nouvelle acupuncture crânienne du Dr Yamamoto: YNSA. Paris: Ed. Phu Xuan; 2009. Pôle Médecine, cote 193454.
  • Collectif, Zhenji L. Nomenclature sino-française des expressions et termes fondamentaux de la Médecine Chinoise: Édition bilingue français-chinois. Paris : Beijing: Desclée De Brouwer; 2011. 880 p. Pôle Médecine, cote 195256.
Debut: 11/15/2018
Fin: 11/15/2018
Maison de l'Unesco, 7, place de Fontenoy
Paris, Île-de-France
75007
FR

Salle Landouzy fermée le 17/11 (9h-13h)

Attention, samedi 17 novembre 2018 la salle Landouzy (au pôle médecine-odontologie) sera fermée de 9h à 13h.

Certaines ressources imprimées en odontologie seront donc inaccessibles pendant quelques heures.

La grande salle sera ouverte comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au 12, rue de l’École-de-Médecine.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Décès de Fabienne Schall (1965-2018)

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Fabienne Schall, survenu à l’issue d’une longue maladie.

Fabienne était bibliothécaire hors-classe. Après un passage à la bibliothèque de l’INSEE en 1989, elle avait été responsable du Service des périodiques à l’Université de Paris IX – Dauphine de 1993 à 2001, puis elle avait coordonné l’informatique documentaire à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle de 2002 à 2008.

Elle avait rejoint la Bibliothèque interuniversitaire de Pharmacie (BIUP) en 2008 comme responsable du Service informatique. Elle assurait au sein de la BIU Santé les missions d’administratrice du SIGB et de coordinatrice SUDoc pour le pôle Pharmacie.

En plus du travail de gestion informatique courant (essentiel mais peu visible du public), la liste des chantiers que Fabienne aura contribué à mener à bien pour améliorer le fonctionnement de la bibliothèque et les services rendus à nos usagers, avec une grande discrétion et une grande efficacité, est impressionnante. Citons pour mémoire quelques-unes de ces réalisations :

  • la fusion des catalogues informatisés de la Bibliothèque interuniversitaire de Pharmacie (BIUP) et de la Bibliothèque interuniversitaire de Médecine (BIUM) en 2010/2011, dont elle avait préparé le cahier des charges et les données, puis dont elle avait paramétré avec soin chaque écran ;
  • l’affichage en listes séparées des « Nouveautés » des quatre derniers mois, par disciplines, dans le catalogue public de la BIU Santé ;
  • la mise en place de l’enregistrement informatisé et des statistiques de communication en salle des documents provenant des magasins ;
  • la possibilité pour les lecteurs de renouveler eux-mêmes en ligne leurs emprunts de documents, sans avoir à se déplacer ou à téléphoner (janvier 2017) ;
  • le chantier (en cours) de chargement dans le catalogue national (SUDoc) et dans le catalogue public de la BIU Santé de 160.000 notices de thèses conservées au pôle Médecine, recensées auparavant dans une base de données locale.

Ces derniers mois, elle a animé de nombreuses réunions préparatoires à la mise en œuvre d’un nouveau SIGB mutualisé et participé à l’élaboration du cahier des charges, en commun avec nos collègues du SCD de Paris Descartes, dans le cadre du projet national piloté par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES)…

Fabienne était toujours disponible et animée d’un très grand sens du service public. Elle savait faire profiter avec passion, gentillesse et humour ses collègues, ceux de la BIU Santé comme ceux venant d’autres établissements, de sa remarquable expertise dans le domaine de l’informatique documentaire. La Bibliothèque lui doit beaucoup. Chacun de nous lui doit beaucoup.

Le 31 août dernier, elle travaillait encore parmi nous. Depuis plusieurs semaines, elle nous avait réexpliqué plusieurs tâches à accomplir en son absence. Elle avait à cœur de nous transmettre son savoir-faire et les informations techniques les plus utiles.

Sa discrétion, son courage face à la maladie resteront dans toutes nos mémoires.

Nous nous associons à la douleur de sa famille.

Fermeture du pôle Médecine (26/10, 12h-17h)

Attention, le pôle Médecine de la BIU Santé (12, rue de l’École-de-Médecine) fermera exceptionnellement vendredi 26 octobre de 12h à 17h. Il sera de nouveau ouvert de 17h à 20h.

Le pôle Pharmacie (4, avenue de l’Observatoire) sera lui ouvert normalement le vendredi 26 octobre (de 9h à 20h). La salle Fialon fermera à 14h.

Les deux pôles seront ouverts samedi 27 octobre aux horaires habituels :  9h-20h (pôle Médecine) et 9n-18n30 (pôle Pharmacie).

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Accès modifiés au pôle Médecine (25/9 au 2/10)

Attention, l’accès au pôle Médecine de la BIU Santé sera modifié du mardi 25 septembre au mardi 2 octobre 2018 inclus.

Laccès à l’université se fera par le 85, boulevard Saint-Germain.

Si la porte est fermée, SONNEZ pour qu’on vous ouvre !

85bsg

Les salles de lecture seront ouvertes comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au 12, rue de l’École-de-Médecine. La bibliothèque sera ouverte normalement de 9h à 20h.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Fermeture du pôle Médecine (1er au 3/11)

En raison d’une intervention électrique, le pôle Médecine de la BIU Santé (12, rue de l’École-de-Médecine) sera exceptionnellement fermé du 1er au 3 novembre 2018 inclus).

Le pôle Pharmacie sera lui ouvert normalement le vendredi 2 novembre (de 9h à 20h) et le samedi 3 novembre (de 9h à 18h30) – mais fermé le jeudi 1er novembre (jour férié).

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Ebooks Karger à la BIU Santé

La BIU Santé vient d’acheter définitivement 99 ebooks de l’éditeur Karger, sur la base des consultations enregistrées pendant l’année 2017-18 – merci à tous pour votre participation !

Top 5 des ebooks Karger les plus consultés par les lecteurs de la BIU Santé en 2017-18 :

Pour 2018-2019, la BIU Santé renouvèle le dispositif et propose 2330 ebooks de l’éditeur Karger en médecine et pharmacie, couvrant de nombreuses disciplines :

Anatomieebooks karger, Biologie, Cardiologie, Chirurgie, Dermatologie, Endocrinologie, Gastroentérologie, Génétique, Gériatrie, Hématologie,
Immunologie, Maladies infectieuses, Médecine du sport, Microbiologie,
Néphrologie, Neurologie, Nutrition, Obstétrique,
Oncologie, Ophtalmologie, Otorhinolaryngologie, Pédiatrie, Pharmacologie, Pneumologie, Psychiatrie/Psychologie, Radiologie.

Ces livres électroniques sont ouverts à la consultation jusqu’au 30/06/2019.

Les plus consultés seront acquis définitivement par la BIU Santé à l’issue de la période de test.

Pour accéder à distance à ces ressources depuis ce billet, il est nécessaire de disposer de codes ENT Paris Descartes. Ces ebooks sont par ailleurs accessibles à tous depuis les postes publics de la BIU Santé.

Thomas Violet

Poste de conservateur à pourvoir à la BIU Santé

Un poste de conservateur (titulaire) est à pourvoir au pôle Médecine de la BIU Santé (1er janvier 2019) :

Adjoint au responsable du service formations (pôle Médecine)

Pour plus de renseignements, se référer aux contacts présents dans la fiche.

 

Allez voir Première année (et pas seulement parce que ça a été tourné à la BIU Santé !)

Après Hippocrate et Médecin de campagne, Thomas Lilti, cinéaste et médecin, a de nouveau choisi l’univers de la médecine pour son quatrième long-métrage : Première année, qui sort en salle mercredi 12 septembre.

L’histoire

Antoine (Vincent Lacoste) et Benjamin (William Lebghil) entament la très difficile première année commune aux études de santé (PACES) pour devenir médecins. Le premier la triple, le second sort tout juste du lycée. Tous deux affrontent un univers très compétitif et s’interrogent sur leurs aspirations professionnelles et personnelles.

En écho à l’actualité

Le film de Thomas Lilti sort au moment où est remis en cause le principe même de la première année de médecine et le numérus clausus qui, depuis 1971, limite l’accès des étudiants en deuxième année afin d’encadrer le nombre de professionnels de santé en France.

Avec 60 000 étudiants inscrits en 2017, pour un taux de réussite avoisinant les 15%, la PACES est effet considérée comme un gâchis humain et un dispositif périmé, favorisant les bacheliers scientifiques et fondé sur une pédagogie qui conduit à un bachotage intense. Le gouvernement étudie actuellement plusieurs scénarios pour le recrutement des futurs médecins, sachant que des alternatives à la PACES sont déjà expérimentées dans certaines facultés.

Des scènes tournées à la BIU Santé

Copyright Denis Manin – 31 juin Films

Bien qu’ouverte aux étudiants à partir de la troisième année en général (mais la fiction autorise tout !), la BIU Santé a servi de cadre à certaines scènes se déroulant en bibliothèque. Le cinéaste a su mettre en valeur la grande salle de lecture de notre pôle Médecine (voir photo ci-contre), ainsi que la deuxième salle de lecture, la salle Landouzy. Quant aux figurants, ce sont pour la plupart de véritables étudiants en médecine et même… deux bibliothécaires de la BIU Santé qui font ici leurs grands débuts au cinéma !

Notons que le Centre universitaire des Saints-Pères de l’université Paris Descartes, a également servi de cadre pour plusieurs scènes du film, donnant une authenticité aux aventures des deux protagonistes.

La critique aime

Le fait que le film de Thomas Lilti ait été tourné à la BIU Santé n’est pas la seule bonne raison d’aller découvrir Première année en salle. Comme dans ses précédentes fictions, le cinéaste fait à nouveau preuve d’une grande justesse pour évoquer les difficultés de son métier d’origine : les tourments de l’hôpital public (Hippocrate), le problème des déserts médicaux (Médecin de campagne), et ici le désarroi des étudiants confrontés à la violence de la sélection.

La critique fait un accueil très positif au film : « une fiction incisive sur notre époque et sur le culte de la compétition » selon Marianne, « une comédie d’apprentissage réaliste » pour Télérama, tandis que Le Figaro parle d’« une comédie à la fois divertissante et grinçante, doublée d’une réflexion sévère sur le système ».

Bref, courrez-y !

Benjamin Macé

En savoir plus

Quelques critiques dans la presse :

Entretien avec Thomas Lilti sur France Info

«Première année» ou la PACES vu par Thomas Lilti sur Studyrama

«Première année» de médecine : le film, avant peut-être la réforme sur Libération

« Première année » : faire médecine, à s’en rendre malade sur Le Monde

Thomas Lilti : «Rivalité, individualisme, bachotage… Ce n’est pas la bonne façon de former les médecins» sur Egora.fr

Thomas Lilti : «Un film de boxe où on remplace les combats par les concours et les entrainements par les révisions» sur Le Petit Bulletin

Études de médecine : «La « première année », c’est pas une année d’étude, mais de sélection» sur 20minutes

Présentation du film dans Télématin :

Première année
Realise par : Thomas Lilti
Une production : 31 Juin Films / Les Films du Parc
Starring:
Vincent Lacoste